Interviews

James Cameron et Jon Landau sur l’eau, l’exactitude historique et Barbie

James Cameron est toujours dans le grand bain. Au cours d’une carrière qui s’est étendue du fond de l’océan à l’espace lointain (et d’un fond océanique à l’espace lointain), le réalisateur oscarisé a captivé le public avec ses visions romantiques et pleines d’espoir du futur et du passé, créant des mondes si convaincants que les gens le feront. je jure qu’ils sont réels. Avec un box-office de 2,3 milliards de dollars Avatar : La Voie de l’Eau et trois autres versements basés sur Pandora en route, Cameron ne fait que commencer. Depuis 1997, il travaille avec son partenaire de production, Jon Landau, et ensemble, ils ont réalisé certains des films les plus réussis de tous les temps, défiant les attentes et les tendances culturelles en créant des œuvres attachantes de romance pop avec un sens de l’histoire virtuose et une maîtrise du montage. -effets visuels de pointe.

Gold Standard : édition Oscars – Meilleur film

Le travail de Cameron n’a jamais été aussi aussi beau. Pour la première fois, Titanesque, Avatar, Avatar : La Voie de l’Eau, Les abysses, Vrais mensongeset Extraterrestres, arrivent en 4K, et les films seront diffusés en streaming la semaine prochaine. De plus, entre la sortie du nouveau Blu-ray 4K UHD de Titanesque (qui est sorti en rayon mardi), et les deux Avatar films (à venir le 19 décembre), il a également présenté en avant-première l’édition spéciale tant attendue de Les abysses.

Nous avons parlé à Cameron et Landau de ces films, de l’importance de l’exactitude historique dans les films et Barbie.


AVC : Vous êtes retourné dans les profondeurs à plusieurs reprises, mais compte tenu de toutes les difficultés liées à la réalisation de films sur l’eau, qu’est-ce qui vous pousse à continuer ? Est-ce le défi ? Et Jon, quand il vous présente le scénario, est-ce que l’eau vous concerne parfois ?

James Cameron: J’adore être sous l’eau. J’adore être en mer. Je sais à quel point ça va être difficile. Peut-être inconsciemment, je pense que nous le ferons parce que nous le pouvons et que d’autres ne le peuvent pas, mais il existe une profonde fascination humaine pour l’eau sous-marine, pour l’imagerie. Et je pense qu’un film en 3D, un film de science-fiction se déroulant sur une autre planète sous l’eau, n’est-ce pas cool ? Titanesque. Je veux dire, tu n’as pas besoin de dire aux gens à quel point c’est cool. C’est juste : “Ouais, allons voir ça.”

Les abysses C’était un peu plus difficile à vendre, et je n’avais fait aucune exploration approfondie à ce stade. Je commençais tout juste à m’habituer au type d’outils, aux véhicules télécommandés et aux submersibles, au type de science et de technologie à ce moment-là. Mais une fois que j’ai fait Les abysses, il n’y avait pas de retour en arrière. Je devais vraiment aller dans le véritable abîme. Finalement, en 2012, je suis allé dans un endroit au-delà des abysses, appelé le Profondeurs Hadal. Le gouffre se termine à 6 000 mètres. Mais il y a une autre profondeur, vous savez, de 4 000 à 5 000 mètres de profondeur, là où les gens n’ont pas regardé. Je suppose que je suis allé jusqu’au fond de la piscine.

Jon Landau : Pour moi, quand je lis quelque chose comme Titanesque, honnêtement, je ne pense même pas à l’eau. Je suis tellement absorbée par l’histoire des personnages. L’eau est secondaire parce que je sais que nous allons trouver comment résoudre les problèmes de production.

Quand je lis quelque chose comme Voie de l’eau et [James says], “Jon, c’est plus d’eau.” Je dis: «Je veux plus d’eau. Apportez plus d’eau. Parce que je suis plongeur, j’aime la plongée sous-marine et pouvoir partager cette expérience avec d’autres personnes. je pense que c’est ça Avatar : La Voie de l’Eau fait : Les gens ont l’impression de faire leur première plongée sous l’eau.

JC : Oui, nous voulions que cela soit palpable, tangible. Le fait est que vous connaissez les défis à relever. Nous avons donc commencé, littéralement, des années à l’avance avant de lancer le film. La voie de l’eau, injectant des tonnes d’argent, des millions et des millions de dollars dans la R&D pour générer les meilleures simulations infographiques de l’eau possibles – bien au-delà de tout ce qui avait été fait auparavant – parce qu’il faut comprendre l’ampleur du défi dans chacun de ces domaines. films. Nous avons commencé ce processus le plus tôt possible, avant même de lancer le casting et tout ce genre de choses, de créer ces simulations. Ensuite, tout a payé dans l’image finale car on ne peut pas dire que cette eau n’est pas de la vraie eau. Je ne peux pas le dire. Je dois me rappeler : « Oh ouais, ce n’était pas de la vraie eau. » Même si nous avons tourné dans l’eau, nous n’avons pas photographié l’eau. Nous avons capturé le mouvement de l’interprète et la performance faciale. L’eau elle-même, nous n’avions aucun moyen de la capter. Tout cela a donc dû être créé plus tard sous forme de simulation basée sur la physique.

AVC : Avec lequel est-il le plus facile de travailler : l’eau numérique ou l’eau réelle ?

JC : Eh bien, je ne suis pas aussi mouillé ! Sur Les abysses, par exemple, j’étais sous l’eau 8 à 10 heures par jour. Les acteurs étaient peut-être sous l’eau quelques heures par jour parce que nous ne les faisions descendre que lorsque nous étions allumés, prêts et en quelque sorte en train de répéter. Sur La voie de l’eau, Je travaillais à sec. Les acteurs étaient dans l’eau, mais pas moi. La raison en est que ma caméra virtuelle m’a donné une meilleure connaissance de la situation et une meilleure capacité à gérer tous les aspects au-dessus et au-dessous de l’eau qu’elle ne l’aurait été si j’avais réellement été sous l’eau avec eux. Ayant fait les deux, je peux dire que c’était absolument la meilleure façon d’y parvenir. Ainsi, sur ma caméra virtuelle, je pouvais voir tous les acteurs sous l’eau comme leurs personnages dans le monde, avec le corail, avec la lumière, avec les créatures.

JL : Je dirais qu’il faut les deux. Avatar : Voie de l’eau, nous devions capturer nos acteurs sous l’eau pour qu’ils ressentent le courant. Vous réagissez différemment. Votre corps est différent. Les gens nous ont suggéré : « Faites un séchage sur mouillé ». Faites ces autres choses. Non. La vérité dans la performance. Nous avions besoin d’eau. Et puis dans le CG, il y avait l’autre élément parce que nous ne photographiions pas notre décor. Nous en avions besoin pour créer une expérience immersive.

JC : C’est vrai pour tous les films, Jon. Je veux dire, sur Les abysses, Mary Elizabeth Mastrantonio a dû apprendre à se comporter à l’intérieur d’un casque de plongée. Tout le monde devait d’abord devenir certifié en plongée, puis certifié en casque. Ensuite, ils ont dû descendre dans le royaume obscur et agir. La même chose sur Titanesque. Il y avait de véritables scènes d’eau, de l’eau coulant dans les couloirs, des inondations, toutes sortes de choses de type quasi-noyade. Cela demande un engagement de la part des acteurs, et ils ne savent pas forcément à quel point cela va être difficile lorsqu’ils s’inscrivent pour le concert.

JL : Je me souviens qu’un grand moment est venu de Kate [Winslet] sur Titanesque, alors que nous étions dans un des couloirs inondés, elle le traversait avec la hache et elle se débattait. Une fois la prise terminée, elle dit : « Ouais !

JC : Parce que c’était réel. Cela semblait réel. Je connais la scène dont tu parles où elle se tire le long du tuyau. Cette eau était froide aussi. Elle n’agissait pas entièrement lorsqu’elle a fait « brrr » et ses lèvres sont devenues bleues.

AVC : Qu’est-ce que ça fait de remasteriser toutes ces choses en même temps, de rebondir sur Titanesque à Pandore à Les abysses?

JC : Les remasters ont été réalisés séquentiellement au fil du temps. Cela prend du temps et de l’énergie. Nous n’allions pas en quelque sorte vers une sortie des six en même temps. C’est juste arrivé. Tous les matériaux et fonctionnalités à valeur ajoutée ont été réunis en même temps. Ensuite, nous avons simplement fixé une date cible pour les vacances et avons fait en sorte que cela se réalise. Mais nous avons une super équipe. Geoff Burdick chez Lightstorm est notre vice-président en charge de la technique, mais il s’occupe également de toutes ces tâches d’archivage, de tous les transferts. Et nous avons une super équipe au studio Disney qui crée tous les emballages et tout ça. C’est vraiment un effort composite. Je passe une période intense pour effectuer le transfert. Les matériaux des featurettes sont coupés et me sont montrés, mais Jon était davantage la force motrice de tout ça, du moins sur les films dans lesquels il a participé en tant que producteur.

JL : Nous n’avons pas fait cela dans une petite fenêtre et nous nous sommes précipités. Vous savez, comme James l’a dit, le plan a été élaboré sur plusieurs années. Nous avons donc commencé à réfléchir à ce que nous voulions ajouter. Quelle est la valeur ajoutée ? Proposer deux tout nouveaux documentaires sur Les abysses. Un nouveau : « La peur n’est pas une option » fait partie du Vrais mensonges libérer. J’adore vraiment le titre. C’est un message formidable auquel tout le monde doit réfléchir. Et sur Avatar, pour pouvoir voir des choses comme les pannes de scène.

JC : J’adore la répartition des scènes parce que vous pouvez vraiment voir les performances de l’acteur et comment elles se traduisent dans l’image finale et vous voyez que c’est absolument ce qu’ils ont fait, comme au niveau moléculaire. Ils deviennent bleus, ils mesurent 10 pieds de haut, ils ont des oreilles de chat, vous savez, et des yeux géants et tout ça. Mais c’est littéralement exactement ce que Zoé [Saldaña] fait, ce que Sam [Worthington] a fait, ce que Sigourney [Weaver] a fait. Et Sigourney avait 69 ou 70 ans quand nous la capturions pour La voie de l’eau et pour Avatar trois. La voir comme ce personnage de 15 ans et voir que c’est exactement ce qu’elle a fait. C’est une telle célébration du jeu d’acteur de le voir.

Dans ce que nous appelons « la déconstruction de la scène », où vous voyez toutes les étapes qui vous amènent à l’image finale, nous n’aimons pas montrer tout cela avant la sortie du film. Nous ne voulons pas que les gens voient les coulisses. Nous voulons qu’ils croient que cet endroit est réel. Nous savons que ce n’est pas réel. Mais à la seconde où vous voyez quelqu’un dans un justaucorps noir avec un casque, c’est comme, comment pouvez-vous ne pas voir ça ? Mais une fois l’expérience du film vécue, pourquoi ne pas partager la magie, les coulisses ?

AVC : Vous consacrez une grande partie des commentaires de 2005 à Titanesque répondre aux critiques sur l’historicité du film et démystifier les mythes. L’exactitude historique est évidemment très importante pour vous. À l’heure actuelle, il y a beaucoup de débats sur l’exactitude historique du cinéma, notamment en ce qui concerne Ridley Scott Napoléon. Lorsque vous regardez un film, l’inexactitude historique enlève-t-elle l’expérience ?

JC : Cela fait. Si je regarde un film et que je suis enthousiasmé par ce que je vois, et que je pense : « Wow, c’est vraiment arrivé. » Et puis je vais lire, et je me rends compte qu’ils ont pris toutes ces libertés qui m’ont en quelque sorte séduit sur le moment mais qui se sont révélées fausses, je ne regarderai plus jamais ce film.

Je pense que c’est l’expérience inverse avec Titanesque. Titanesque est une histoire tellement incroyable. Vous n’êtes pas obligé d’inventer des choses. Évidemment, nous avons inventé l’histoire de Jack et Rose et de sa famille et tout ce genre de choses. Mais c’était pour vous donner un portail d’entrée dans le monde de Titanesque et les événements réels de celui-ci. Mais lorsqu’il s’agissait de montrer ce qui s’est passé, nous avons été rigoureux. Nous étions rigoureux quant au type de canot de sauvetage lancé, dans quel ordre, à quelle heure, qui se trouvait où et quels officiers se trouvaient où. Nous avons parcouru des milliers de pages d’entretiens avec des témoins et de transcriptions des différentes enquêtes menées par la suite, ainsi que tout l’historique disponible. Nous avions des historiens à bord pour nous vérifier. Nous sommes rentrés. Nous avons essayé de recréer le navire, le décor, la vaisselle et les gilets de sauvetage ; tout a été fait avec une minutie méticuleuse.

Maintenant, il y a une chose intéressante à propos de l’histoire, c’est que s’il n’y avait pas de caméra vidéo ou de nombreuses caméras de surveillance, il y aurait beaucoup de lacunes et les souvenirs des gens ont tendance à être inexacts ou à combler les choses. J’essaie de reconstituer tous ces témoignages oculaires qui parfois ne concordaient pas, n’est-ce pas ? Mais, vous savez, heureusement, nous sommes allés sur l’épave et nous avons également procédé à un examen médico-légal très très approfondi de l’épave. Il y a certaines choses que j’ai mises dans le film qui, selon moi, se sont produites et, pour la plupart, se sont avérées vraies sur la base d’enquêtes ultérieures après la réalisation du film. Certaines des choses que j’ai mises dans le film étaient en fait controversées auprès des soi-disant experts de l’époque et se sont avérées acceptées plus tard. Alors, d’une manière amusante, [Titanic] C’était une histoire plus précise et plus exacte que celle qui existait à l’époque parce que nous devions la tenir debout et la réaliser. Nous avons dû retirer ce canot de sauvetage pliable du toit et le placer sur le pont. Eh bien, comment diable ont-ils fait ? Eh bien, nous avons dû le découvrir. Tout d’un coup, ce témoignage oculaire commence maintenant à avoir un sens alors que nous avons suivi ce processus de mise en scène de l’ensemble.

AVC : Avec tout ce sur quoi vous travaillez, avez-vous eu le temps de regarder des films cette année ? Avez-vous des favoris ?

JL : je creuse Oppenheimer et Le créateur. Je pensais que ce qu’ils étaient capables de faire visuellement avec cela était époustouflant.

JC : On finit par tout voir. Peut-être pas le jour de la sortie. je n’ai toujours pas vu Napoléon. Mais bien sûr, j’attends toujours avec impatience tout nouveau film de Ridley Scott, donc je le verrai aussi vite que possible. Oppenheimerévidemment. Barbie, je pense, c’est incroyable. C’est absolument incroyable. C’est étonnant en tant que phénomène social qu’un film qui semble parler de si peu de choses parle autant de choses importantes entre les hommes et les femmes, ainsi que du type de dialogue et de sa politisation. C’est vraiment assez étonnant.

J’ai parlé à Greta [Gerwig] beaucoup de choses à ce sujet, et elle savait exactement ce qu’elle faisait, et elle cherchait quelque chose, et elle y est parvenue. Et je pense que c’est vraiment louable.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/james-cameron-and-jon-landau-on-water-historical-accur-1851072874?rand=21407

Napoléon de Bill & Ted sur la liberté de jouer le petit empereur
Jeffrey Wright parle de la fiction américaine : interview
Tags: Barbie, Cameron, historique, James, Jon, leau, lexactitude, sur, Ландау
159 queries in 1.031/1.031 sec, 15.24MB
Яндекс.Метрика