Interviews

Le réalisateur Jonas Poher Rasmussen à propos de son film Flee, nominé aux Oscars

Pour Fuir Selon le réalisateur Jonas Poher Rasmussen, la saison des festivals de cinéma et des récompenses à Hollywood est bien plus qu’une simple occasion de remporter des distinctions (bien méritées). C’est l’occasion pour le cinéaste danois, un nerd avoué, de côtoyer d’autres cinéphiles, de Guillermo del Toro à Kristen Stewart à un compatriote originaire de Scandinavie Joachim Trèves.

Le résumé hebdomadaire des films de l’AV Club

Combinant une animation dessinée de manière évocatrice avec l’histoire réelle du réfugié Amin – un pseudonyme pour un ami de Rasmussen, révélant anonymement son histoire de fuite d’Afghanistan pour la Russie et le Danemark –Fuir a marqué l’histoire des Oscars en devenant le premier titre nominé dans trois grandes catégories : animation, documentaire et film international, ce dernier comme entrée danoise de cette année. Il est également remarquable de centrer un protagoniste queer sans, comme le dit Rasmussen, exotiser ou trop insister sur son caractère bizarre. Le directeur a dit Le Club AV sur l’universalité de Fuirses influences cinématographiques et ce qu’il espère pour l’avenir du cinéma international.


The AV Club : Félicitations pour les nombreuses distinctions méritées pour Fuir. Comment ça s’est passé d’être frappé Nominé aux Oscars?

Jonas Poher Rasmussen : C’est fou, vraiment. Tout a commencé par une simple conversation entre Amin et moi dans mon salon à Copenhague il y a près de dix ans. Au début, nous pensions simplement que cela pourrait être diffusé à la télévision locale au Danemark. Donc être ici à Hollywood 10 ans après ça, c’est bien sûr incroyable et génial. Et cette histoire est si importante pour moi. C’est une histoire très personnelle pour un de mes très chers amis. Pour voir comment les gens ont réagi, que les gens l’acceptent vraiment et comprennent ce qu’il a vécu, comment cela affecte les réfugiés, surtout en ces temps-là, il devient très significatif de diffuser ce genre d’histoires.

AVC : Maintenant que vous êtes ici à Hollywood, en compagnie d’autres nominés aux Oscars, vous souvenez-vous de vos attentes initiales concernant l’accueil de ce film ?

JPR : C’était vraiment un projet qui a grandi, grandi et grandi. Cela a commencé par cette conversation et… plus tard, on aurait le sentiment de faire quelque chose de spécial. Mais vous savez, j’ai déjà eu ce sentiment et d’autres personnes n’ont pas ressenti la même chose. Alors bien sûr, lors de la première du film à Danse du Soleil, nous avons reçu des critiques vraiment étonnantes et des réactions étonnantes pour le film. Et c’est un peu là que nous avons vu, d’accord, peut-être que nous avons réellement fait quelque chose de spécial et peut-être pouvons-nous aller jusqu’au bout. Mais quand même, je pense qu’on a dû se pincer le bras quand on est arrivé [Oscar] nominations il y a un mois. C’est remarquable. J’ai rencontré des gens formidables, des gens dont j’ai regardé les films, et c’est un honneur incroyable d’être parmi eux.

AVC : Quel a été votre moment préféré, apportant Fuir vers des pays du monde entier ?

JPR : Nous avons besoin de deux moments préférés. L’une consiste à rencontrer d’autres cinéastes ; Je pense que, surtout après la pandémie, rencontrer le public et voir comment le public réagit à l’histoire a été vraiment incroyable et significatif. Avoir ces cas où les gens viennent vers vous lors des projections et [say]”Ce n’est pas seulement l’histoire d’Amin, mais c’est aussi mon histoire” a été vraiment très significatif.

Mais sur le plan personnel aussi, le déjeuner des Oscars était tout simplement fou. Vous savez, j’étais à table avec Guillermo del Toro qui m’a fait un gros câlin. Et juste derrière moi il y avait Billie Eilish et Kristen Stewart. Vous savez, venant du Danemark rural, c’est vraiment quelque chose. Tout le monde était juste là pour célébrer le cinéma. Et ces dernières années, nous avons été séparés et maintenant, pouvoir enfin être ensemble et célébrer à nouveau le cinéma était vraiment émouvant.

AVC : La saison des récompenses à Hollywood crée cette confluence de cinéastes internationaux, en conversation et en « compétition ». Y a-t-il quelque chose que vous avez appris du cinéma américain, ou que les cinéastes américains devraient apprendre du cinéma scandinave ?

JPR : Pour moi, le cinéma américain est un peu ce avec quoi j’ai grandi : la façon dont on raconte une histoire, la clarté, la brillance et le savoir-faire. Le jeu! Mais cela étant dit, il existe bien sûr d’autres façons de raconter des histoires. L’Académie [honors] différents types d’histoires – à voir Parasite, que j’ai trouvé incroyable, l’un des chefs-d’œuvre de la dernière décennie, obtenir la reconnaissance qu’il mérite aux Oscars, je pense, était magnifique. Et j’espère aussi que parce que le monde devient plus petit et que nous sommes de plus en plus connectés de diverses manières, via les médias sociaux et de diverses manières, j’espère que cela continuera et que nous commencerons à voir des films de pays d’Afrique et d’Amérique du Sud. et partout dans le monde également. Parce que je pense que le sentiment de connectivité est vraiment important, non seulement pour le cinéma, mais pour le monde en général.

AVC : Qu’en est-il des histoires et des personnages queer au cinéma ? Sommes-nous à un tournant avec une représentation authentique des LGBTQ dans les films du monde entier ?

JPR : J’espère vraiment. Je pense que c’est incroyable de voir, vous savez, cette année nous avons deux films LGBTQ dans la catégorie animation[[Fuir et Les Mitchell contre. Les machines]- où nous avons deux protagonistes qui sont gays et pas d’une manière où c’est une chose. C’est juste une partie naturelle de qui ils sont, pas comme si nous devions le signaler.

Au début, je ne pensais pas vraiment que le fait qu’Amin soit gay jouerait un rôle important dans cette histoire. Parce qu’il m’a fait son coming-out quand j’avais 17 ans, donc cela a toujours fait partie intégrante de qui il était. Mais ensuite, en lui parlant de ses propres inquiétudes quant à son coming-out auprès de sa propre famille, je me suis dit, d’accord., nous devons également faire de la place à cette histoire dans le film. Mais c’était très important pour moi que cela paraisse naturel. Ce n’était pas quelque chose d’exotique. Tu sais, quand tu rencontres son petit-ami, ce n’est pas grave, c’est juste deux personnes, elles s’embrassent. Voilà comment il devrait être.

Amin et Kasper dans Flee, le documentaire animé de Neon de Jonas Poher Rasmussen

Photo: Néon

AVC : Parce que Fuir est nominé dans ces trois catégories aux Oscars – une première dans l’histoire de l’Académie – je voulais vous poser des questions sur vos influences cinématographiques. Quels films d’animation, documentaires, puis disons « internationaux » vous ont inspiré et la réalisation de Fuir?

JPR : L’évidence [influence for Flee] est Valse avec Bashir, qui est ce documentaire animé sorti en 2009, traitant également du traumatisme. C’est vraiment le film que j’ai vu et où j’ai compris que cela était possible. Je n’avais jamais vraiment entendu parler de documentaires d’animation auparavant, donc ce film était vraiment époustouflant d’une certaine manière, sur la façon dont on peut gérer un traumatisme et parler de choses dont il est vraiment difficile de parler. Valse avec Bashir parle de traumatisme et de génocide, et parce que c’est animé, je me disais, d’accord, je peux m’asseoir pendant ça, je peux écouter ce qui se dit. Et cela ne devient pas trop. La façon dont ils pouvaient utiliser l’animation pour créer un espace parfois plus émotionnel était vraiment puissante. Donc celui-là a vraiment été une grande inspiration pour moi.

Mais j’ai grandi avec l’animation. j’ai aimé [Hayao] Miyazaki des films, bien sûr. Et Disney et Pixar. Et puis pour le documentaire, j’ai été bluffé par L’acte de tuer. Il s’agit en fait d’un film de la même société de production que Fuir a été fabriqué, donc je suis un peu partial. J’étais dans la société à l’époque, et ce film n’était qu’une de ces expériences où l’on s’assoit après et on ne se lève pas de sa chaise au cinéma. Je n’ai jamais rien vu de pareil auparavant. Ce film [created] un grand changement en moi dans la façon de raconter des histoires. Et pour le cinéma « international », un de mes grands héros est [Oscar-]également nominé : Joachim Trier pour La pire personne au monde. J’ai vu ses films depuis que je suis à l’école de cinéma ; Reprise et particulièrement Oslo, le 31 août [are] très, très proche de mon cœur. J’ai fait un film à l’école de cinéma qui était presque une arnaque d’un de ses films – juste une séquence, pas une arnaque complète. Mais cela m’a beaucoup inspiré. Il y a une telle chaleur, une telle tonalité et une telle personnalité dans ses films qui me frappent quelque part de spécial. Joachim Trèves… on peut dire qu’il y a une profonde affection pour ses personnages dans tous ses films. Et il a juste une façon très ludique de vous raconter des histoires que je trouve très inspirantes.

AVC : Qu’est-ce que Fuir vous enseigner votre processus créatif ou vous-même, afin que vous puissiez l’utiliser dans de futurs projets ?

JPR : L’animation est un processus très différent des documentaires que j’ai réalisés auparavant car il faut être très précis. Parce que l’animation coûte très cher, vous devez savoir exactement comment raconter votre histoire avant de commencer à animer quoi que ce soit. Et cette position, je pense, a vraiment été une révélation pour moi. Avant, j’aimais faire des choses un peu « rock » n’ roll », en quelque sorte comprendre comment faire les choses en cours de route. Ce qui a aussi ses avantages. Mais ici, je pense avoir trouvé un endroit où je comprends comment raconter une histoire et [know how] pour le commencer et le terminer. Donc la perception du cinéma qu’on retrouve dans l’animation est vraiment quelque chose que je veux apporter dans mes nouveaux projets. Et bien sûr, avec tout le succès de Fuir, des portes se sont ouvertes qui n’étaient pas ouvertes pour moi auparavant. J’ai donc quelques idées sur lesquelles je vais m’appuyer lorsque j’aurai terminé toute la campagne. C’est assez difficile de se concentrer sur autre chose ces derniers mois !

AVC : Eh bien, nous avons hâte de voir ce que vous ferez ensuite. Et éventuellement avec Guillermo del Toro !

JPR : Ouais, j’adorerais ! C’est un gars incroyable.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/flee-oscar-nominee-jonas-poher-rasmussen-interview-1848682353?rand=21407

Une interview avec le directeur de Drive My Car, Ryusuke Hamaguchi
Iris K. Shim, scénariste-réalisatrice d’Umma
Tags: aux, Flee, Jonas, nominé, Oscars, Poher, propos, Rasmussen, réalisateur, son, фильм
159 queries in 1.008/1.008 sec, 15.31MB
Яндекс.Метрика