Revues

Cannes 2018 : « Dogman » de Matteo Garrone satisfait la vengeance des chiens

Cannes 2018 : « Dogman » de Matteo Garrone satisfait la vengeance des chiens

par Alex Billington
18 mai 2018

Examen de Dogman

Montrez-moi un film avec des chiens traités avec amour et compassion, et c’est déjà l’un de mes favoris. J’avoue que je suis un peu partial et donc j’aime probablement ce film plus que je ne devrais, mais là encore, c’est un super film. Homme-chien est le dernier long métrage du célèbre cinéaste italien Matteo Garrone (de Gomorrhe, Conte de contes) et il a été présenté en première au Festival de Cannes cette année. Le film n’est pas aussi profond que le travail passé de Garrone, mais il est tout aussi engageant et toujours satisfaisant à sa manière, ce qui en fait de toute façon une histoire cinématographique digne et admirable. Homme-chien est inspiré de l’histoire vraie d’un toiletteur de chiens d’une petite ville d’Italie qui s’est battu contre un voyou de la pègre de la drogue italienne, tout en gardant sa dignité (pour l’essentiel) pendant qu’il y était.

Homme-chien étoiles Marcello Fonte comme Marcello, un père humble, calme et solitaire vivant dans une petite ville de la côte italienne. Il aime les chiens et travaille comme toiletteur pour chiens, et vend/détient également de la drogue et d’autres produits de contrebande dans le cadre de la scène « clandestine » de la ville. Mais c’est surtout parce que ça fait partie de la vie là-bas, tout le monde se soutient. La ville est tourmentée par un voyou nommé Simone, joué par Edoardo Pesce, qui parvient à ses fins en tabassant les gens. Personne ne le dérange. Tout le monde essaie de maintenir une amitié passive car ils ne veulent pas encourir la colère de ses poings. Mais un jour, il va trop loin et décide de cambrioler un magasin local, mettant ainsi en danger la vie et les moyens de subsistance de Marcello. Alors Marcello repousse finalement. Cela devient une histoire cathartique de vengeance contre un tyran, et vous savez quoi, j’avais vraiment besoin de voir ça. Bon sang oui, Marcello, je suis avec toi.

Bien que l’histoire ne soit essentiellement qu’un récit italien de vengeance, c’est le cinéma qui élève le tout. Garrone est tellement talentueux et sait comment entraîner le public dans le monde sombre et en décomposition de cette ville italienne. On se perd dans sa cinématographie et dans les lieux, et il n’a pas besoin d’en faire trop dans cette élégance simple, on peut facilement s’y plonger et reconnaître ce qui se passe localement. Et puis Garrone nous permet de sympathiser et de comprendre Marcello, même s’il est effectivement un trafiquant de drogue et un passionné de coke, au moins il aime les chiens et aime sa fille et veut juste vivre une vie simple en gardant les gens autour de lui heureux. Pourquoi est-ce si grave ? (Ce n’est pas le cas.) Plus que tout, Homme-chien est une étude de caractère sur « l’homme-chien » et ce moment de sa vie, et elle est superbe en plus. Parfois, ce sont ces histoires que nous devons raconter.

Bien entendu, tous les chiens du film sont bons chiens le meilleur. Il interagit avec beaucoup d’entre eux, avec quelques scènes de toilettage dans son magasin, et d’autres scènes où il interagit avec des chiens locaux dans la ville. Garrone a un grand respect pour l’amour de Marcello pour ces amis à quatre pattes et permet au film de se délecter de cet amour. Tant de films sur les chiens ne consacrent jamais assez de temps à montrer cela et ne nous donnent jamais la chance de croire que ce personnage aime vraiment ces animaux. Mais ce n’est pas un souci ici. En tant qu’amoureux des chiens, cela m’a eu. En tant que personne victime d’intimidation, cela m’a eu. En tant que cinéphile, cela m’a eu. Ce n’est peut-être pas le film le plus profond de Garrone, mais cela n’a pas d’importance, cela reste une excellente étude de personnage de ce maître italien.

Note d’Alex à Cannes 2018 : 8,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Cannes 18, Revoir

1

DAVIDPD le 20 mai 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/cannes-2018-matteo-garrones-dogman-is-satisfying-dog-vengeance/?rand=21919

Critique : « Deadpool 2 » est plus ou moins pareil et c’est surtout une bonne chose
Cannes 2018 : « Le Poirier sauvage » de Ceylan est un art profond et existentiel
Tags: Cannes, chiens, des, DogMan, Garrone, Matteo, satisfait, vengeance
Our Sponsors
161 queries in 1,647/1,647 sec, 21.14MB
Яндекс.Метрика