Revues

Cannes 2019 : « Une vie cachée », le long drame autrichien de Malick sur la Seconde Guerre mondiale

Cannes 2019 : « Une vie cachée », le long drame autrichien de Malick sur la Seconde Guerre mondiale

par Alex Billington
20 mai 2019

Une revue de la vie cachée

Cinéaste acclamé Terrence Malick revient cette année au Festival de Cannes, 8 ans après avoir remporté la Palme d’Or en 2011 pour L’arbre de la vie. Son dernier film s’intitule officiellement Une vie cachée (en français: Une vie cachée), initialement appelé Radegonde en production – qui est aussi le nom de la ville autrichienne (St. Radegund) où se déroule la majeure partie du film. Ce film de 2 heures et 53 minutes raconte l’histoire vraie d’un jeune agriculteur de l’Autriche rurale pendant la Seconde Guerre mondiale qui refuse de signer un serment envers Hitler et se retrouve en prison. Nous avons vu et entendu de nombreuses histoires d’objecteurs de conscience, mais cette fois, elles sont racontées du point de vue des nazis – ou plutôt de quelqu’un qui a été enrôlé pour rejoindre l’armée nazie (comme la plupart des Allemands et des Autrichiens) et a refusé de le faire. Sa famille a été méprisée et crachée dessus, et il n’a jamais pu sortir de prison.

Celui de Malick Une vie cachée est incontestablement un film magnifique, ce qui ne devrait pas surprendre, mais il s’agit surtout d’une autre resucée de son style visuel. Il emprunte des plans et des éléments à Jours du Ciel et L’arbre de la vie, montrant cette famille d’agriculteurs se roulant dans l’herbe, jouant à flanc de colline, riant et courant autour de leur ferme. La cinématographie du directeur de la photographie allemand Jörg Widmer (qui était caméraman sur L’arbre de la vie) est magnifique et panoramique, avec des prises de vue avec des grues et des vues grand angle à la main, à peu près similaires à la façon dont il a tourné la plupart de ses films. Cela ne veut pas dire que ce n’est pas beau à voir, surtout toutes les vues de cette ville de montagne où ils vivent (et je dois maintenant la visiter). Mais toute cette beauté s’installe assez rapidement et l’histoire se déroule sur trois très longues heures. C’est en effet trop long et parfois épuisant de continuer à regarder, mais plus encore dans la seconde moitié une fois qu’il est en prison. Je préfère l’ouverture à la seconde moitié – montrant de manière subtile la transition soudaine de la tranquillité à la guerre.

Bien qu’il s’agisse clairement d’un film sur la Seconde Guerre mondiale, Malick s’appuie spécifiquement sur les éléments clichés que l’on retrouve habituellement dans les films de guerre. Il n’y a pas de sang, pas de violence, presque aucun combat (à part quelques villageois qui s’affrontent), et même les scènes de prison ne sont pas aussi intenses que prévu. Cette retenue est utilisée pour maintenir le focus sur cette seule histoire, pour nous montrer comment un homme lutte pour maintenir son sentiment de paix dans un monde où tout le monde semble être devenu fou. Il y a une référence évidente à l’époque d’aujourd’hui – les villageois qui étaient autrefois paisibles et calmes se lèvent soudainement en criant à quel point les nazis sont géniaux et à quel point quiconque refuse de les approuver et de les soutenir est fou (ou des criminels ou de mauvaises personnes). ). La guerre et le régime nazi en ont fait des gens haineux qui croient qu’ils ne font que profiter à leur propre nation, en luttant pour leur pays et pour leur sécurité et celle de leurs voisins. Bien entendu, l’histoire nous permet de constater à quel point ils se trompaient. Et à ce moment-là, seul Franz comprend à quel point c’est absurde et ne rejoindra pas l’armée comme tout le monde.

Au cours de ces trois heures, Malick ne passe pas autant de temps à établir le raisonnement de Franz (bien qu’il soit exprimé sous la forme d’une vision religieuse – Dieu encourage la paix), mais à nous donner ce magnifique portrait de sa vie à la ferme et de la façon dont il est perturbé une fois que les nazis prennent le pouvoir. Ce qui est convaincant, surtout en comparaison de ce qui se passe partout dans le monde, avec la prise du pouvoir par des régimes de droite et des nationalistes convaincus que c’est bon pour le pays (spoiler : ce n’est pas le cas). Et je soutiens ce message, ainsi que la cause de Franz, mais étendre l’histoire de cet homme à trois heures commence vraiment à l’étirer trop. Il n’est qu’un homme, et bien qu’il y en ait d’autres bien sûr, la seconde moitié du film implique ces gardiens de prison essayant de le convaincre que son défi n’influencera personne, ni ne fera aucune différence dans le monde. Personne n’entendra jamais parler de lui. Personne ne s’en souciera. C’est une cause perdue. Pourtant, il n’abandonne pas – nous ne devrions pas non plus le faire. Et tout ce temps de prison est efficace au début, mais semble laborieux en tant que spectateur – surtout si l’on sait comment cela se termine.

Cela dit, j’apprécie tellement le travail de Malick en tant que cinéaste que je ne peux pas entièrement rejeter ce film. Outre la belle cinématographie, la musique maussade de James Newton Howard est merveilleux. Une autre de mes partitions préférées cette année, mais je suis déjà fan de JNH donc ce n’est pas une surprise. Août Diehl jouer Franz Jägerstätter donne une performance principale captivante, mais ce n’est pas digne d’une récompense. Le reste du casting est bien, mais ils ne semblent jamais aller au-delà des bases – presque comme s’il s’agissait de la première ou de la deuxième prise et ils n’en ont jamais voulu plus. Ils parlent un mélange d’allemand et d’anglais, principalement l’anglais lorsqu’il s’agit d’un dialogue important – ce qui est étrange mais pas aussi rebutant que je le pensais. Le film se déroule sans problème grâce à une voix off cohérente. La performance de Valérie Pachner car la femme de Franz, Franziska est ma préférée. Malick ne fait peut-être plus ses meilleurs films, mais il peut certainement encore faire un cinéma magnifique et très émouvant.

Note d’Alex à Cannes 2019 : 7 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Cannes 19, Revoir

1

kitano0 le 20 mai 2019

2

Charles Knowlton le 20 mai 2019

3

l’espritbo le 20 mai 2019

4

Charles Knowlton le 21 mai 2019

5

l’espritbo le 22 mai 2019

6

DAVIDPD le 20 mai 2019

7

LE_RAW_ le 20 mai 2019

8

Shiboleth le 21 mai 2019

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/cannes-2019-malicks-overlong-austrian-wwii-drama-a-hidden-life/?rand=21919

Cannes 2019 : le magnifique film d’animation de Jérémy Clapin « J’ai perdu mon corps »
Cannes 2019 : les règles de la brillante comédie noire « Parasite » de Bong Joon-ho
Tags: autrichien, cachée, Cannes, Guerre, long, Malick, mondiale, seconde, sur, Une, vie, драме
Our Sponsors
161 queries in 1,770/1,770 sec, 21.25MB
Яндекс.Метрика