Revues

Critique : « A Star is Born » de Bradley Cooper est une expression artistique émouvante

Critique : « A Star is Born » de Bradley Cooper est une expression artistique émouvante

par Adam Frazier
5 octobre 2018

Revue Une étoile est née

Co-écrit et réalisé par l’acteur Bradley Cooper2018 Une star est née est le troisième remake du film de William A. Wellman de 1937, qui a remporté sept nominations aux Oscars à l’époque. L’adaptation de George Cukor en 1954, avec Judy Garland et James Mason, a été nominée pour six. Et la version de 1976, avec Barbra Streisand et Kris Kristofferson, en a obtenu quatre. Entre les trois films, seuls deux Oscars ont été remportés : Meilleur scénario (histoire originale) en 1938 et Meilleure chanson originale en 1977. En tant que producteur, réalisateur, scénariste et star, Cooper suit les traces de Streisand et, si l’on en croit l’histoire, ses débuts en tant que réalisateur lui rapporteront plusieurs nominations, et à juste titre. Non seulement celui de Cooper Une star est née la première d’un cinéaste à la voix unique mais ça solidifie Lady Gaga en tant qu’artiste prééminent de l’époque.

Dans cette nouvelle version d’une histoire d’amour intemporelle, Cooper (de Livre de jeu des doublures argentées et gardiens de la Galaxie) incarne la mégastar du blues-rock Jackson Maine, qui découvre un soir Ally (Gaga), une artiste en difficulté mais immensément talentueuse et d’une authenticité rafraîchissante, et tombe amoureux d’elle à vue. Ally a abandonné son rêve de devenir une chanteuse à succès – elle ne pense pas qu’elle est assez jolie ou que sa voix compte – mais Jack voit son talent naturel et la fait sortir de l’obscurité et la met sous les projecteurs. À l’ouverture du film, on voit Jack alors qu’il s’apprête à monter sur scène, non sans avoir d’abord avalé une poignée de pilules et les avoir arrosées avec une gorgée de la bouteille. Mais lorsqu’il monte sur scène et interprète « Black Eyes » avec son groupe (joué par Lucas Nelsonfils de Willie Nelson et Promise of the Real), le talent de Jack est indéniable : c’est une star.

Revue Une étoile est née

Le rockeur chevronné travaille dans le monde de la musique depuis longtemps – il a tout vu – et toute l’attention et la célébrité l’étouffent. Lassé par une industrie du vide et de la superficialité, les démons de Jack prennent le dessus sur lui, jusqu’à ce qu’il rencontre Ally. La première fois que Jack la voit, elle joue « La Vie En Rose » dans un club de drag où il est tombé par hasard à la recherche de whisky. Entourée de drag queens, Ally a modifié son apparence pour s’adapter au mieux, mais c’est la puissance et la pureté de sa voix qui ressortent. Impressionné par sa performance, Jack s’approche d’Ally dans les coulisses et lui demande de prendre un verre ensemble au bar. C’est ici que Jack expose sa philosophie sur le fait d’être un véritable artiste. « Le talent vient de partout, mais avoir quelque chose à dire et une manière de le dire pour que les gens l’écoutent, c’est une toute autre affaire. Et à moins que vous n’y alliez et que vous n’essayiez de le faire, vous ne le saurez jamais. C’est juste la vérité. »

Ally a quelque chose à dire – il s’avère qu’elle est aussi une sacrée auteure-compositrice. Dans l’une des séquences les plus émouvantes du film, Ally interprète quelques lignes d’une chanson sur laquelle elle travaille à un Jack émerveillé dans un parking. Quelques jours plus tard, il entraîne l’ingénue capricieuse sur scène lors d’un de ses spectacles pour chanter en duo la chanson « Shallow », et Ally devient du jour au lendemain une superstar. Leur relation continue de s’épanouir à mesure que sa popularité grandit, et même s’ils se soutiennent mutuellement, l’amour de Jack pour elle ne parvient pas à surmonter sa dépression. Dans l’une de ses chansons, « Peut-être que c’est le moment », le refrain dit : « Il en faut beaucoup pour changer un homme, et il en faut beaucoup pour essayer ; il est peut-être temps de laisser mourir les anciennes méthodes. » Pour Jack, Ally est peut-être la seule chose qui vaut la peine d’être essayée, mais chaque fois qu’il attrape la bouteille, il entraîne avec lui la personne qu’il aime le plus.

Une star est née est le remake rare qui non seulement réussit, mais le fait mieux que n’importe lequel de ses prédécesseurs. Cooper m’a époustouflé avec sa mise en scène habile – il est vraiment ahurissant qu’un film aussi bien conçu et aussi émouvant soit l’œuvre d’un réalisateur débutant. Bien sûr, cela aide lorsque votre directeur de la photographie est un collaborateur fréquent de Darren Aronofsky. Matthieu Libatique (nominé pour un Oscar pour Cygne noir). Libatique filme les performances musicales du point de vue des interprètes et non du point de vue du public. En incorporant diverses techniques – portable, Steadicam, longs travellings – le directeur de la photographie et son caméraman, Scott Sakamoto, obtenez un style visuel unique qui allie le faste et le glamour d’une production hollywoodienne à l’authenticité authentique d’un documentaire. En gardant une focalisation rapprochée et personnelle, l’objectif nous permet de ressentir l’énergie enivrante de se produire en direct devant un public tout en participant à une relation très intime et parfois tragique en dehors de la scène.

Revue Une étoile est née

Je ne peux pas aller plus loin sans parler des performances de ce film, qui sont phénoménales à tous les niveaux. Pour développer le style musical de son personnage, Cooper a suivi des cours de guitare, de piano et de chant pendant six mois pour apprendre à jouer et chanter dans le rôle de Jackson Maine. Les performances vocales ont été enregistrées en direct le jour du tournage – rien de préenregistré – et cet engagement envers la réalité capture la vérité dans chaque performance. De même, Gaga livre une performance sobre et vulnérable dans le rôle d’une artiste en difficulté dont l’insécurité semble à des années-lumière de son personnage scénique pailleté et haute couture. Ensemble, Cooper et Gaga sont imparables, avec une alchimie indéniable qui fait que le film ressemble plus à une autobiographie qu’à une histoire d’amour fictive. Cooper s’entoure d’un ensemble tout aussi impressionnant, comprenant Sam Elliott, Dave Chappelle, Andrew Dés Argileet Antoine Ramosqui jouent un rôle essentiel pour comprendre qui sont Jack et Ally et d’où ils viennent.

Je ne peux pas exagérer à quel point je suis fasciné par ce film. Cooper et Gaga méritent tous deux des nominations aux Oscars pour leurs rôles, et je serais choqué si Une star est née ne surpasse pas ses prédécesseurs et remporte plusieurs prix. Le premier film de Cooper est sans aucun doute le meilleur film que j’ai vu cette année jusqu’à présent, et celui que le public, les critiques et tous les électeurs de l’Académie peuvent tous soutenir en tant que film grand public divertissant et émotionnellement engageant qui ressemble à un film indépendant, artistique. documentaire sur la musique house. C’est le film le plus réfléchi et le plus sincère que j’ai vu depuis longtemps, et je sais qu’il trouvera un écho auprès des artistes pris dans le train-train 9-5, travaillant en parallèle, poursuivant inlassablement leurs rêves dans l’espoir de se libérer un jour et de partager leur cadeau avec le monde.

La note d’Adam : 5 sur 5
Suivez Adam sur Twitter – @AdamFrazier

Partager

Trouver plus de messages : Revoir

2

Charles Knowlton le 5 octobre 2018

7

Jorrell Mcdaniel le 5 octobre 2018

8

LE_RAW_ le 8 octobre 2018

9

LE_RAW_ le 8 octobre 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/review-bradley-coopers-a-star-is-born-is-soulful-artistic-expression/?rand=21919

Critique du Fantastic Fest : la comédie zombie de Shinichiro Ueda « One Cut of the Dead »
Revue de Sitges : « The Spy Gone North » est un thriller d’espionnage coréen captivant
Tags: artistique, Bradley, Cooper, critiqué, émouvante, expression, Star, Une, Борн, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,806/1,806 sec, 21.15MB
Яндекс.Метрика