Revues

Critique : « Bohemian Rhapsody » ne se soucie pas de la vraie vie, juste de la fantaisie

Critique : « Bohemian Rhapsody » ne se soucie pas de la vraie vie, juste de la fantaisie

par Adam Frazier
2 novembre 2018

Revue de Bohemian Rhapsody

Lors d’une interview en 2010, le guitariste de Queen Brian May a annoncé qu’un film sur le légendaire groupe de rock britannique était en préparation. Sacha Baron Cohen (Borat, Bruno) devait jouer Freddie Mercury, avec Peter Morgan (La reine et Givre/Nixon), l’écriture du scénario. En 2013, cependant, Cohen a quitté le projet en raison de différences créatives. Peu de temps après, il a été annoncé que le réalisateur Dexter Fletcher (Eddie l’aigle) dirigerait le biopic avec Ben Wishaw dans le rôle de Mercury. Cela s’est effondré aussi. Puis en 2015, l’écrivain Anthony McCarten (La théorie du tout, L’heure la plus noire) s’est engagé dans ce projet apparemment voué à l’échec. Le film fut bientôt accéléré par la 20th Century Fox, avec le réalisateur Bryan Chanteur et acteur Rami Malek prêt à jouer Freddie. Et maintenant Bohemian Rhapsodyun biopic peint par numéros qui ressemble moins à un récit définitif de l’ascension de Queen vers la gloire qu’à Oscar Bait. Maman Mia !™.

Terminé par la performance emblématique du groupe au Live Aid de 1985, le film commence en 1970 avec un étudiant britannique de Pari, Farrokh Bulsara (Rami Malek), se rendant dans une boîte de nuit pour regarder un groupe local appelé Smile. Après le spectacle, il rencontre le guitariste Brian May (Gwilym Lee) et le batteur Roger Taylor (Ben Hardy) et propose d’être le nouveau chanteur du groupe après le départ de leur bassiste/chanteur. Avec l’ajout du bassiste John Deacon (Joseph Mazello), le groupe – désormais connu sous le nom de Queen – donne des concerts à travers l’Angleterre jusqu’à ce qu’ils vendent leur camionnette pour produire leur premier album, intitulé simplement Reine. Pendant ce temps, Bulsara crée le personnage scénique flamboyant de Freddie Mercury et change légalement son nom en tant que tel. Il développe une relation avec la Londonienne Mary Austin (Lucie Boynton) et le groupe décroche un contrat d’enregistrement avec EMI Records.

Revue de Bohemian Rhapsody

À partir de là, le film existe simplement comme un canal pour la musique de Queen. C’est un Les plus grands tubes chanter longuement, dont « We Will Rock You », « Another One Bites the Dust », « I Want to Break Free », « We Are the Champions » et bien sûr, le morceau titulaire de six minutes, « Bohemian Rhapsodie. » Lorsque le film tente quelque chose qui ressemble au drame, il le fait mal, fournissant une évaluation unidimensionnelle et superficielle de la vie tragique de Mercure. Il y a deux conflits au centre de cette histoire. Le premier se situe entre Mercury et le groupe. En 1984, Mercury s’installe à Munich pour travailler sur son premier album solo, M. méchant, ce qui entraîne la dissolution du groupe. Pourquoi cela poserait-il un problème, alors que Roger Taylor travaillait déjà sur son deuxième album solo, ça me dépasse. C’est presque comme si les cinéastes craignaient que vous aimiez trop le protagoniste, alors ils ont dû le faire passer pour un connard. Ne vous inquiétez pas, il y a une scène vraiment étrange dans laquelle Freddie supplie le groupe de le reprendre, assurant aux autres membres que sans eux, il n’est vraiment rien, ce qui atténue le conflit fabriqué juste à temps pour que le gang se réunisse au Live Aid.

Le deuxième conflit tourne autour de la sexualité de Freddie et de ses relations avec Mary et son manager Paul Prenter (Allen Leech). À Munich, Freddie tombe dans une spirale d’abus de drogues et d’alcool sous l’influence de Prenter, qui est votre manager maléfique standard et ne se soucie à peine de personne dans un biopic musical. Prenter est une sangsue manipulatrice qui distrait constamment la rock star avec de la drogue, de l’alcool et des orgies. Bizarrement, l’homosexualité de Freddie est le méchant de la pièce ; la raison pour laquelle sa relation amoureuse avec Mary s’est effondrée et pourquoi le groupe s’est séparé (même s’ils ne l’ont pas fait). Finalement, Queen se réunit et se dirige vers Live Aid, mais même ce morceau d’histoire télévisé publiquement n’est pas sans son lot d’inexactitudes. Pendant les répétitions, Freddie, visiblement malade, dit au groupe qu’il a le SIDA. Bien sûr, d’après tous les récits publiés, Mercury n’a reçu un diagnostic de VIH qu’en 1987, deux ans après l’émission Live Aid. C’est comme si McCarten et Singer pensaient que l’histoire de Mercury n’était pas assez cinématographique, alors ils modifiaient les faits pour créer de l’émotion.

Revue de Bohemian Rhapsody

C’est une décision étrange de mettre fin à l’histoire de Mercury en 1985, la même année où Mercury a commencé à sortir avec Jim Hutton (Aaron McCusker), qui sera son partenaire tout au long de sa lutte contre le sida jusqu’au décès du chanteur en 1991. Encore une fois, c’est comme si le film donnait la priorité à la relation hétérosexuelle de Mercury avec Austin au lieu de se concentrer sur son partenariat amoureux avec Hutton. Bien que la séquence Live Aid soit une reconstitution presque parfaite de leur set emblématique, on pourrait penser que c’était la dernière fois que Queen se produisait, même s’ils enregistraient ensuite plusieurs albums ensemble. Les biopics ne sont pas des documentaires, et parfois une licence créative est une nécessité, mais le film de Singer déforme les faits avec un mépris si flagrant qu’il est insultant pour l’héritage de Mercury. En termes d’authenticité, Bohemian Rhapsody fait des années 2001 Rock star ressembler Donnez-moi un abri.

Il est tout aussi frustrant de constater à quel point les performances sont bonnes pour un film aussi terne. Malek disparaît dans le rôle de Freddie, capturant sans effort la physicalité et le magnétisme du chanteur. Il est à la fois flamboyant et introspectif, marchant avec aisance sur la corde raide entre audace et timidité. De même, Hardy, Lee et Mazzello sont parfaits dans leurs rôles de Taylor, May et Deacon. Ils n’ont pas autant de temps à l’écran que Malek, mais ils font un travail fantastique en incarnant la formation légendaire de Queen. Lucie Boynton, Tom Hollanderet Aiden Gillen sont forts dans les rôles de soutien, même si j’aurais aimé que le scénario soit plus intéressé par l’exploration de leurs liens avec le groupe au lieu de servir de remplissage entre les performances musicales.

Vu l’implication du groupe dans sa production, c’est dommage que Bohemian Rhapsody n’honore pas leur héritage de manière adéquate ou précise. Bien sûr, cela rend hommage à Mercury et au groupe, mais cela leur rend également un très mauvais service en évitant leur réalité et la vérité. C’est un film tout à fait correct, quoique décevant, qui divertira sans aucun doute le grand public et les fans occasionnels, mais les fidèles inconditionnels du groupe pourraient trouver les innombrables incohérences et la narration superficielle choquantes et plutôt déplaisantes. Voyez-le pour la performance de Malek et la musique, bien sûr, mais si vous cherchez quelque chose qui ressemble à la vérité, vous feriez mieux d’écouter la bande originale en lisant la page Wikipédia du groupe.

La note d’Adam : 2,5 sur 5
Suivez Adam sur Twitter – @AdamFrazier

Partager

Trouver plus de messages : Revoir

1

Jimmy Hauser le 2 novembre 2018

4

coucou le 3 novembre 2018

5

Shiboleth le 5 novembre 2018

6

JohnDoeB le 5 novembre 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/review-bohemian-rhapsody-doesnt-care-about-real-life-just-fantasy/?rand=21919

Critique : Le documentaire « Shirkers » de Sandi Tan est une révélation rafraîchissante
Critique : « Widows » de McQueen est un thriller de braquage captivant avec des performances Dynamite
Tags: Bohemian, critiqué, fantaisie, juste, pas, Rhapsody, soucie, vie, vraie
Our Sponsors
161 queries in 2,573/2,573 sec, 21.16MB
Яндекс.Метрика