Revues

Critique : Le documentaire « Shirkers » de Sandi Tan est une révélation rafraîchissante

Critique : Le documentaire « Shirkers » de Sandi Tan est une révélation rafraîchissante

par Alex Billington
28 octobre 2018

Revue des escrocs

« Comment a-t-il pu disparaître ? » Putain, ce film est incroyable !! Je suis stupéfait. Le documentaire de Sandi Tan Les escrocs est l’un des meilleurs documentaires de l’année. Sans conteste, aucun doute. Toute l’ingéniosité. L’honnêteté. Les chats. L’histoire des fantômes. Les images. La créativité. Tout simplement phénoménal. J’ai vraiment eu des frissons et j’avais les larmes aux yeux à la fin. C’est un film tellement beau, époustouflant et rafraîchissant. Il est particulièrement créatif dans la manière dont il est structuré et complexe dans la gestion de tous les aspects du passé et du présent. Mais Sandi a tout en tête et elle a passé des années à tout mettre en place et c’est à peu près parfait. C’est un film totalement nerd à bien des égards (elles aspiraient à être les « Sœurs Coen », dont la première était à Cannes, et elles méprisaient les films hollywoodiens ringards). C’est revigorant, exaspérant, fascinant et inspirant. J’en ai adoré chaque dernière seconde.

Comme la plupart des grands films, c’est très difficile à décrire Les escrocs. Faite par Sandi Tan, qui a grandi à Singapour, le film raconte comment elle a décidé de faire un long métrage avec ses amis alors qu’ils étaient adolescents vivant à Singapour. Ils ont rencontré un homme mystérieux nommé Georges Cardona, qui les a aidés à produire et réaliser le film. Une fois le tournage terminé, il a disparu, emportant le film avec lui. Durant les vingt années suivantes, ils essayèrent d’oublier leurs expériences, croyant que le film était perdu à jamais. Jusqu’à ce qu’un jour il réapparaisse. Sandi a récupéré les bobines originales, qui ont été remarquablement soigneusement conservées, et a passé des années à se demander comment gérer ce retour vers son passé. Elle a donc décidé de réaliser ce documentaire, revenant sur ce qui s’est passé et comment cela les a changés. Les escrocs a remporté le prix de la réalisation dans la catégorie World Cinema Documentary au Sundance Film Festival en janvier – et il ne pourrait pas être plus méritant cette reconnaissance.

J’ai passé deux bonnes minutes à rire du plan aléatoire d’une demi-seconde qu’elle a laissé dans lequel cet autre cinéaste (qui a vécu une histoire similaire à celle qu’elle a vécue avec Georges) se faisait effrayer par le chat sur sa table. C’est juste un plan drôle, rien, mais c’est là-dedans. Je veux dire, c’est à ce moment-là que ça m’a vraiment frappé et que mon esprit a basculé et admis – c’est brillant. Vraiment. Des décennies de sentiments et d’émotions intenses, de passion, de souvenirs et de vies vécues, tout cela a été intégré dans ce film spectaculaire, le point culminant de TOUT cela distillé dans une expérience cinématographique inoubliable de 96 minutes. Imaginer tout le temps qu’il lui a fallu pour préparer son esprit à faire cela, passer le temps à réaliser cela et à raconter cette histoire comme elle le fait. Avec tant de confiance et de grâce, avec tant d’ouverture et une honnêteté sans limites. Nous pouvons tous apprendre beaucoup de Sandi à ce sujet. Nous pouvons ici acquérir la sagesse de ses techniques de narration – la façon dont elle parle d’elle-même et réfléchit sur elle-même.

Les nombreux moments avec ses deux autres amies, Jasmine et Sophie, lui répondant à travers la caméra sont également tout simplement parfaits. Tout d’abord, c’est génial que Sandi garde tout cela dans le film et n’hésite pas à le faire. Mais en plus de cela, ce sont les plaisanteries entre eux, leur connexion incommensurablement profonde et leur confort à se partager dans ces conversations. Les années et les années d’amitié. La façon dont l’autre personne peut voir la vérité, ce que l’autre ne peut parfois pas voir. Et comment ils se repoussent et apprennent instantanément les uns des autres pendant qu’ils parlent et traversent ces moments, devant la caméra maintenant. C’est passionnant de les regarder. J’avais un peu le vertige à chaque fois qu’ils revenaient à Jasmine parce que je savais qu’il y aurait quelque chose de mordant (et peut-être même brutal) mais important qui ressortirait de leur prochaine conversation, elle n’accepte aucune de ses conneries. Ha.

L’autre aspect brillant du film est l’interaction et le montage entre les images du film lui-même. Les escrocs film qu’ils ont réalisé il y a des années, et l’histoire actuelle qu’elle essaie de raconter à travers le documentaire. C’est un équilibre délicat, mais il est également parfaitement géré. Comme le disent les trois femmes vers la fin, le film existe, il fait – il existe en eux. Même s’il n’a jamais été terminé ni sorti, Sophie explique qu’il y a ce sentiment qu’il est une partie de l’histoire du cinéma de Singapour. Et maintenant, il existe aussi dans les cadres, dans les couches de ce aussi un nouveau film. Après avoir regardé ça, j’ai eu l’impression d’avoir vu deux films complets : l’original Les escrocs pendant qu’ils l’ont filmé et imaginé. Et ce nouveau documentaire, un examen beaucoup plus méta-archivistique + narratif + cathartique + historique de ce qui s’est passé et où ils en sont maintenant. Et comment cela les a affectés, en bien et en mal. C’est une formidable réussite que de réussir cet amalgame ambitieux de tout, passé et présent.

C’est un exploit que d’établir et de maintenir cet équilibre de manière si constante, de nous donner juste assez de deux récits pour avoir naturellement l’impression que nous faisons désormais partie de son expérience. Et avoir l’impression que nous, en tant que public/téléspectateur, pouvons comprendre tous qu’elle a vécu et tout ce qu’elle espérait réaliser en réalisant l’original Les escrocs film. Sandi doit faire face à son passé. Et elle doit examiner ce qu’elle ressentait et quel était son esprit lorsqu’elle était plus jeune en train de tourner le film. Comparez ensuite cela à ce qu’elle a appris maintenant en grandissant ; en essayant d’oublier et d’avancer, et en considérant ce qu’elle a appris en devenant adulte. Ces deux côtés (de l’histoire) doivent s’affronter, et ils le font, et Sandi le gère avec maturité en laissant le cinéma être la conversation entre eux. Et c’est merveilleux.

Entre ce film et celui de Bing Liu Combler l’écarttous deux sortis du Sundance Film Festival plus tôt cette année, ces documentaires ont sérieusement mis en scène (ou en fait – concernantset) une barre haute pour un cinéma humaniste très honnête, très personnel et très réfléchi qui rivalise même avec les meilleurs longs métrages. Bing et Sandi, merci. Merci d’être si honnête, ouvert et vulnérable, et merci d’avoir eu le courage de mettre autant de vous-même dans ces films. Raconter sa propre histoire et examiner ses propres insécurités n’est pas facile. Et merci d’être si attentionnés et attentionnés en tant que cinéastes en racontant des histoires aussi captivantes et émouvantes sur les gens qui vous entourent. C’est le genre de beau cinéma qui peut changer des vies, qui peut nous montrer comment être meilleurs et nous inciter à continuer à vivre notre propre vie avec honnêteté, humilité et zèle.

La note d’Alex : 10 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Documentaires, Revoir

1

DAVIDPD le 29 octobre 2018

2

LE_RAW_ le 5 novembre 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/review-sandi-tans-documentary-shirkers-is-a-refreshing-revelation/?rand=21919

Critique : Les offres « Halloween » de David Gordon Green sur les astuces, les friandises et les traumatismes
Critique : « Bohemian Rhapsody » ne se soucie pas de la vraie vie, juste de la fantaisie
Tags: critiqué, documentaire, rafraîchissante, révélation, Sandi, Shirkers, Tan, Une, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,644/1,644 sec, 21.17MB
Яндекс.Метрика