Revues

Critique : « Captain Marvel » est une explosion de photons de plaisir et de nostalgie des années 90

Critique : « Captain Marvel » est une explosion de photons de plaisir et de nostalgie des années 90

par Adam Frazier
7 mars 2019

Revue du Capitaine Marvel

Créé par Stan Lee et Gene Colan, Captain Marvel a fait ses débuts dans les années 1967. Super-héros Marvel #12. Durant l’âge d’argent, le nom appartenait à Mar-Vell, un officier militaire Kree qui devient le protecteur de la Terre. Dans les années 80, Monica Rambeau a assumé le titre et est devenue plus tard la leader des Avengers. Dans les années 90, Rambeau a cédé le nom au fils de Mar-Vell, Genis-Vell, qui l’a transmis à sa sœur, Phyla-Vell, dans les années 2000. En 2012, Carol Danvers, une super-héroïne connue depuis longtemps sous le nom de Mme Marvel, a assumé le rôle dans une série écrite par Kelly Sue DeConnick. Cette série sert de base au vingt et unième film de l’univers cinématographique Marvel (MCU), intitulé Capitaine Marveldirigé par Anna Boden et Ryan Flecket avec le lauréat d’un Oscar Brie Larson en tant que premier personnage principal autonome de franchise féminine de Marvel Studios.

Situé en 1995, Capitaine Marvel contourne le modèle traditionnel de l’histoire d’origine, avec Carol Danvers (Larson, de Court terme 12, Chambreet Kong: l’île du Crâne) imprégné des pouvoirs de la race extraterrestre connue sous le nom de Kree, notamment une force surhumaine, une projection d’énergie et un vol. Sur la planète Hala, siège de l’Empire Kree, Carol s’entraîne en tant que membre de Starforce, une équipe militaire intergalactique d’élite dirigée par le commandant Yon-Rogg (Jude Loi). Alors que Carol commence à réaliser son véritable potentiel, elle se retrouve de retour sur Terre où elle atterrit sur le radar des agents du SHIELD Nick Fury (Samuel L.Jackson) et Phil Coulson (Clark Gregg). Ensemble, ils doivent s’unir contre un redoutable ennemi : les Skrulls, des extraterrestres métamorphes, et leur chef, Talos (Ben Mendelsohn), qui mène une invasion de la Terre.

Revue du Capitaine Marvel

Co-écrit et co-réalisé par des cinéastes Anna Boden et Ryan Fleck (de C’est une histoire assez marrante, Mouture du Mississippi), Capitaine Marvel est un pastiche du cinéma des années 90. Comme Vitesse et Mauvais garçons, c’est une comédie d’action entre copains dans laquelle deux personnes très différentes sont obligées de travailler ensemble pour arrêter une plus grande menace. Comme Le fusée, c’est un film de bande dessinée sur un pilote devenu héros de haut vol combattant des espions étrangers. Et, comme Jour de l’indépendance, il s’agit d’un blockbuster de science-fiction sur une invasion extraterrestre, complété par un décor d’action dans lequel des avions de combat et des vaisseaux spatiaux extraterrestres se lancent dans une poursuite à grande vitesse à travers un canyon du désert. Avec son esthétique grunge et une bande-son comprenant des morceaux classiques de No Doubt, Nirvana, TLC, Garbage et Hole, Capitaine Marvel est une lettre d’amour aux années 90 à tous points de vue.

De Pepper Potts et Black Widow à Scarlet Witch et Gamora en passant par Wasp, Okoye et Shuri, les personnages et héros féminins forts ne manquent certainement pas dans le MCU. Cependant, avoir un personnage principal de franchise féminine et son propre film autonome était attendu depuis longtemps. Heureusement, Capitaine Marvel ça valait la peine d’attendre. De la même manière, l’excellent Ryan Coogler Panthère noire a abordé des thèmes complexes sur la race, la représentation et de plus grands problèmes affectant la vie noire d’aujourd’hui, Capitaine Marvel traite directement de l’autonomisation et de l’égalité des femmes. En tant que personnage le plus puissant du MCU, Carol est une guerrière Kree pleinement capable et hyper-intelligente dotée de capacités spéciales, mais elle est aussi très humaine. Et en tant qu’être émotionnel imparfait, elle a le droit d’être vulnérable, confiante, drôle, agressive, aimante – tout, tout à la fois.

Brie Larson, qui a remporté l’Oscar 2016, le Golden Globe, le Screen Actors Guild Award et le BAFTA pour son interprétation principale dans le film de Lenny Abrahamson. Chambre, est le choix parfait pour donner vie à ce personnage emblématique. Capable de transmettre une large gamme d’émotions, elle incarne Carol Danvers de la même manière définitive dont Chris Evans et Robert Downey Jr. incarnent leurs homologues de bande dessinée. Ce n’est pas juste Mais le film de Larson – sa performance est soutenue par un ensemble fantastique. L’incroyable technologie anti-âge de Marvel ramène Samuel L. Jackson à son Mourir dur avec une vengeance jours avec un réalisme époustouflant et donne à l’acteur légendaire son rôle le plus juteux dans un film MCU depuis 2014. Capitaine Amérique: Le Soldat de l’Hiver.

Revue du Capitaine Marvel

En tant que leader Skrull, Talos, Mendelsohn est un délice absolu. Vous avez vu l’acteur australien jouer le méchant dans des films comme Le chevalier noir se lève, Rogue One : Une histoire de Star Warset Prêt Joueur Un, mais Talos est un méchant plutôt unique. Mendelsohn est capable de transmettre la menace, le charme et l’humour dans une égale mesure, et ses interactions avec Larson, Jackson et le voleur de scène Goose (le chat) sont amusantes à regarder. Superviseur des effets visuels Christophe Townsend et son équipe ont fait un excellent travail en traduisant l’espèce Skrull – et ses capacités de changement de forme – de la page à l’écran ; J’ai hâte de voir le rôle qu’ils auront à jouer dans les prochaines entrées du MCU, car il y a un potentiel assez attrayant.

Outre Jackson & Mendelsohn, le casting est complété par Lashana Lynchqui incarne l’amie de Carol et collègue pilote Maria Rambeau, Annette Bening en tant que « Supreme Intelligence », le chef spirituel de l’IA des Kree, et Lee Pace de retour dans le rôle de Ronan l’Accusateur, vu pour la dernière fois en 2014 gardiens de la Galaxie.

Dans l’ensemble, Capitaine Marvel est un autre ajout de premier plan au canon du MCU et leur meilleure histoire d’origine depuis 2011. Captain America : le premier vengeur. Boden, Fleck et Genève Robertson-Dworet le scénario non linéaire est solide mais semble parfois inégal. Le film avance à un rythme si rapide que lorsqu’il ralentit, on a l’impression qu’il s’arrête complètement avant de revenir à la vitesse narrative de la lumière. Les problèmes de rythme mènent à une finale qui n’est pas vraiment une conclusion ; c’est un point culminant émotionnel pour Carol, mais la bataille finale ne ressemble pas autant à une confrontation culminante qu’à une configuration pour plus dans le futur. Toujours, Capitaine Marvel est un film extrêmement divertissant avec de superbes performances, des visuels époustouflants et une action exaltante qui remodèle l’univers cinématographique Marvel tel que nous le connaissons et prépare le terrain pour le prochain Fin du jeu d’une manière majeure.

La note d’Adam : 4 sur 5
Suivez Adam sur Twitter – @AdamFrazier

Partager

Trouver plus de messages : merveille, Revoir

1

LE_RAW_ le 7 mars 2019

2

Dominique le 10 mars 2019

4

l’espritbo le 7 mars 2019

5

Dominique le 10 mars 2019

6

whoafilms le 7 mars 2019

7

M. Peters le 8 mars 2019

9

whoafilms le 8 mars 2019

11

M. Peters le 9 mars 2019

12

Daniel Colline le 15 août 2020

13

Shiboleth le 10 mars 2019

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/review-captain-marvel-is-a-photon-blast-of-fun-and-90s-nostalgia/?rand=21919

Berlinale 2019 : « Synonymes » de Nadav Lapid est un film mordant et audacieux
Critique : L’horreur « Us » de Jordan Peele double les Doppelgängers
Tags: années, Captain, critiqué, des, explosion, Marvel, Nostalgie, photons, plaisir, Une, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,710/1,710 sec, 21.25MB
Яндекс.Метрика