Revues

Critique de “Chicken Run: Dawn of the Nugget”: Poulets au paradis

Avez-vous déjà passé du bon temps avec un poulet ? Je les ai élevés à l’adolescence et je ne le recommande pas particulièrement. Ils peuvent sentir mauvais et être sales. Honnêtement, ils ne sont pas très brillants. Pourtant, ils ressemblent à des dessins animés vivants, étranges et drôles à regarder, avec de petites jambes grêles soutenant de petits corps potelés. Ils gloussent de manière désapprobatrice lorsque vous prenez leurs œufs, et ils mangent tout ce que vous jetez dans leur jardin (y compris, euh, du poulet).

C’est la burlesque naturelle de l’espèce qui en a fait un aliment de choix pour “Poulailler,” le succès fulgurant de 2000, qui était également la première incursion d’Aardman Animations dans la réalisation de longs métrages en stop-motion. Le studio était auparavant surtout connu pour Wallace, un inventeur d’âge moyen accro au fromage, et son chien silencieux mais intelligent, Gromit, qui l’aidait toujours à se sortir des éraflures. Cependant, chez leurs poulets – avec des yeux perçants rapprochés et des visages bien plus expressifs que ne pourrait jamais l’être le regard impassible d’un vrai poulet – le studio a trouvé de l’or comique.

Dans « Chicken Run », les humains sont les méchants, en particulier Mme Tweedy, la cruelle propriétaire d’un élevage de poulets où les détenus sont finalement transformés en tartes. (L’équipe créative du film a déclaré qu’il s’agissait d’une parodie du film d’aventure de 1963 “La Grande Évasion”.) Les poulets souhaitent rester en dehors des limites de la pâtisserie et, idéalement, s’éloigner de l’horrible Mme Tweedy et de son horrible mari doux. tout à fait. (Il est certain que les poules s’organisent, mais elle l’ignore.)

A la fin de ce film, les poules s’échappent, un cabriolet mené par une intrépide poule rousse nommée Ginger. Le début de « Chicken Run : Dawn of the Nugget », une suite plus de deux décennies de travail, raconte rapidement l’histoire d’évasion – pour le bénéfice du spectateur autant qu’un œuf, la progéniture qui va bientôt éclore de Rocky le Coq (exprimé par Zachary Levi, en remplacement de Mel Gibson) et Ginger (Thandiwe Newton, en remplacement de Julia Sawalha). Cela fait un moment depuis leur évasion audacieuse, et les poulets vivent sur une île paradisiaque, tricotant et préparant de la confiture, racontant des histoires de guerre et faisant tout ce qu’un poulet en stop motion pourrait souhaiter faire en toute liberté de peur. Aucune tarte n’est en vue. Pas de menaces Tweedy. “Je pense qu’il est temps de laisser le passé derrière nous”, dit Ginger à Rocky, et alors que leur petit poussin Molly nouvellement éclos grandit, ils décident de ne pas lui parler de leur vie à la ferme. Le seul lien avec le continent est Nick et Fetcher, le couple de rats charognards qui arrivent chaque mois avec un chargement de « vieilles cochonneries de qualité ».

Mais bien sûr, Molly veut savoir ce qu’il y a de l’autre côté de l’eau, déclenchant une aventure aux fortes connotations (y compris musicales) de “Mission: Impossible”, parsemée de quelques références aux méchants de Bond, “The Truman Show, ” “The Stepford Wives” et probablement quelques autres films que j’ai manqués. “Chicken Run: Dawn of the Nugget”, réalisé par le fidèle d’Aardman Sam Fell, est à bien des égards une reprise, une répétition des rythmes et des personnages de “Chicken Run”. Mais quand le matériel source était si amusant, la couverture est forcément agréable, et celle-ci l’est, même si elle s’affaisse un peu autour de la barre des deux tiers. Il y a des jeux de mots, des engins et des canards qui tirent des lasers hors de leurs yeux. C’est un bon moment.

Le film peut être lu, sans s’étendre, comme une offensive contre l’élevage industriel (ou peut-être contre la consommation de poulets en général), ainsi que comme un examen existentiel de la nature de la liberté. Mais ce qui est peut-être le plus intéressant dans « Chicken Run : Dawn of the Nugget », c’est la façon dont il fait écho à un thème de nombreux films d’animation pour enfants, de « Finding Nemo » à « Elemental » : le parent surprotecteur qui a besoin de se calmer et de laisser leur enfant vit une aventure. Étant donné que beaucoup de ces films sont le produit de personnes ayant leurs propres enfants, il y a probablement un peu d’auto-exhortation. Comme l’attestent les mèmes et les chercheurs en sciences sociales, les enfants d’aujourd’hui ont beaucoup moins de liberté pour se déplacer dans leur quartier que les jeunes de « Stranger Things », par exemple. La récurrence insistante du thème suggère, au minimum, une anxiété à l’échelle de la culture, du genre qu’il sera difficile pour les observateurs du futur de ne pas remarquer.

Mais c’est aussi un film sur les poules, sur la convivialité, sur le fait de ne laisser personne derrière soi, et aussi sur un paradis pour les volailles sur une île où elles peuvent construire leurs propres petites maisons au toit de chaume et tricoter leurs propres petits vélos. Ses leçons sont douces, sa comédie attachante. Ces poulets, au moins, sont un plaisir à côtoyer.

Chicken Run : L’aube de la pépite
Classé PG. Durée : 1 heure 41 minutes. Regarder sur Netflix.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/12/14/movies/chicken-run-dawn-of-the-nugget-review.html?rand=21388

Rebel Moon Part 1 de Netflix – A Child Of Fire Review : la vision de science-fiction de Zack Snyder est aussi incomplète que formulée
Fiction américaine NYT Critic’s PickRComédie, DrameRéalisé par Cord JeffersonLe premier film du réalisateur Cord Jefferson met en vedette Jeffrey Wright dans le rôle d’un auteur qui devient un succès pseudonyme en écrivant une chaudière qu’il déteste.Par Amy Nicholson
Tags: Chicken, critiqué, Dawn, Nugget, paradis, Poulets, Run
Our Sponsors
163 queries in 1.527/1.527 sec, 14.55MB
Яндекс.Метрика