Revues

Critique de “Lousy Carter”: Blackboard Bungle

La mort n’est pas tragique dans “Lousy Carter”, une curiosité repoussante et regardable du cinéaste culte d’Austin Bob Byington. Carter (David Krumholtz) est un professeur de littérature engagé et peu intéressé par ses étudiants, sa famille et ses amants passés et présents. Alors, quand on lui donne six mois à vivre, tout le monde s’en fout. Renversez le concept d’une comédie à rire aux éclats et vous ressentirez le sens de l’humour de Byington : un bourdonnement cruel et soutenu, le ton d’une pièce d’une crypte.

Il n’y a pas de câlins ici, pas de leçons à glaner avant de mourir, pas même quelque chose d’aussi passionné que le désespoir. Carter passe ses derniers jours à faire défiler son téléphone pendant des conversations froides avec son ex-femme (Olivia Thirlby), sa maîtresse (Jocelyn DeBoer) et son mari (Martin Starr), son supposé meilleur ami. Même l’analyste de Carter (Stephen Root) reste impassible lors de l’une des rares fois où Carter parle de son enfance sous pression et de sa vie gâchée. “Au moins toi avait un père », claque le thérapeute.

Entre misanthropie martelante, montage saccadé et mixage sonore presque minable, ce film exaspérant vous maintient agréablement en déséquilibre. À un moment donné, je pourrais jurer que Byington nous avait enfermés dans la tête d’un narcissique comme un défi, comme une salle d’évasion cinématographique ; plus tard, le film semble aspirer à être un roman graphique afin que le public puisse s’imprégner du malaise (et attraper les gags visuels qui ne atterrissent pas vraiment). Peut-être que le problème réside dans l’étudiant caustique que Carter tente de coucher comme son dernier grand hourra. Gail (Luxy Banner) n’a aucun respect pour ses pontifications décevantes sur Vladimir Nabokov et F. Scott Fitzgerald. Elle en a assez de prendre au sérieux l’ennui masculin – et le film ressent la même chose.

Moche Carter
Non classé. Durée : 1h20. En salles et disponible à la location ou à l’achat sur la plupart des grandes plateformes.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/03/28/movies/lousy-carter-review-blackboard-bungle.html?rand=21388

Revue « The Beautiful Game » : un autre type de Coupe du Monde
Revue « Sur le plan catégorique » : un établissement psychiatrique sur la Seine
Tags: Blackboard, Bungle, Carter, critiqué, Lousy
Our Sponsors
161 queries in 1.063/1.063 sec, 14.48MB
Яндекс.Метрика