Revues

Critique de « Pauvres choses » : Monster Mash

Écrit par Tony McNamara et adapté du roman d’Alasdair Gray de 1992 du même titre, « Poor Things » devient bizarre dès le départ. Travaillant dans une tonalité flamboyante et expressive, Lanthimos déploie tous les éléments à sa disposition – prothèses, costumes, conception de production méticuleuse et cinématographie insistante – pour créer un monde familier mais étranger de dissonance calculée. Baxter, pour sa part, est une folle courtepointe d’horreur, un peu comme le monstre de Frankenstein. Enfant d’un fou scientifique qui a expérimenté sur lui, il a un visage qui semble avoir été coupé en morceaux puis recousu par un tailleur myope. Les pièces ne s’ajustent pas, mais elles ne s’ajustent pas avec une précision exacte.

Bella grandit et sa fortune change également grâce à deux prétendants : McCandless, sérieux et crapaud, que Baxter engage pour documenter son développement, et un colporteur huileux, bavard et aux doigts agiles, Duncan Wedderburn (Mark Ruffalo). Après que Duncan lui ait chatouillé l’imagination (et d’autres parties), Bella part avec lui à travers la terre et la mer dans une aventure épisodique qui élargit ses horizons et relance l’histoire pour de bon. Elle découvre les plaisirs et les cruautés du monde et, dans la mode classique du Bildungsroman, se développe intellectuellement et moralement (en quelque sorte). Elle converse en phrases complètes, lit Emerson et rencontre une douairière espiègle (Hanna Schygulla) et son compagnon blasé (Jerrod Carmichael).

Comme le monstre du roman de Mary Shelley, le film est un patchwork. Dans son arc général, il évoque un picaresque de la vieille école ; les titres des chapitres et un intermède dans un bordel évoquent « Breaking the Waves », l’un des films de Lars von Trier sur une femme endurant un creuset de souffrance. Bella souffre à peine, ce qui est un soulagement, tout comme son enthousiasme peu féminin et son plaisir sexuel. Son plaisir dans sa propre libération entretient votre intérêt même si toute l’excentricité agitée et tendue s’exerce sur vous. « Poor Things » parle de l’humanisation d’un monstre, mais comme Lanthimos ne s’intéresse pas à des qualités humaines moins évidentes et plus fades comme la douceur, le film devient progressivement monotone, plat et ennuyeux. Son design est riche, ses idées minces.

Les performances de Ruffalo et Dafoe sont précises et raffinées, même dans les moments les plus exagérés de leurs personnages, et chacune crée des hommes plus profonds et plus intériorisés que ne le suggère le dialogue. Ruffalo expose la vanité de Duncan avant le personnage, tandis que Dafoe donne vie à la personnalité divisée de Baxter, sa décence et son sadisme, avec des yeux hantés et une sérénité vive et sans fioritures. Ensemble, les deux acteurs travaillent à merveille avec Stone, qui construit sa performance si discrètement – avec des mots, des gestes et des pas qui chancellent et s’arrêtent pour ensuite s’enchaîner de manière transparente – qu’il peut sembler que tous les changements vécus par Bella émanaient du plus profond d’elle-même. le personnage, pas l’acteur.

Scène après scène, détail après détail, « Poor Things » vous réserve de nombreuses choses à regarder, à rire et à reculer légèrement avant d’être invité à rire à nouveau : une voiture à vapeur avec une tête de cheval, le des tourbillons biomorphiques au plafond, les couleurs meurtrières d’un ciel nocturne, un chien à plumes. Pour la plupart, ces détails sont souvent comiques et accrocheurs, ayant été conçus pour un maximum d’impressionnement. Pourtant, à mesure que l’histoire s’arrête et que tous les détails voyants, les viscères et les beurk dégoûtants continuent d’arriver, l’effet cumulatif devient matraquant. Peu de temps après « Poor Things », vous commencez à avoir l’impression d’être intimidé et poussé à admirer un film si profondément satisfait de vous-même qu’il n’y a vraiment pas de place pour vous deux.

Pauvres choses
Classé R pour la nudité, le sexe, l’éviscération et les délits scientifiques. Durée : 2 heures 21 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/12/07/movies/poor-things-review.html?rand=21388

Into the WeedsNon classéDocumentaireRéalisé par Jennifer BaichwalCe documentaire de Jennifer Baichwal raconte une bataille juridique dans laquelle un jardinier californien a affronté une entreprise multimilliardaire.Par Ben Kenigsberg
Poor Things Review: La comédie dramatique qui change de genre d’Emma Stone est une ode magnifiquement drôle à la curiosité et à l’indépendance
Tags: choses, critiqué, Mash, Monster, Pauvres
Our Sponsors
160 queries in 1,359/1,359 sec, 21.09MB
Яндекс.Метрика