Revues

Critique : « La Petite Sirène » de Rob Marshall enrichit l’original

Critique : « La Petite Sirène » de Rob Marshall enrichit l’original

par Manuel São Bento
31 mai 2023

La critique de la petite sirène

Encore un autre remake en direct de Disney, encore un autre court préambule sur le film original avant de plonger dans ce nouveau. Pour moi personnellement, La petite Sirène depuis 1989 n’était pas un film d’animation qui a marqué mon enfance. Les chansons mémorables, les séquences musicales sous-marines et les personnages animaliers emblématiques ont rendu ma récente rewatch assez agréable, mais malheureusement, le récit superficiel et abrupt et les arcs de personnages extrêmement sous-développés laissent beaucoup à désirer. Ce sont quelques-uns des détails que j’espérais pouvoir être améliorés dans le remake moderne en direct, qui contient une heure supplémentaire sur son exécution… Affirmer qu’un remake correspond ou dépasse l’original sera toujours controversé. Et si c’est lié à des films qui ont profondément marqué différentes générations, le facteur nostalgie entre en jeu et aveugle les téléspectateurs qui ressentent le besoin presque incontrôlable de protéger « leur film » contre toute autre opinion positive sur la nouvelle version.

Ça commence à être répétitif de mentionner dans mes critiques que mon opinion n’est pas affectée par quoi que ce soit d’extérieur. L’action en direct de 2023 La petite Sirène n’est qu’une nouvelle cible de la fameuse minorité vocale incessante à annuler tout ce qui échappe aux barrières de la soi-disant « norme ». L’incapacité à comprendre quelles sont les caractéristiques importantes d’un personnage semble plus intentionnelle qu’innocente puisqu’il est évident que la couleur de peau d’Ariel – jouée par Halle Bailey dans le remake – n’a pas d’importance du tout pour son arc ou tout scénario ou quoi que ce soit d’autre. Ce n’est pas la peine de perdre trop de temps sur des complexités humaines incompréhensibles…

Sans oublier mes sentiments sur le film de 1989, je libère l’inévitable « prise chaude » : oui, je considère ce remake de La petite Sirène supérieur à l’original. Calmer…!! Je ne dis pas que c’est un chef-d’œuvre sans précédent dans l’histoire du cinéma. Et non, je ne pousse pas un agenda politique à cause de l’actrice principale – allez, s’il te plaît… Ce nouveau film Disney réalisé par Rob Marshall (de Chicago, Neuf, Pirates des Caraïbes: La Fontaine de jouvence, Dans les bois, Le retour de Mary Poppins) et écrit par David Mage a aussi ses problèmes, mais le récit est incomparablement plus riche, plus complet et plus captivant émotionnellement que son prédécesseur, avec tout le respect que je dois aux auteurs de la première adaptation – qui ont dû faire face à la tendance des durées courtes à cette époque .

La petite Sirène maintient les thèmes centraux de Hans Christian Andersen conte original: Le parcours de découverte de soi d’Ariel, la recherche d’appartenance et d’acceptation, la curiosité pour l’aventure et les nouvelles cultures… tout reste intact dans cette nouvelle adaptation. La grosse différence dans cette version 2023 est liée au temps alloué pour se plonger dans tous ces sujets, ainsi qu’aux arcs des protagonistes. Des détails comme les explications sur les antécédents familiaux d’Ariel et d’Eric à l’allongement des séquences de l’original qui ont nécessité plus de temps pour atteindre l’impact escompté, le nouveau scénario est incontestablement plus étoffé.

La plus grande croissance narrative se trouve dans la relation centrale au sein de La petite Sirène histoire. La prémisse reste identique : Ariel et Eric doivent partager un véritable baiser d’amour pour que la sirène se transforme en être humain, ayant jusqu’au coucher du soleil du troisième jour pour accomplir cette mission. Ne voulant pas paraître trop grossier avec le film de 1989, mais à aucun moment je n’ai cru que les personnages étaient tombés amoureux l’un de l’autre, encore moins pour des raisons si puissantes que de pouvoir décrire leur baiser comme l’un des l’amour vrai.

Dans le film d’animation original, les deux sont plus préoccupés par l’apparence physique de l’autre, Ariel disant même à son père qu’elle aime le « bel Eric » sans que les deux n’aient encore eu de conversation. La première fois qu’Ariel voit Eric, elle est perdue dans la vaine beauté de son visage. Dans le remake, Ariel est fasciné par les paroles du prince, créant un lien émotionnel avec sa personnalité, ses désirs, ses ambitions et sa façon de voir le monde, en plus de ne voir que son visage juste avant que la tempête ne commence à couler le bateau. Même après cette première rencontre, Ariel se sent confuse et garde son intérêt pour l’exploration du monde humain comme principale motivation au lieu d’être follement amoureuse d’un homme qu’elle connaît à peine.

Le deuxième acte de La petite Sirène approfondit encore plus leur relation, créant d’innombrables parallèles entre leur passé, l’éducation qu’ils ont reçue, l’avenir qu’ils veulent pour eux-mêmes, leur passion commune pour l’aventure et leur intense curiosité pour les différentes cultures. Les deux ont une collection d’antiquités et quand Eric emmène Ariel en tournée dans son royaume, c’est une séquence plus étendue, offrant des accumulations importantes à des résolutions percutantes pour une grande partie de ce qu’Ariel chante dans la chanson emblématique. Part de ton monde.

La critique de la petite sirène

Le casting partage une chimie palpable, Halle Bailey étant la vedette absolue. L’actrice se révèle extrêmement charismatique, braquant les projecteurs sur elle-même chaque fois qu’elle passe sur grand écran. En plus de sa superbe performance, sa voix impressionnante résonne dans tout le théâtre, attirant l’attention de tous les spectateurs alors qu’elle chante des chansons exceptionnelles de la partition. Jonas Hauer-King est aussi excellent qu’Eric, ayant même sa propre chanson. Le couple est incroyablement charmant ensemble, mais ils ne sont pas les seuls à se démarquer. David Diggs & Awkwafina parviennent à se distinguer des voix originales de Sebastian & Scuttle, respectivement, en offrant des accents et des tons différents pour les deux personnages. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils atteignent les mêmes niveaux que Samuel E. Wright (Sebastian) et Buddy Hackett (Scuttle), mais la vérité est qu’ils sont absolument hilarants. Dans le remake, il y a plus d’interactions entre les deux animaux, ce qui donne plus d’humour en plus de scènes familières qui se répètent. Jacob Tremblay donne également le meilleur de lui-même en tant que Polochon.

Mélissa McCarthy offre son corps et son âme à la pieuvre maléfique Ursula, respectant le travail précédent de Pat Carroll, mais ajoutant une couche plus dramatique au méchant de La petite Sirène. Cette Ursula sonne et semble plus menaçante que le film de 1989 et conserve une partie de son humour plus sombre. Pourtant, je m’attendais à plus de modifications à son arc. Il y a quelques tentatives pour créer un lien entre Ursula et le roi Triton, mais ici le scénario conserve la même superficialité que le scénario original avait avec Ariel et Eric. Le passé entre le roi et la sorcière des mers ne méritait pas d’être développé plus profondément, malgré les motivations d’Ursula restant fidèles à celles de son prédécesseur.

Étonnamment, Javier Bardem est le seul acteur qui déçoit. Le roi Triton n’a jamais été un personnage très expressif ou émotif, mais dans le film original, on pouvait percevoir la culpabilité et le regret d’un père essayant de traiter avec une fille « rebelle ». Bardem conserve la même expression tout au long de l’exécution, se concentrant trop sur le fait qu’il joue un roi plutôt qu’un père.

Côté technique, La petite Sirène a ses qualités et ses défauts. Les visuels sont bien meilleurs que les remorques disons, avec des moments vraiment époustouflants, mais ce sentiment de regarder des acteurs jouer devant un écran vert ne disparaît jamais vraiment – ​​peut-être nous sommes-nous juste habitués au réalisme époustouflant de Avatar : la voie de l’eau. La conception des décors et des costumes mérite des tonnes d’éloges, notamment lorsque l’action se déplace dans le monde humain.

Les chansons renommées sont toutes magnifiquement interprétées et exécutées efficacement, avec Embrasse la fille quitter mon théâtre en larmes à cause de tant de rires. C’est sans aucun doute mon moment musical préféré. Malheureusement, les nouveaux morceaux ne fonctionnent pas du tout. Si la nouvelle chanson d’Eric, intitulée Eaux sauvages inexplorées, est encore acceptable, d’autres tombent complètement à plat, notamment un rap impliquant Sebastian et Scuttle qui m’a pris au dépourvu. Cela ne correspond pas au type de thèmes que le film présente, ressemblant plus à une sortie faite pour le plaisir qui a en quelque sorte fait le montage final qu’à quelque chose de sérieusement planifié et perfectionné.

Compositeur d’Alan Menken le score est tout ce que le score d’un remake devrait être. Il reprend son œuvre originale d’il y a plus de 30 ans et fait la même chose que le scénario de Magee : enrichir ce qui méritait d’être enrichi. Les mélodies deviennent plus complexes et les chansons sont étirées pour des séquences plus longues, contribuant à un plus grand impact des pièces musicales mises en scène. S’il y a bien un aspect impossible à critiquer dans ce remake, c’est bien celui-là.

Je n’ai plus de mots à ajouter pour décrire à quel point étonnamment satisfaisant La petite Sirène est. Ce n’est pas un remake parfait, loin de là. Il existe de meilleures adaptations en direct de Disney, mais c’est un pas majeur dans la bonne direction, une voie que le studio emprunte à juste titre en rappelant ces histoires et en proposant de nouvelles interprétations qui – faites attention maintenant – vous pourriez ou peut-être pas apprécier! Notre enfance ne va pas être gâchée par un nouveau film. Les classiques originaux n’ont jamais disparu ni ne succomberont au vide (espérons que ça reste comme ça). Je terminerai cette critique avec un exemple personnel de la façon de gérer tous ces nouveaux remakes, si vous me le permettez…

Si vous demandiez il y a quelques années quels étaient mes films d’animation préférés, je ne mentionnerais pas Mulane. Bien que j’aie toujours aimé le film original, je ne l’ai jamais revu à l’âge adulte, alors il est tombé dans l’oubli. Sans le remake de 2020, je n’aurais jamais revisité l’original et réalisé à quel point je l’aime. Je n’ai pas beaucoup apprécié le remake, malgré les louanges du courage de Niki Caro à essayer quelque chose de risqué et de différent. Mais je suis reconnaissant chaque jour pour le fait qu’il ait été fait car, sans ce remake, je ne me serais pas retrouvé à revoir la merveilleuse version animée si tôt. Donc, si vous n’aimez pas cette nouvelle La petite Sirène refaire, ça va. Regardez à nouveau le film de 1989, partagez-le avec votre famille et, qui sait, vous pourriez même l’apprécier davantage après avoir revisité une histoire que vous aimez.

Dernières pensées

La petite Sirène enrichit pratiquement tous les aspects narratifs par rapport à l’original, approfondissant les arcs d’Ariel et d’Eric tout en explorant les mêmes thèmes principaux sans rien perdre de l’essence de son prédécesseur. La relation entre les protagonistes est incontestablement plus complexe et émotionnellement convaincante, tandis que les personnages secondaires – à savoir Sebastian et Scuttle – restent véritablement hilarants. Halle Bailey est TRÈS impressionnante et le casting l’accompagne parfaitement. Cependant, ce n’est pas sans problèmes : les nouvelles chansons sont, pour la plupart, oubliables ; les visuels sont meilleurs que prévu, bien que l’étrange sensation d’être entouré de faux murs ne disparaisse jamais tout à fait ; et finalement Ursula s’est retrouvée avec un potentiel inexploré. Cela dit, c’est l’un des meilleurs remakes d’action en direct de Disney de ces derniers temps et mérite d’être vu par tous les enfants du monde qui ont besoin d’inspiration – comme nous l’avons tous été autrefois.

Note de Manuel : B+
Suivez Manuel sur Twitter – @msbreviews / Ou Letterboxd – @msbreviews

Trouver plus de messages : Examen

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2023/review-rob-marshalls-the-little-mermaid-enriches-the-original/?rand=21919

Un examen de Spider-Man: à travers le Spider-Verse
Une critique du biopic de LeBron James, Shooting Stars
Tags: Роб
Our Sponsors
162 queries in 1,423/1,423 sec, 21.01MB
Яндекс.Метрика