Revues

Critique : « Ready Player One » de Spielberg est un monde de pure imagination

Critique : « Ready Player One » de Spielberg est un monde de pure imagination

par Adam Frazier
29 mars 2018

Examen de Ready Player One

Au cours d’une carrière légendaire de plus de quatre décennies, Steven Spielberg a changé l’industrie cinématographique avec ses films de science-fiction et d’aventure influents. Des films intemporels, comme Mâchoires (1975), Rencontres du troisième type (1977), Les aventuriers de l’arche perdue (1981), ET l’extraterrestre (1982), et parc jurassique (1993), sont vénérés comme des archétypes du cinéma d’évasion hollywoodien contemporain. Avec d’autres pierres de touche de la culture pop de l’époque, comme Guerres des étoiles (1977) et Superman : le film (1978), les films de Spielberg ont ouvert la voie aux superproductions massives qui dominent désormais le box-office toute l’année. Avec son nouveau film, le divertissant sans complexe Prêt Joueur UnSpielberg adapte l’auteur Ernie Cline NY Times Best-sellerune lettre d’amour aux années 80 qui n’existerait pas sans la production inégalée du réalisateur.

En 2045, le monde est un endroit difficile, en proie au chômage, à la pauvreté, à la surpopulation et au désespoir total. Wade Watts, 18 ans (Tye Sheridan de Boue et X-Men : Apocalypse) vit avec sa tante et son petit ami mauvais payeur dans un parc à roulottes vertical délabré à Columbus, Ohio, appelé The Stacks. Le seul moment où il se sent vraiment vivant, c’est lorsqu’il s’échappe dans « l’OASIS », un univers virtuel immersif où la majeure partie de l’humanité passe ses journées. Comme le dit Wade : « Les gens viennent à l’OASIS pour tout ce qu’ils peuvent faire. Mais ils y restent à cause de tout ce qu’ils peuvent faire. être » Une fois à l’intérieur, il disparaît dans son avatar, Parzival, un nom inspiré du chevalier qui a trouvé le Saint Graal. Parzival est tout ce qu’il n’est pas : confiant, courageux, débrouillard.

L’OASIS a été créée par feu James Halliday (Mark Rylancede Pont des espions, Le BGG, Dunkerque), un génie excentrique qui a laissé son immense fortune et la propriété de l’OASIS au vainqueur de la chasse aux œufs de Pâques d’Halliday, un concours en trois parties qu’il a conçu pour trouver un digne héritier. Wade idolâtre Halliday et a consacré d’innombrables heures à étudier chaque détail de la vie du développeur de jeux vidéo, à la recherche d’informations susceptibles de l’aider dans sa quête pour être le premier à accéder à l’œuf. Lorsqu’il réussit enfin le premier défi, lui et ses amis attirent l’attention de Nolan Sorrento (Ben Mendelsohn de Rogue One : Une histoire de Star Wars), PDG d’Innovative Online Industries (IOI), une société rivale qui crée tout le matériel et l’équipement dont vous avez besoin pour pouvoir jouer dans OASIS. Sorrento a recruté une armée de joueurs, appelée les Sixers, pour trouver l’œuf de Pâques de Halliday afin qu’il puisse prendre le contrôle et monétiser l’idée originale de Halliday.

Examen de Ready Player One

Sur une bande originale de succès des années 1980 comme « Jump » de Van Halen, « I Wanna Be Your Lover » de Prince et « Blue Monday » de New Order, Prêt Joueur Un met l’accent sur l’air du temps des années 80 avec le sens de l’émerveillement et de l’inventivité visuelle caractéristique de Steven Spielberg. Tous les doutes quant à la capacité de Spielberg à réaliser une adaptation convaincante du roman de Cline sont dissipés dans la première séquence d’action du film. Parzival participe à une course vertigineuse et à plein régime à travers l’OASIS dans la DeLorean de Doc Brown de Retour vers le futur aux côtés d’autres véhicules emblématiques comme Bigfoot, la Batmobile, Christine de Stephen King et la moto de Shōtarō Kaneda de l’anime Akira. La piste est jonchée d’obstacles, depuis des boulets de démolition et des sauts de rampe noueux inspirés de Hot Wheels jusqu’à des monstres déchaînés comme King Kong et le Tyrannosaure Rex de parc jurassique. C’est le coffre à jouets idéal dans lequel Spielberg peut jouer.

Entre les mains d’un cinéaste de moindre importance, le barrage incessant de références à la culture pop et d’images de jeux vidéo semblerait exagéré, mais Spielberg trouve l’équilibre parfait. Il sait précisément quand s’éloigner du spectacle CGI pour se concentrer sur les personnages, en particulier sur la romance tumultueuse et naissante entre Parzival et son collègue joueur Art3mis (Olivia Cooke, Moi, Earl et la fille mourante). Entre des séquences d’action palpitantes et des moments intimes avec des personnages, Spielberg trouve également de la place pour les commentaires sociaux. C’est une bénédiction de pouvoir échapper à cette sombre réalité, mais ce faisant, les humains se privent de contact réel. Le lien virtuel entre Parzival et Art3mis se répercute sur le monde réel et leur donne une raison de se battre ; quelque chose qu’ils peuvent ressentir sans une plate-forme remplie de capteurs et d’écrans. C’est le cœur du film, et Spielberg, toujours sentimental, sait quand tirer sur cette corde sensible pour un effet maximal.

J’aime la façon dont Spielberg et le directeur de la photographie Janusz Kaminski (la liste de Schindler, Sauver le soldat Ryan) emploient différentes techniques pour créer une dichotomie visuelle entre l’OASIS et la réalité dystopique de 2045. L’OASIS est une expérience visuelle intense avec une palette de couleurs vibrantes, alors que le monde réel est désaturé et déprimant. Alors que l’action passe du domaine artificiel au monde physique, Spielberg passe du tournage numérique au tournage sur pellicule. Il y a ici des moments surréalistes – de loin parmi les choses les plus folles et les plus extravagantes que Spielberg ait jamais faites – comme une séquence ahurissante dans laquelle Parzival et ses compagnons se retrouvent dans un film d’horreur emblématique des années 80 que je n’ose pas gâcher. Les assistants des effets visuels d’ILM et de Digital Domain recréent parfaitement les environnements et les personnages de ce film bien-aimé – c’est de la pure magie cinématographique. C’est facilement l’une des scènes les plus divertissantes de tous les films de Spielberg.

Cependant, il y a quelques choses qui ne fonctionnent pas dans le film, principalement Celui de T.J. Miller Chasseur de primes généré par ordinateur, i-R0k. Je ne trouve pas Miller amusant du tout et après les récentes allégations d’agression sexuelle, c’est surprenant (et problématique) que Spielberg n’a pas fait appel à un autre acteur pour interpréter le personnage, surtout si l’on considère les efforts déployés par Ridley Scott pour remplacer Kevin Spacey par Christopher Plummer dans le film de l’année dernière. Tout l’argent du monde. Miller n’ajoute rien au film – il ne fait que le blesser – alors pourquoi le garder là-dedans ?

Examen de Ready Player One

Sinon, les performances sont plutôt solides. Vous pouvez dire que Mendelsohn aime jouer le méchant, mais sa performance n’offre rien que nous n’avons pas vu dans les rôles précédents, comme Voleur unC’est Orsen Krennic ou Le chevalier noir se lève » John Daggett. Sheridan porte le film dans un double rôle, donnant vie à Wade et à Parzival de manière contrastée et complémentaire. C’est la meilleure performance du joueur de 21 ans depuis Boue, et j’espère que nous pourrons le revoir travailler avec Spielberg. De même, Olivia Cooke et les acteurs de soutien Léna Waithe, Gagner Morisakiet Philippe Zhao gèrent bien leur double rôle, en apportant cœur et humour dans une mesure égale. Cependant, le personnage le plus remarquable est peut-être Mark Rylance dans le rôle de James Halliday. Rylance, qui a collaboré avec Spielberg sur Pont des espions et Le BGGdonne vie avec amour à la progéniture excentrique de Willy Wonka et Steve Jobs, avec vulnérabilité et une sorte de timidité terminale.

Quand Prêt Joueur Un a été publié pour la première fois en 2011, il est devenu un phénomène culturel, salué par Radio Nationale Publique, USA aujourd’hui, Le Club AVet d’autres. Huffington Post l’appelait « la maison des adultes » Harry Potter » Mais maintenant, des années plus tard, c’est cool de détester le fantasme inoffensif et nostalgique de Cline. Le matériel source a sans aucun doute ses problèmes, mais le scénario, écrit par Zak Penn (Les Vengeurs, X2 : X-Men United) et Cline, améliore le livre dans presque tous les sens et en fait une véritable expérience visuelle. Chose intéressante, c’est cool de détester Spielberg ces jours-ci aussi. Depuis 2008 Indiana Jones et le royaume du crâne de cristalle cinéaste a été qualifié de déconnecté de la réalité – mieux adapté aux drames historiques lourds comme Cheval de bataille et Lincoln au lieu du grand film à succès qui a fait son nom. Prêt Joueur Un prouve que non seulement Spielberg l’a toujours, mais que lorsqu’il est dans son jeu, personne ne s’en approche.

À un moment donné du film, Wade dit à Sorrento qu’il connaît la différence entre un fanboy et un haineux – notant que Sorrento est un haineux sans réelle appréciation du monde construit par James Halliday ; il veut seulement l’exploiter. Cela résume en quelque sorte l’expérience de regarder Prêt Joueur Un. Si vous êtes un haineux, vous trouverez un million de raisons de détester ce film. Cependant, si vous êtes un passionné de culture pop qui, comme Wade, embrasse la nostalgie et le divertissement d’évasion pour éviter une réalité de plus en plus sombre, vous apprécierez sans aucun doute le monde virtuel imaginatif créé par Spielberg et sa compagnie.

Prêt Joueur Un est une joie absolue ; une chasse au trésor cinématographique au grand cœur qui récompense les visionnages multiples. Voyez-le sur le plus gros, le plus bruyant écran de cinéma possible et perdez-vous pendant deux heures et vingt minutes dans l’OASIS, où vous pouvez aller n’importe où, faire n’importe quoi et être n’importe qui.

La note d’Adam : 4 sur 5
Suivez Adam sur Twitter – @AdamFrazier

Partager

Trouver plus de messages : Revoir, Science-fiction

1

Tyban81 le 29 mars 2018

2

DAVIDPD le 29 mars 2018

4

deérosa le 30 mars 2018

5

Payne par nom le 30 mars 2018

7

Shiboleth le 7 avril 2018

8

Richard Henrik le 10 septembre 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/review-spielbergs-ready-player-one-is-a-world-of-pure-imagination/?rand=21919

Critique : « A Quiet Place » de Krasinski est un film d’horreur de science-fiction presque parfait
Critique : « A Quiet Place » de John Krasinski est un bel ajout à la Renaissance de l’horreur
Tags: critiqué, imagination, monde, Player, pure, Ready, Spielberg, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,579/1,579 sec, 21.17MB
Яндекс.Метрика