Revues

Critique : « Star Wars : L’Ascension de Skywalker » est fort avec la Force

Critique : « Star Wars : L’Ascension de Skywalker » est fort avec la Force

par Adam Frazier
19 décembre 2019

Star Wars : L'Ascension de Skywalker

Co-écrit et réalisé par le cinéaste J.J. Abrams (Mission : Impossible III, Star Trek, Super 8), Star Wars : L’Ascension de Skywalker est la troisième entrée de ce courant Guerres des étoiles trilogie mettant en vedette Rey, Finn, Poe et Kylo Ren. Il termine la trilogie mettant également en vedette le film d’Abrams. Star Wars : Le Réveil de la Force (2015) et celui de Rian Johnson Star Wars : Les Derniers Jedi (2017). Le film est le dernier épisode de la saga Skywalker en neuf parties, qui a débuté en 1977 avec l’emblématique film de George Lucas. Guerres des étoilessous-titré plus tard Épisode IV – Un nouvel espoir. Plus de 40 ans plus tard, la saga spatiale tentaculaire de rébellion et de romance se termine de manière satisfaisante avec un film à la fois visuellement époustouflant et émouvant.

Reprise un an après les événements de Le dernier Jedi, L’Ascension de Skywalker commence avec le chef suprême Kylo Ren (Adam Pilote) à la recherche d’un ancien dispositif d’orientation. La relique indique des coordonnées dans les régions inconnues, où Kylo pense que réside la source du pouvoir du côté obscur. Pendant ce temps, la générale de la Résistance Leia Organa (Carrie Fisher) envoie le Finlandais fiable (John Boyega), Poé (Oscar Isaac), et Chewbacca (Joonas Suotamo) pour recueillir des renseignements essentiels à la défaite du diabolique Premier Ordre. Les deux camps arrivent à la même conclusion invraisemblable : le sinistre empereur Palpatine (Ian McDiarmid), que l’on pensait mort après la destruction de la deuxième Étoile de la Mort, est vivant et manipule les événements à distance pour reprendre le pouvoir. Maintenant la Résistance et Rey (Marguerite Ridley), le dernier espoir des Jedi, doit trouver un chemin vers les régions inconnues et arrêter le Seigneur Sith ressuscité avant qu’il puisse se venger de la galaxie.

L’Ascension de Skywalker on lui demande de faire l’impossible ⁠ – pour servir de chapitre final convaincant et cohérent à une trilogie tout en agissant comme la fin définitive d’une saga plus vaste. Le film doit être passionnant et plein d’action ; rempli de révélations à couper le souffle sur des mystères persistants ; renversez les attentes avec des choix de narration audacieux tout en offrant la bonne quantité de service aux fans. Il doit satisfaire les passionnés purs et durs – ceux qui consomment avec enthousiasme les bandes dessinées, les romans, les séries animées (et désormais en direct) et les jeux vidéo – et le grand public qui apprécie les films avec désinvolture. Il doit récompenser une base de fans diversifiée et multigénérationnelle pour le temps et l’argent dépensés en proposant une conclusion qui solidifie le statut de la franchise emblématique en tant que grand mythe de notre temps. Bref, ça doit être tout à tout le monde. Fait L’Ascension de Skywalker à la hauteur de ces attentes insurmontables ? Bien sûr que non. Aucun film ne le pourrait, quel que soit le cinéaste à la barre ou le studio derrière. Cela étant dit, le film d’Abrams est tout je il en avait besoin, et plus encore.

Star Wars : L'Ascension de Skywalker Revue

La poursuite du MacGuffin du film conduit nos personnages vers plusieurs nouvelles planètes, chacune avec son propre style visuel. Décorateurs Rick Carter et Kévin Jenkins se sont surpassés avec des lieux comme Pasaana, un monde désertique abritant un immense festival où des milliers d’extraterrestres vêtus de costumes colorés dansent et célèbrent ; la planète glaciale et montagneuse Kijimi, où nos héros rencontrent le petit droïde Babu Frik (exprimé par Shirley Henderson) et le coureur d’épices Zorii Bliss (Keri Russel); et Exegol, le monde dur et impitoyable qui héberge Palpatine et sa flotte Sith. Alors que le scénario d’Abrams et co-scénariste Chris Terrio fait le gros du travail, une grande partie de la narration du film est réalisée uniquement avec des visuels évoqués par Carter et Jenkins, les costumiers. Michael Kaplandirecteur de la photographie Dan Mindelet l’incroyable travail des effets spéciaux et maquilleuse Neal Scanlan et Lumière et magie industrielles.

Quand il s’agit de performances, L’Ascension de Skywalker est le film de Ridley et Driver, et à juste titre. La connexion entre Rey et Kylo Ren est au cœur de l’histoire du film et s’appuie sur la dynamique établie dans Le dernier Jedi de manière surprenante. En avançant d’une année entière, nous sommes en mesure de voir la camaraderie (et l’alchimie) entre les personnages de Ridley, Boyega et Isaac après avoir séparé le trio pendant la majeure partie de cette trilogie. Accompagner les virages par Guerres des étoiles les vétérans Ian McDiarmid, Marc Hamill, Antoine Danielset Billy Dee Williams (de retour dans le rôle du suave scélérat Lando Calrissian) sont forts, tandis que les autres membres de la distribution massive – Russell, Kelly Marie Tranet Naomi Ackie – sont sous-utilisés, tout comme les très médiatisés Chevaliers de Ren. Utiliser des images d’archives de le réveil de la forceAbrams parvient à intégrer le General Organa de Carrie Fisher dans l’histoire de manière significative, ajoutant encore une autre couche émotionnelle au dernier chapitre poignant de la saga.

Malgré ma satisfaction, le film n’est pas sans défauts. Abrams adhère à la philosophie du créateur George Lucas : « Plus rapide. Plus intense« , ce qui donne lieu à une histoire à la fois simplifiée et complexe qui se déroule à une vitesse vertigineuse. On a l’impression que presque toutes les scènes ont été tronquées pour aller plus vite à l’essentiel. Le film de 142 minutes serait en fait avantage d’une durée d’exécution plus longue et d’un rythme qui offre une marge de respiration indispensable entre ses décors vertigineux et s’étendant sur la galaxie. Je suis parfaitement satisfait de ce qui est présenté à l’écran, mais je ne peux m’empêcher de me demander ce qui a été laissé dans la salle de montage et comment ces éléments auraient pu étoffer et informer davantage le récit, ses personnages et les environnements. ils habitent.

S’exprimant comme l’un de ces fidèles inconditionnels mentionnés ci-dessus, entièrement immergés et investis dans le plus grand Guerres des étoiles univers, je suis très satisfait et extrêmement reconnaissant pour L’Ascension de Skywalker. C’est une conclusion amusante, excitante et cathartique de la saga Skywalker que j’ai hâte de revoir et d’examiner plus en détail tout ce qu’elle offre. je amour ce film – j’aime la façon dont il élargit et unifie la série – et j’attends avec impatience la suite, que ce soit sur grand écran ou sur Disney+. C’est peut-être le dernier mot de l’histoire de Skywalker, mais ce n’est pas la fin de Guerres des étoiles. La Force sera avec nous. Toujours.

La note d’Adam : 4 sur 5
Suivez Adam sur Twitter – @AdamFrazier

Partager

Trouver plus de messages : Revoir, Guerres des étoiles

4

DAVIDPD le 19 décembre 2019

6

alex_989 le 19 décembre 2019

8

LE_RAW_ le 20 décembre 2019

9

LE_RAW_ le 20 décembre 2019

11

Shiboleth le 22 décembre 2019

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/review-star-wars-the-rise-of-skywalker-is-strong-with-the-force/?rand=21919

Revue IDFA : le documentaire extraordinaire de Feras Fayyad « The Cave »
Sundance 2020 : Bad Hair, le film d’horreur sur les cheveux hantés de Justin Simien
Tags: avec, critiqué, Force, fort, LAscension, Skywalker, Star, Wars, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,595/1,595 sec, 21.24MB
Яндекс.Метрика