Revues

Gaspar Noé devient sorcier avec YSL

Lorsque le directeur créatif d’Yves Saint Laurent, Anthony Vaccarello, a engagé le plus grand provocateur du cinéma pour tourner une publicité de mode de 15 minutes, ils cherchaient intentionnellement des ennuis. Peut-être même un peu de scandale. Gaspar Noé s’en est sorti avec Lux Æternaun film de 51 minutes qui s’inspire des représentations cinématographiques classiques de la sorcellerie comme Häxan de Benjamin Christensen et Carl Theodor Dreyer Jour de la colère avant de s’envoler bien au-dessus du sommet avec une finale éclairée par des stroboscopes si intense qu’une étiquette d’avertissement précède le générique d’ouverture. YSL en a certainement pour son argent et plus encore, mais y a-t-il ici assez pour mériter un voyage au théâtre ?

“Top Gun: Maverick” a-t-il en ligne de mire les Oscars ?

Dans le passé, la réponse aurait été « non, sauf si vous alignez compulsivement le jour de l’ouverture pour chaque incitation de Noé ». Mais le cinéaste s’est conquis il y a quelques années de nouveaux fans avec son film psychédélique, classique d’horreur techno-pulsant Climaxqui, bien que tout aussi pénible que Irréversible, a fait preuve d’une véritable sympathie pour le sort de ses personnages. C’était aussi, pendant une bonne partie de son exécution, amusant. Peut-être qu’il avait franchi un cap.

Lux Æterna commence par une citation inquiétante de Fiodor Dostoïevski. « Vous êtes tous en bonne santé, mais vous ne pouvez pas imaginer le bonheur suprême qu’éprouve un épileptique quelques instants avant une crise. Je donnerais peut-être ma vie entière en échange de quelques secondes de ce bonheur. Ceci est inquiétant non pas à cause du contenu, mais à cause de l’utilisation notoire par Noé d’images stroboscopiques pour déstabiliser son public. Est-ce qu’on refait ça ? Est-ce qu’on retourne au bon vieux Irréversible à l’époque où le cinéaste cherchait à provoquer un bouleversement physique chez les spectateurs en utilisant des infrabasses basse fréquence ? Noé passe brusquement du bonheur épileptique au thème de la sorcellerie dans les films, et comment Dreyer a un jour laissé l’actrice Anna Svierkier, dont le personnage était sur le point d’être brûlé vif, attachée à une échelle pendant deux heures pendant que l’équipe allait déjeuner. Entendre un réalisateur accusé de mettre ses interprètes à l’épreuve de manière trop agressive – en particulier lors du tournage de la scène de viol qui a duré six jours Irréversible– et je m’étonne que le visage de Svierkier « porte une véritable expression d’horreur » puisse être rebutant pour certains. Mais ensuite le film se lance dans une conversation libre et hilarante entre les stars Béatrice Dalle et Charlotte Gainsbourg, à ce moment-là, vous oubliez le présage de l’introduction et ressentez une mesure de sécurité.

L’un des avantages inattendus de la collaboration avec YSL est l’insistance de la société pour que les cinéastes fassent appel aux célébrités de leur marque. Avec Dalle et Gainsbourg au casting, Noé savait d’emblée qui il allait choisir. Le but de la scène est assez simple : Dalle s’apprête à diriger Gainsbourg dans une scène où elle est brûlée vive ; leur tête-à-tête, tourné en écran partagé, est conçu comme un moment de liaison acteur-réalisateur pour les préparer à la tâche rigoureuse physiquement et émotionnellement qui les attend. Gainsbourg sirote un verre de vin pendant qu’ils discutent de leurs expériences romantiques antérieures. Finalement, elles abordent la difficulté de naviguer dans la production cinématographique en tant que femme, ce qui est essentiellement le fil conducteur qui nous mènera à la conclusion étonnante du film.

Lorsqu’elles quittent le confort de leurs quartiers éclairés par une cheminée, nous sommes aux premières loges face aux nombreux obstacles auxquels les femmes sont confrontées sur le tournage d’un film. Gainsbourg est traqué par un jeune cinéaste onctueux (Karl Glusman du Film de Noé). Amour) impatient de la lancer dans sa première production hollywoodienne. Lorsqu’elle repousse ses demandes incessantes, il se lance dans une tirade misogyne avant de s’en prendre à une autre belle jeune star du film (Abbey Lee). Dalle, quant à lui, se bat pour garder le contrôle de la scène, se transformant en le genre de dictateur dérangé que nous connaissons trop bien grâce à divers films, documentaires et livres en coulisses. Alors qu’elle perd prise, le producteur du film (Yannick Bono) laisse subrepticement la direction de la scène entre les mains du directeur de la photographie vétéran citant Godard (Maxime Ruiz).

Avant d’arriver au spectacle culminant, Noé s’amuse un peu avec un travelling en écran partagé qui se termine par Dalle faisant glisser l’une des caméras. C’est son premier essai avec la technique voyante, et il l’a tellement adoré qu’il l’a utilisée pour effet évidemment bouleversant dans son dernier long métrage, Vortex. Qu’il ait été capable de faire quelque chose d’aussi formellement inventif et techniquement complexe dès sa première sortie – sur un tournage de cinq jours, rien de moins – témoigne de la maîtrise approfondie du médium par Noé.

Sachant à quel point Noé peut être éblouissant lorsqu’il est pleinement engagé sur un long métrage, il aurait pu partir Lux Æterna c’est un peu décevant, mais c’est une putain de publicité Yves Saint Laurent ! Si elle manque de profondeur thématique, eh bien, les publicités Calvin Klein de David Lynch aussi. Nous connaissons tous les termes de la mission. Dalle et Gainsbourg donnent des performances sensationnelles, mais leur fonction principale à l’écran est de montrer les plus beaux ratés de la collection 2019 d’YSL. Les cinéphiles souriront aux références de Noé à Dreyer, Godard et Ranier Werner Fassbinder, et tous ceux qui ont une vue fonctionnelle resteront bouche bée devant le spectacle de lumières de clôture, mais l’expérience ne mènera pas à des conversations substantielles après le film, car Irréversible et Climax a fait. Cela peut cependant vous obliger à vendre en ligne le prix des fabuleuses lunettes de soleil YSL de Gainsbourg, auquel cas la valeur artistique et commerciale du film est complètement maximisée.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/lux-terna-film-review-gaspar-noe-witchy-yves-saint-lau-1848940096?rand=21406

Une nouvelle ère, de Julian Fellowes
Cannes 2022 : à la découverte des « Huit Montagnes » avec Luca Marinelli
Tags: avec, devient, Gaspar, Noe, sorcier, YSL
Our Sponsors
161 queries in 1.117/1.117 sec, 14.55MB
Яндекс.Метрика