Revues

Jake Gyllenhaal tremble dans un thriller confiné

Quelque part à la croisée de la vanité et de l’ambition se trouve l’attrait de l’unique.spectacle d’homme. Quel acteur peut résister à l’appel des sirènes de ce défi, à l’opportunité de se détacher du lien du soutien et de devenir un pilier solitaire de la performance ? Dans un engin de suspense en temps réel et à emplacement unique Le coupable, c’est Jake Gyllenhaal qui se retrouve enfin seul sous le feu des projecteurs. Il a été présenté comme un flic en disgrâce enchaîné à un bureau, un téléphone et une crise de vie ou de mort se déroulant quelque part dans la ville hors de sa vue. Quelques autres acteurs traversent brièvement sa périphérie, lançant une réplique ou deux, et quelques autres servent de partenaires de scène hors écran – nous entendons leurs voix à l’autre bout du fil. Mais pendant la majeure partie de ses 90 minutes animées, Le coupable n’est que Gyllenhaal, en gros plan, construisant un film rien qu’avec de la sueur et des larmes : une pièce radiophonique glorifiée d’un thriller dont les frissons sont générés presque entièrement par ses réactions.

“Top Gun: Maverick” a-t-il en ligne de mire les Oscars ?

Le personnage de Gyllenhaal, Joe Baylor, est un officier du LAPD transféré dans le purgatoire professionnel d’un centre d’appels d’urgence terne et peu équipé en attendant son jugement pour quelque chose qu’il a fait sur le terrain. (Ce quelque chose ne sera révélé qu’au point culminant, mais si vous y prêtiez attention en 2020 – ou, vous savez, à tout moment de l’histoire du maintien de l’ordre – vous pouvez probablement en évaluer la nature.) Au début du film, ce qui laisse le au bureau seulement à travers un très bref plan de coupe et un bookending établissant des plans de la ville, l’ennui de Joe et son hostilité à peine déguisée envers presque tous ceux qui l’appellent sont perturbés par une véritable urgence : une femme désemparée (exprimée par Riley Keough), appelant depuis une voiture et ne parlant pas librement, dont il comprend rapidement qu’elle a été kidnappée par son ex-mari (Peter Sarsgaard). À partir de là, Joe passe à l’action sans quitter son poste : il téléphone frénétiquement aux autres départements, essayant de localiser la femme changeante, justifiant des moyens douteux par la vertu apparente de leurs fins.

Si tout cela vous semble familier, c’est parce que Le coupable est basé sur un thriller danois récent du même nom. Le qualifier de remake fidèle serait un euphémisme : bien que déplacé dans une Californie ravagée par des incendies de forêt (le film était une production pandémique, tournée à la fin de l’automne dernier), l’histoire se déroule de manière presque identique. Scène pour scène, rebondissement pour rebondissement, parfois réplique par réplique, c’est le même film. Au-delà du bagage automatique acquis en faisant du protagoniste un flic américain, le seul ajout significatif est une intrigue secondaire impliquant les propres problèmes conjugaux de Joe et ses tentatives persistantes pour joindre sa fille au téléphone. C’est une tentative franchement plutôt inutile de donner au personnage plus de « dimension » et de personnaliser sa croisade, comme si le coup général de rédemption de l’original n’était pas un motif suffisant. Sinon, cela devait être le scénariste le plus simple, Nic Pizzolatto (Vrai détective) jamais gagné ; Google Translate mérite probablement un crédit de co-auteur.

Le coupable

Le coupable
Photo: Netflix

Le coupable réunit également le réalisateur Antoine Fuqua avec la star de son drame de boxe grandiloquent Gaucheret le ramène dans le décor de son film le plus apprécié, Jour d’entrainement. Il s’agit, pour le cinéaste, d’un exercice de minimalisme, faisant abstraction de la violence et du chaos de la ville en une force insondable hors écran, flamboyant aux frontières d’un avant-poste isolé comme l’enfer réel polluant l’air. Fuqua, qui s’écarte rarement du refus de l’original de s’écarter, comprend que la tension de ce matériau provient en grande partie de l’impuissance que Joe ressent comme une bouée de sauvetage désincarnée, limitée dans sa capacité d’intervention par la technologie imprécise à sa disposition et sa (in)capacité à contrôler les efforts de collègues ayant une juridiction plus large. Il y a peut-être une ironie karmique dans son creuset – un homme qui a abusé de son pouvoir se sentant soudain très impuissant – et une position philosophique dans les limites littérales de sa perspective. Le coupable devient, à un moment donné, un drame sur de fausses hypothèses ; le film n’a pas besoin d’aborder directement le sujet de la race pour qu’une critique implicite des forces de l’ordre émerge de la fumée.

La majeure partie, bien sûr, est là dans l’original, télévisible gratuitement maintenant sur Hulu et bien meilleure que le film américain dont il s’inspire, du fait qu’il y est arrivé en premier et sans concessions mineures mais superflues au désir présumé du public de mieux. sympathiser avec son héros isolé. S’il y a une bonne raison pour qu’un spectateur revienne sur ce scénario claustrophobe, en pleine connaissance à la fois de ses révélations et du fait qu’elles sont inchangées, c’est bien sûr Gyllenhaal qui lui donne tout son volcanisme dans un film qui le maintient au au centre de presque chaque image. Il crie, il jure, il sanglote, il transpire à flots, il apporte même un peu de cette drôle d’irritation qui caractérise les personnages classiques – comme le détective mis en scène dans Les prisonniers… sur son curriculum vitae. Un-Les spectacles masculins ont également leurs récompenses pour le public, du moins lorsque l’acteur présenté met tout sur la table comme le fait Gyllenhaal ici.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/call-center-thriller-the-guilty-gives-jake-gyllenhaal-a-1847667419?rand=21406

Jessica Chastain rachète une punchline publique
Nic Cage n’est pas assez fou
Tags: confiné, dans, Gyllenhaal, Jake, thriller, tremble
Our Sponsors
164 queries in 1.582/1.582 sec, 14.58MB
Яндекс.Метрика