Revues

Jamie Lee Curtis dans la suite de David Gordon Green

John Carpenter Halloween est magistral dans sa simplicité. La prémisse est minimale, le méchant élémentaire, la narration économique. Pas une seule image n’est perdue et, par conséquent, le film conserve son pouvoir de terrifier après 43 ans. Mais Halloween tuela deuxième suite d’une chronologie redémarrée qui ignore tous les Halloweens après l’original de Carpenterne peut s’empêcher de compliquer à l’excès ce qui devrait être simple.

Les 5 idées de costumes d’Halloween de dernière minute de l’AV Club

Il essaie, brièvement : après un long prologue se déroulant en 1978 qui trouve le seul angle de l’histoire originale qui n’a pas été fait à mort (ne vous inquiétez pas, le film l’achèvera à la fin), le réalisateur David Gordon Green nous ramène là où son 2018 Halloween s’est arrêté avec des coupes de mise en scène rapides et efficaces. Bientôt, cependant, il succombe à la tentation d’essayer de rendre également amusantes ces modifications fonctionnelles. Et c’est là que ce film surchargé, surmené, peu sincère et à la limite de l’incompréhension commence à mal tourner.

La ligne autour du 2018 Halloween tournée de presse était que le film était vraiment « sur » le traumatisme, et que Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) et sa mission de toute une vie visant à détruire Michael Myers étaient une lettre d’amour aux survivants. Si cet argument était un jour sérieux – et ce film le remet en question –Halloween tue le noie dans ce qui, si vous enlevez quelques couches d’appât moralisateur et nostalgique, est un bain de sang sauvage à la manière de celui de 1981. Halloween II. Le problème n’est pas ça Halloween tue il ne s’agit que d’un nihilisme brutal ; c’est une chose parfaitement acceptable pour un film d’horreur. C’est qu’il essaie de parler de tant de choses en plus un nihilisme brutal qui perd très tôt son emprise.

Ici, Laurie et sa famille sondant les profondeurs de leur tristesse n’est qu’une note d’une symphonie discordante, où tous les instruments jouent en même temps. Le film essaie de faire tellement de choses, à la fois thématiques et narratives, que Laurie, sa fille, Karen (Judy Greer), et sa petite-fille, Allyson (Andi Matichak), finissent par devenir des personnages mineurs dans leur propre histoire. Green et sa compagnie auraient peut-être eu de bonnes intentions en créant des scènes dans lesquelles Karen tremble et sanglote de chagrin, ou Laurie se saisit d’une agonie émotionnelle lorsqu’elle découvre qu’une fois de plus, elle n’a pas réussi à tuer le croque-mitaine. Mais les changements de ton dans ce film oscillent de manière si sauvage et imprécise que les performances déchirantes des acteurs finissent par paraître bidon – ou, pire, comme du porno traumatisant.

Image de l'article intitulé Halloween Kills ne peut s'empêcher de se tirer une balle (et de se poignarder et de se matraquer) dans le pied

Photo: Images universelles

En ce qui concerne ce qui fonctionne, le co-scénariste Danny McBride s’en sort encore une fois bien : il y a des répliques vraiment drôles dans Halloween tue. Julian (Jibrail Nantambu), le petit enfant voleur de scènes de Halloween, réapparaît brièvement, et deux autres personnages mineurs sont réintroduits et étoffés de manière charmante et humoristique. Nous avons également une poignée de nouveaux personnages attachants, comme le mari et la femme âgés qui se chamaillent et qui ont la malchance de vivre dans la rue de Laurie. Nous ne voyons ces deux-là que quelques instants, mais passons un peu plus de temps avec un couple gay aimant qui s’appelle « Big John » (Scott MacArthur) et « Little John » (Michael McDonald). Les Johns injectent également un peu de méta-commentaire dans le film, car ils ont acheté la maison d’enfance de Michael et adorent effrayer les tricheurs avec l’histoire du fou masqué qui a tué sa sœur alors qu’il n’avait que 6 ans.

Leur orgueil sera bien sûr puni de manière impitoyable et sanglante. Halloween tue offre également en termes de gore – si vous venez à ce film pour voir des éclaboussures, alors vous l’aurez. Le Michael dans ce film est particulièrement sadique, même pour un Halloween suite. Il aime poignarder, écraser, matraquer et trancher le cou et le visage, et la caméra s’attarde sur les personnages alors que leurs yeux s’écarquillent de peur et qu’ils s’étouffent à mort avec leur propre sang. Le nombre de morts dans ce film se situe au nord de 20 personnes, et le dialogue fonctionne sur un nombre exact de morts chaque fois que cela est possible. Mais Halloween tue ne peut pas se contenter de laisser le spectateur au plaisir d’une soif de sang fictive, soulignant au hasard la gravité de certaines morts tout en jouant d’autres pour rire. La vie est bon marché dans Halloween tue—à moins que ce soit précieux.

Image de l'article intitulé Halloween Kills ne peut s'empêcher de se tirer une balle (et de se poignarder et de se matraquer) dans le pied

Photo: Images universelles

L’une des intrigues secondaires les plus désordonnées et les plus infidèles du film ramène les enfants survivants de l’original. Halloween. Ce groupe de quadragénaires blessés – avec Kyle Richards dans le rôle de Lindsey et Nancy Stephens dans le rôle de Marion, une infirmière du premier film – est mené par le petit Tommy Wallace (Anthony Michael Hall), désormais grand et costaud et portant une batte de baseball sur son épaule. C’est gentil quand Tommy promet à Laurie que, tout comme elle l’a protégé il y a 40 ans, il la protégera.

Et l’image d’une foule ivre sortant d’un bar avec la vengeance en tête est convaincante – si nous avons déjà vu quelque chose dans l’un de ceux-ci plus tard. Halloween Les suites de la série Green aiment faire comme si rien ne s’était produit. (Encore ici, Halloween tue essaie de jouer sur les deux tableaux, en soulevant les points de l’intrigue et en insérant des œufs de Pâques provenant des mêmes films qu’il veut faire disparaître.) Mais avec l’introduction du patient mental évadé de Chekov peu de temps après, il est évident que Halloween tue tente de faire valoir un point sur le vigilantisme – un point qu’il alambique et contredit jusqu’à une gigantesque tentative de critique de la corruption policière.

Alors que le film s’enfonce plus profondément dans une spirale mortelle à la fois littérale et narrative, vous commencez à réaliser que Michael Myers est le protagoniste de ce film, et non Laurie Strode. Il ne s’agit pas de justice populaire, de traumatisme intergénérationnel ou de toute autre connerie qu’on lance sur son propre chemin en cours de route. Il s’agit d’applaudir lorsque Michael poignarde un homme en plein cœur, de se délecter d’un bref et primal moment de catharsis alors que nous célébrons le fait que ces gens sont morts et que nous sommes vivants. Cette reconnaissance est la première – et la seule – chose honnête à propos du film.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/halloween-kills-can-t-help-but-shoot-and-stab-and-blud-1847852231?rand=21406

Revue de Bergman Island : l’hommage intime de Mia Hansen-Løve
L’adaptation massive de science-fiction de Denis Villeneuve
Tags: Curtis, dans, David, Gordon, Green, Jamie, Lee, suite
Our Sponsors
161 queries in 1.137/1.137 sec, 14.57MB
Яндекс.Метрика