Revues

KVIFF 2018 : « Jumpman » de Tverdovskiy est une fascinante histoire de dignité

KVIFF 2018 : « Jumpman » de Tverdovskiy est une fascinante histoire de dignité

par Alex Billington
4 juillet 2018

Examen du Jumpman

« Il y a ceux qui sautent, et ceux qui font sauter les autres. » Cette phrase du film est la seule qui résume toute l’histoire et pourquoi elle est racontée, et c’est une déclaration significative, qui devrait résonner chez chaque personne, peu importe d’où elle vient. Sautman est un drame russe sur un garçon né avec une maladie rare qui l’empêche de ressentir la moindre douleur, même si tout le reste fonctionne comme d’habitude. C’est le dernier film réalisé par le cinéaste russe Ivan I. Tverdovski (Cours correctionnel, Zoologie) et c’est un drame indépendant et intime réalisé avec une concentration intense sur le personnage principal, une histoire fascinante de dignité, d’intégrité et d’humanité. C’est un film impressionnant, captivant que j’ai beaucoup apprécié, même s’il est cynique et déprimant, il y a de l’espoir retrouvé dans le cœur de ce jeune garçon. Le tournage nous entraîne au plus profond de cette histoire.

Sautman étoiles Denis Vlasenko comme Denis, un garçon qui a grandi dans un orphelinat après que sa mère l’ait laissé dans une « boîte à bébé » après sa naissance. Les autres garçons découvrent sa capacité « spéciale » à ne pas ressentir de douleur, et il joue avec eux à un jeu de torture, où ils serrent des tuyaux autour de son corps et les tirent aussi fort que possible jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Un jour, sa mère Oksana, jouée par Anna Slyu, retourne à l’orphelinat et décide de le ramener à la maison, et Denis est au départ très heureux de passer son temps avec elle. Il commence à travailler comme « jumpman », sautant devant les voitures et travaillant avec un groupe d’individus corrompus dans le cadre d’un stratagème visant à soutirer le plus d’argent possible au conducteur. Mais il se rend vite compte qu’il n’est utilisé que pour leur gain, au détriment de sa propre santé, et commence à comprendre que ce n’est peut-être pas la meilleure vie pour lui. Mais peut-il s’échapper ?

La réalisation du film est assurée et séduisante, avec une partition classique engageante de Kirill Richteret la cinématographie moderne stylistique de Denis Alarcón Ramirez. Ce film a retenu mon attention dès le début et m’a tenu intrigué jusqu’au bout, même si je voyais où il nous menait. Mais j’ai quand même aimé regarder tout cela se dérouler, avec Vlasenko donnant une solide performance en tête. Cependant, le film ne consacre pas suffisamment de temps à établir Denis au début, ni à nous donner l’occasion de le connaître. Au lieu de cela, cela avance dans le temps jusqu’au moment où il est plus âgé et que sa mère revient, et nous ne voyons qu’une seule fois où les autres garçons participent à ce jeu avec lui. Cela aurait énormément aidé à développer davantage le personnage s’il avait passé plus de temps à l’orphelinat, ce qui est vital plus tard, une fois que l’histoire se déroule et qu’il commence à réaliser ce qui est le plus important.

Une fois que le film entre dans la partie principale de l’intrigue, il y a beaucoup plus à travailler et c’est un film tout à fait impressionnant malgré les défis qu’il traverse dans le monde réel. Il y a un groupe de personnages louches qui coordonnent le travail de Denis en tant que jumpman, lui faisant découvrir un monde plus chic de personnes élites mais corrompues. Finalement, il commence à comprendre, et c’est là que nous voyons son personnage vraiment se développer. Il ne parle pas, mais intérieurement, il commence à comprendre. Il apprend qu’il s’agit avant tout de rester avec les gens qui comptent vraiment pour vous, pas avec ceux qui veulent profiter de vous. Il dit même à un moment donné que tout le monde est mauvais, et c’est cette découverte qui l’amène à prendre du recul. Au fond, c’est de cela que parle réellement le film, et c’est une expérience intéressante car nous rencontrons un individu de plus en plus rare – une personne intègre.

Karlovy Vary 2018 d’Alex Note : 8 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Karlovy Vary, Revoir

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/kviff-2018-tverdovskiys-jumpman-is-a-compelling-tale-of-dignity/?rand=21919

KVIFF 2018 : le documentaire « Breaking News » de Tomáš Bojar est une ode aux journalistes
KVIFF 2018 : skateboard contre communisme dans le superbe documentaire « King Skate »
Tags: 2018Jumpman, dignité, fascinante, histoire, KVIFF, Tverdovskiy, Une, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,662/1,662 sec, 21.13MB
Яндекс.Метрика