Revues

Le film finlandais Hatching explore la maternité à travers l’horreur

Le travail d’une mère n’est jamais terminé, qu’elle élève un enfant ou un monstre. Mais où mène ce travail est une tout autre chose. L’horreur a une histoire longue et compliquée avec la maternité, depuis des entrées classiques comme Psycho (1960) et Le bébé de Romarin (1968), pour des tarifs slasher comme Vendredi 13 (1980), aux incontournables contemporains comme Cygne noir (2010), Le Babook (2014), et Héréditaire (2018). Hanna Bergholm premier long métrage, Éclosionpousse à l’extrême le concept selon lequel les filles deviennent comme leurs mères, et leur lutte ultérieure contre cela.

“Top Gun: Maverick” a-t-il en ligne de mire les Oscars ?

Il y a quelque chose à la fois séduisant et effrayant dans la nature protectrice de la maternité et son pouvoir destructeur potentiel, qui rappelle le vieil adage : « Je t’ai mis au monde. Je peux t’en sortir. Ce qui résulte de cette prémisse dans le film de Belgrom est une incursion troublante et étonnamment humoristique dans l’horreur corporelle et le comportement appris.

Dans Éclosion, nous découvrons une famille de banlieue apparemment parfaite, si parfaite qu’en dehors des deux enfants, Tinja (Siiri Solalinna) et Matias (Oiva Ollila), la mère et le père ne sont connus que sous le nom de Mère (Sophia Heikkilä) et Père (Jani Volanen), comme pour suggérer que c’est en fait le début et le point final de leur identité, même si leur rôle ne l’est pas non plus. La mère est une influenceuse des médias sociaux, réalisant des vidéos de sa vie familiale parfaite d’une manière qui est écœurante, créant un sentiment de fausseté rebutant. Sa maison aux couleurs pastel et décorée de fleurs – et c’est bien sa maison – semble fabriquée, un nid fait pour être présenté mais pas pour être habité, une sorte de maison en pain d’épice qui prépare le terrain pour l’approche de conte de fées du film.

L’illusion de la perfection est brisée lorsqu’un grand oiseau noir entre par la fenêtre, faisant des ravages dans l’environnement soigneusement organisé de Mère. Lorsque Tinja attrape l’oiseau dans une serviette et le nourrit, sa mère le lui prend et lui brise le cou, avant de dire à sa fille de le jeter dans la poubelle organique. L’absurdité du moment est soulignée par la courtoisie moqueuse et la perfection orchestrée vues quelques instants auparavant. Plus tard, Tinja vérifie la poubelle et découvre que l’oiseau a disparu. Elle se rend dans les bois près de sa maison et trouve l’oiseau mourant avec un seul œuf, qu’elle ramène à la maison et dont elle prend soin.

Tandis que Tinja mime le devoir maternel avec l’œuf, le gardant caché dans sa chambre, Mère fait de même avec Tinja, même si sa pantomime est effrayante là où celle de sa fille est douce. L’affection et l’attention de sa mère ne sont qu’un masque pour son public adoré sur les réseaux sociaux. Alors qu’elle pousse sa fille non seulement à participer, mais aussi à remporter une compétition de gymnastique imminente, il devient clair qu’elle ne voit Tinja que comme une extension elle-même et une chance de rectifier sa propre carrière ratée de patineuse sur glace.

Solalinna et Heikkilä se jouent à merveille avec des performances subtiles qui imitent l’amour mais dansent autour de la peur que la fille a pour sa mère et du mépris à peine dissimulé que la mère a pour sa fille. Bergholm ne manque jamais une occasion de faire un gros plan, s’attardant sur les visages et captivé par la façon dont ils évoluent lorsqu’ils sont présentés sans information, ou essayant de chasser les émotions. Il y a un sentiment d’intimité à Bergholm crée, même lorsque tant d’enjeux émotionnels du film sont obstrués par des plaisanteries, du moins pendant la majeure partie de la durée du film. Lorsque Tinja découvre que sa mère a une liaison avec un réparateur local, Tero (Nordin), sa mère lui demande de garder le secret et d’expliquer que c’est la première fois qu’elle sait ce que l’on ressent lorsqu’on aime vraiment quelqu’un. La façon dont le visage de Tinja tombe à ce moment-là, la brutalité de réaliser ce qu’est sa mère et ce qu’elle valorise, donnent le ton aux événements choquants et certes amusants qui suivent.

Lorsque l’œuf éclot, ce qui émerge est une création monstrueuse qui donnera le vertige à tout fan d’horreur aimant les effets pratiques. L’hybride homme-oiseau, que Tinja nomme Alli d’après une berceuse, est une œuvre d’art, une animatronique créée par Gustav Hoegen et son équipe (qui ont travaillé sur Prométhée (2012), Jurassic World : Royaume déchu (2018), et chaque Guerres des étoiles film depuis 2015) qui compte parmi les créations du Creature Shop de Jim Henson et l’œuvre du regretté Stan Winston. Alli est un personnage à part entière dans le film, plutôt qu’un simple intrigue, et à mesure qu’elle évolue et devient plus consciente de ses émotions, plus Tinja est obligée de se résigner aux responsabilités d’une maternité précoce, quelque chose qu’il est sous-entendu que Mère a vécu. aussi.

Quand Alli commence à agir sur les émotions étroitement gardées de Tinja, ses sentiments de rage et de jalousie envers ses camarades gymnastes, son frère en manque d’attention et son père frustrant et distant, Tinja essaie de rejeter cette créature qu’elle a fait éclore, mais elle a déjà mouillé son bec. sur le sang. Éclosion est une fable racontée efficacement, dont la morale est à plusieurs niveaux, faisant de la fin une expérience émotionnelle déroutante qui demande à la fois une résolution et qui ressemble à un choix confiant pour un cinéaste débutant. Mais la question est : les manifestations émotionnelles de Tinja à travers Allie viennent-elles finalement du même endroit que les liens émotionnels de mère créés à travers sa personnalité et ses abonnés sur les réseaux sociaux ?

C’est en partie un désir partagé de liberté, mais aussi un moyen de prendre les fictions qui n’existaient auparavant que dans leurs têtes et d’en faire une réalité. Alors que Éclosion est beaucoup plus empathique envers Tinja que Mère Bergholm, et de solides performances principales, montrent clairement que les deux femmes en viennent à considérer leurs nouveau-nés respectifs comme des fardeaux, des choses auxquelles elles ont donné vie et qui leur ont finalement enlevé l’appropriation qu’elles ressentaient sur leur vie. La mère et l’enfant deviennent monstrueux alors que leur conte de fées s’effondre autour d’eux et se transforme en un examen cauchemardesque des effets du jeu de rôle maternel.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/hatching-film-review-hanna-belgrom-1848846787?rand=21406

Critique : Nicolas Cage dans « Le poids insupportable du talent massif »
Memory, le nouveau film d’action de Liam Neeson
Tags: explore, finlandais, Hatching, Lhorreur, maternité, travers, фильм
159 queries in 0.878/0.878 sec, 14.92MB
Яндекс.Метрика