Revues

Revue de « La version persane » : une route cahoteuse hors d’Iran

«Je rêvais d’être l’Iranien Martin Scorsese», confesse Leila (Layla Mohammadi), le personnage principal de «The Persan Version», la rêverie semi-autobiographique de Maryam Keshavarz sur une réalisatrice irano-américaine montante et sa vie de famille tumultueuse.

Le film a remporté le prix du public au Festival du film de Sundance de cette année, le deuxième film de Keshavarz à remporter ce prix. (Son premier, la romance queer « Circumstance », de 2011, a lancé sa carrière – et lui a valu d’être bannie d’Iran.)

Le film s’ouvre lors d’une soirée costumée où Leila arbore un niqab sur un bikini rose, ses contradictions culturelles exposées de manière effrontée. Leila, sous le choc d’une rupture avec sa femme, Elena (Mia Foo), a une aventure d’un soir avec Maximillian (Tom Byrne) et tombe enceinte. Pour ses parents conservateurs et ses huit frères, la maternité imminente de Leila est un autre de ses scandales scandaleux.

Keshavarz exerce partout ses influences Scorsese. Il y a des sauts dans le temps désorientants, des montages brusques et une narration lourde associés à des plans de Leila se pavanant dans New York. Mais Keshavarz échantillonne également d’autres genres, des westerns aux twee indies en passant par les burlesques. Maximillian, le futur petit-ami, bégaie adorablement comme s’il était dans une comédie romantique de Hugh Grant et passe la majeure partie du film en travesti. (Il joue à l’époque le rôle principal dans une production de “Hedwig and the Angry Inch”.)

Le résultat est un film personnel qui semble étrangement impersonnel. Le désordre tonal submerge l’histoire véritablement intéressante de Keshavarz. Sur la page, cela aurait pu paraître astucieux que Leila se cache sous un masque de gorille lorsqu’elle croise son ex-femme à l’épicerie. À l’écran, cependant, le gag semble artificiel et distrayant.

Le scénario ressemble le plus à un one-woman show saccadé, une suite de souvenirs et de déclarations effrontées et gênées. Keshavarz a étayé son histoire avec des refrains qui ne concordent pas vraiment. Sa rupture avec Elena trouve écho dans sa description de l’acrimonie entre l’Iran et l’Amérique : « Comme toute grande romance, elle s’est terminée par un divorce amer », dit-elle, une analogie qu’elle utilise à deux reprises. Son père, Ali (Bijan Daneshmand), passe le film dans un hôpital en attendant une transplantation cardiaque ; sa mère, Shireen (Niousha Noor), est considérée comme « sans cœur ».

Peu à peu, Keshavarz déplace son attention de Leila, essentiellement son moi fictif, vers Shireen afin de réexaminer sa propre mère, Azar Keshavarz, à travers des yeux d’adulte. Les séquences mettant en vedette Shireen sont fantastiques. Le premier segment, qui se déroule au début des années 1990, retrace son ascension de femme au foyer immigrée sans instruction à dynamo immobilière. Le film remonte également à la fin des années 60, lorsque Shireen était une jeune mariée rurale. Nous sommes stupéfaits par son parcours vers l’autonomisation, dont une partie épuisante la montre désespérée, seule et enceinte, chevauchant un âne. Kamand Shafieisabet, l’acteur adolescent phénoménal qui incarne la jeune Shireen, continue de vivre en Iran. Elle mérite une attention mondiale.

Keshavarz semble si impressionnée par la résilience de sa mère qu’elle n’esquisse qu’avec hésitation un lien entre cette histoire et la sienne. Au lieu de cela, après avoir passé en revue de nombreuses idées, Keshavarz termine le film en saluant toutes les femmes qui luttent pour vivre selon leurs propres conditions – une lutte qui fait rage en Iran et au-delà.

La version persane
Classé R pour le langage et les références sexuelles. Durée : 1 heure 47 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/10/19/movies/the-persian-version-review.html?rand=21388

Critique de « The Pigeon Tunnel » : penseur, joueur, chercheur, espion
Critique de « Tuer un tigre » : le survivant qui a refusé d’avoir honte
Tags: cahoteuse, dIran, hors, persane, revue, route, Une, version
159 queries in 0.892/0.892 sec, 14.89MB
Яндекс.Метрика