Revues

Revue de « Road House » : ce remake amplifie l’action

Le blockbuster « Road House » de 1989 était en quelque sorte un pastiche. Il a livré des sensations fortes peu recommandables en image B avec une valeur de production globale. L’acteur principal Patrick Swayze, jouant un voyou philosophe, souriait avec une confiance inébranlable tout en cassant les bras et les mâchoires, alors que les voitures et les bâtiments explosaient vraiment autour de lui. L’action a été servie avec un vernis brillant de studio.

Par conséquent, un remake du film, diront certains, est destiné à être un pastiche de pastiche. Mais à mesure que nous avançons dans le XXIe siècle, nous constatons que la notion d’authenticité est de plus en plus dévalorisée. Et qui en a besoin quand Doug Liman dirige le tout ? Il est, après tout, le J. Robert Oppenheimer des décors d’action lunatique (« The Bourne Identity », « Mr. & Mrs. Smith », « Edge of Tomorrow » pour n’en nommer que quelques-uns).

Assumant le rôle de Swayze, Jake Gyllenhaal incarne le combattant professionnel devenu videur Elwood Dalton, protégeant ici un juke-joint situé sur un bien immobilier de valeur dans les Keys de Floride. À son apogée malgré la nature mortelle de son personnage, Gyllenhaal continue les one-liners et la drôlerie. Au lieu des réflexions zenlike de Swayze, il nous demande sèchement si ses challengers ont une assurance médicale avant de les frapper et de les emmener à l’hôpital.

Ce film offre en grande partie les mêmes coups de pied que le premier, mais avec des mises au point contemporaines comme un méchant joué par Conor McGregor, la star de l’Ultimate Fighting Championship qui a été vue pour la première fois entièrement nue, à l’exception des chaussures et des chaussettes (pour qu’il puisse porter son téléphone). Bien que d’une durée de deux heures, le film se déplace aussi rapidement qu’un furet graissé dans un Habitrail et délivre des effets d’action hallucinatoires pour son point culminant prolongé.

Tout cela et une référence assez drôle à « Le Troisième Homme » aussi.

Relais
Classé R pour la violence et le langage. Durée : 2 heures 1 minute. À regarder sur Prime Vidéo.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/03/22/movies/road-house-review-jake-gyllenhaal.html?rand=21388

Critique « N’attendez pas trop de la fin du monde » : un voyage sauvage en Roumanie
Revue « La vérité contre Alex Jones » : comment fonctionnent les théories du complot
Tags: amplifie, House, laction, remake, revue, road
Our Sponsors
161 queries in 2.383/2.383 sec, 14.49MB
Яндекс.Метрика