Revues

Revue IDFA : « Le rêve australien » se confronte avec force à la vérité

Revue IDFA : « Le rêve australien » se confronte avec force à la vérité

par Alex Billington
1 décembre 2019

La revue du rêve australien

Waouh Waouh Waouh. Quel film…! Je ne connais pas grand chose de l’histoire de l’Australie et je ne suis pas non plus l’actualité du pays, donc en commençant ce film, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je ne savais rien de l’histoire qu’il racontait. Et rien de tel que d’entendre une histoire pour la première fois : apprendre tout ce qui s’est passé, les hauts et les bas, et les vérités sur ce qui se passe. vraiment en cours. Le rêve australien est un merveilleux documentaire qui se concentre sur un sportif australien nommé Adam Goodes. Il pratique le sport du rugby et du cricket appelé « L’Australie règne sur le football« , dirigé par l’AFL (la « Ligue australienne de football »), et il est descendant d’aborigènes. Le film raconte son histoire et, ce faisant, affronte de front le racisme latent en Australie. Et mec, oh mec, c’est un film absolument fantastique. J’ai été ému aux larmes à plusieurs reprises vers la fin.

Tout d’abord, je suis heureux que les Australiens aient parlé de ce film. Il a été présenté en première au Melbourne Film Festival et de nombreux amis en sont depuis ravis. Je suis content parce que c’est ce qui a attiré mon attention, et quand j’ai vu le film au programme de l’IDFA, je me suis assuré de lui réserver du temps. Oui, c’est aussi puissant, aussi émouvant et aussi remarquable qu’ils l’ont dit. Le titre, Le rêve australien, fait référence à une idée similaire au « rêve américain » – le droit à une vie réussie à la recherche du bonheur. Goodes voulait – et avait même – exactement cela, mais au cours de sa carrière sportive, il apprend que le racisme est toujours un élément majeur de la société australienne, empêchant les aborigènes de réaliser ce même rêve. Et pour réellement soutenir ce rêve, les Australiens doivent être forcés d’examiner leur propre racisme et d’affronter directement ce problème avant de pouvoir avancer ensemble en tant que nation. Si cela vous semble familier, c’est aujourd’hui un problème majeur dans de nombreux pays.

Dès la fin du film, j’étais déjà prêt à proclamer que c’était l’un des meilleurs documentaires de l’année – haut la main. Le rêve australien est un documentaire remarquablement engageant et puissant qui affronte de front le racisme australien de la manière la plus sincère et la plus attentionnée. C’est un film profondément profond. Et unique dans le sens où cela montre simplement la vérité, même lorsque les médias prétendent le contraire, ils disposent des images réelles qui prouvent que tout a été inventé (il n’a jamais dit cela, il n’a jamais fait cela, bien qu’ils disent qu’il l’a fait – ce qui est souvent comment le racisme fonctionne pour discréditer les bonnes personnes). Directeur Daniel Gordon traite l’histoire d’Adam Goodes avec beaucoup de soin et d’inquiétude, mais c’est aussi un film qui revigore et encourage le changement en attisant les sentiments. Il veut affronter tout nous et nous force à faire face à nos démons, nous amène à nous demander si nous sommes vraiment aussi bons que nous le disons/pensons. Pouvons-nous faire mieux ? Bien sûr que nous pouvons le faire, il suffit d’écouter l’histoire d’Adam et, surtout, apprendre de lui.

Ne vous inquiétez pas : même s’il s’agit d’un film sur la confrontation frontale du racisme, il n’est ni rebutant, ni agressif, ni ennuyeux. C’est un film magnifiquement sensible et compréhensif, un regard affectueux sur l’importance de la compassion et sur la manière dont dire la vérité peut (espérons-le) faire la différence. Goodes ne veut pas causer plus de problèmes, il veut juste faire comprendre aux gens qu’ils sont racistes, puis les éduquer. Permettez-leur d’apprendre de leurs erreurs grâce à la compassion et à la compréhension. Je suis époustouflé par ce film. Tant de rebondissements, tant de moments choquants, mais cela reste toujours optimiste. Il existe cette croyance inébranlable dans la bonté, quelque chose qui semble particulièrement rare, et Goodes en est une incarnation : la bonté comme force de changement. Son implication et ses conversations sont essentielles pour le comprendre, mais le simple fait de raconter son histoire de cette manière est un moyen efficace de développer l’empathie. Je n’avais aucune idée de ce qui allait se passer et j’en suis toujours aussi choquée.

Chaque fois que je me demande si les documentaires peuvent changer le monde, je pense à des films comme celui-ci. Je me souviens que des films comme Le rêve australien existent, ils sont dans le monde, et on les voit et on en parle, ils énervent les gens. Et peut-être, juste peut-être, pourront-ils changer le monde. Peut-être, juste peut-être, racontent-ils une histoire d’une manière si exaltante qu’elle nous laisse la liberté de changer d’avis ; grandir et reconnaître la vérité sur notre passé (qu’il s’agisse des Autochtones, des Amérindiens, etc.), reconnaître nos erreurs et travailler pour être meilleur. Nous avons besoin de plus de films comme celui-ci, à la fois sincères, sensibles et provocateurs. Nous avons besoin de films qui remettent en question les idées préconçues et l’intolérance amère. Nous avons besoin de films qui nous obligent à avoir des conversations que nous ne voulons pas avoir. C’est un film qui peut peut être changer les choses pour le mieux.

Évaluation IDFA 2019 d’Alex : 9,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Documentaires, IDFA, Revoir

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/idfa-review-the-australian-dream-powerfully-confronts-with-truth/?rand=21919

Critique : « Knives Out » de Rian Johnson est un mystère de meurtre tranchant comme un rasoir
Revue IDFA : le documentaire extraordinaire de Feras Fayyad « The Cave »
Tags: Australien, avec, confronte, Force, IDFA, rêve, revue, vérité
Our Sponsors
161 queries in 1,562/1,562 sec, 21.15MB
Яндекс.Метрика