Revues

Revue SSIFF : « L’autre agneau » remet en question la nature obéissante de l’humanité

Revue SSIFF : « L’autre agneau » remet en question la nature obéissante de l’humanité

par Alex Billington
23 septembre 2019

L'autre revue d'agneau

Les humains sont-ils naturellement obéissants ? Que faut-il pour que quelqu’un se rende compte qu’on le mène, qu’on lui nourrit d’absurdités pour le maintenir dans le rang. Comment s’affranchir de la mentalité de groupe ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions que soulève ce film intrigant. L’autre agneau est le dernier film réalisé par le célèbre cinéaste polonais Malgorzata Szumowskason premier long métrage entièrement en anglais après son succès au Festival du film de Berlin Tasse de 2018 (qui lui a valu un Grand Prix du Jury Ours d’Argent). Son style est pleinement exposé cette fois, racontant une sombre histoire de conte de fées sur un groupe de femmes seules vivant seules comme une petite congrégation dans une forêt. Il y a un homme qui les dirige tous, connu sous le nom de « Berger », qui les appelle ses épouses et ses filles. C’est étrange, mais c’est le but. Le film critique la société patriarcale dans laquelle nous vivons et la religion.

La façon la plus simple de décrire simplement L’autre agneau c’est-à-dire que ça ressemble beaucoup à celui de M. Night Shyamalan Le village s’il était dirigé par Charles Manson (jusqu’au fait que le principal « berger » a les cheveux longs et une barbe comme Manson). Il y a des influences de « The Handmaid’s Tale » et de Darren Aronofsky. Mère là aussi, mais il s’agit plutôt d’une vision atmosphérique d’une petite colonie de personnes des femmes vivant seules sans aucun contact avec le monde civilisé qui les entoure. Nous suivons une jeune « fille », une femme nommée Selah jouée par Raffey Cassidy, qui est pieux et franc. Mais à mesure qu’elle commence à grandir (littéralement en passant par la puberté) et commence lentement à voir la vérité sur son existence pieuse, elle remarque à quel point tout cela est insensé et dangereux. Et même s’il n’est pas facile pour elle de se libérer de cette obéissance, elle peut commencer à ressentir le changement en elle grâce aux conversations avec une femme qui vit comme une paria, séparée des autres.

Quiconque critique ce film et prétend que « ce n’est pas réaliste » a complètement tort – oh, tant de gens dans la vraie vie suivent les autres et ont une foi aveugle et ne peuvent pas voir comment ils sont eux-mêmes pris dans tout cela. Charles Manson en est l’un des meilleurs exemples. La seule raison pour laquelle nous sommes toujours fascinés par lui est que beaucoup se demandent encore comment il a pu convaincre autant de (jeunes femmes) de le suivre et de suivre sa parole, peu importe ce qu’il a dit/fait. Il y a un film à ce sujet – Charlie dit. L’autre agneau le scénario est d’un écrivain australien, CS McMullen, et touche à de nombreuses formes d’obéissance – religion, capitalisme, culture. Tout cela existe, et c’est très réel. Et ce n’est pas parce que ce film tente de distiller ce concept d’obéissance dans un long métrage de 90 minutes qu’il est idiot ou immature – seuls ceux qui refusent d’approfondir le sujet et de voir sous l’histoire superficielle pourraient ressentir cela. Mais il y a beaucoup de bouleversements dans ce film à analyser et à discuter.

Honnêtement, j’adore ça L’autre agneau est aussi une référence claire à l’obéissance religieuse (car la piété et la foi aveugle me dérangent sérieusement). D’un côté, c’est une métaphore évidente des femmes dans la société qui suivent un homme et l’écoutent (un père, ou un patron, ou tout type de leader), peu importe à quel point il les traite horriblement, car cela leur donne une « fraternité ». D’un autre côté, c’est aussi une métaphore convaincante pour toutes sortes de religions. Michiel Huisman jouer le berger a le look de Charles Manson, mais il a aussi le look de Jésus – avec les cheveux longs et la barbe, agissant et parlant angéliquement à travers des vers poétiques. Et ce qui rend le film si fascinant à regarder, c’est la manière dont tous ses partisans, son groupe d’épouses et de filles, continuent de se convaincre que tout cela est bien et que faire ce qu’il dit les rend dignes de son amour. Être rejeté par lui signifie qu’ils sont mauvais, et c’est ainsi que ce cercle vicieux se poursuit. Exactement comme dans le monde réel.

Même si j’apprécie les idées et les questions soulevées par le film, il est loin d’être une œuvre exceptionnelle. C’est un bon film, il a un style et une esthétique très forts, mais il est encore à quelques pas d’être vraiment génial. Il y a trop de choix créatifs étranges qui gênent, et il ne creuse pas aussi profondément qu’il le pourrait en explorant cette obéissance effrayante. Raffey Cassidy semble malheureusement mal interprété, et malgré ses tentatives de donner une performance profondément significative, cela devient frustrant et fade. Nous ne comprenons jamais vraiment pourquoi et comment elle change. Il semble clair que le message le plus important du film est que nous ne pouvons nous libérer et échapper au cycle de l’obéissance dangereuse qu’en y travaillant nous-mêmes. Personne ne peut vous dire ou vous expliquer comment faire, il vous suffit de le découvrir par vous-même. Le film n’est pas très doué pour montrer cela à travers des dialogues ou des performances, mais c’est toujours le message le plus fort crié. Une chose à laquelle nous devrions tous penser.

Évaluation SSIFF 2019 d’Alex : 6,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Revoir

1

DAVIDPD le 23 septembre 2019

2

l’espritbo le 23 septembre 2019

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/ssiff-review-the-other-lamb-questions-humanitys-obedient-nature/?rand=21919

Revue SSIFF : « Weathering With You » de Makoto Shinkai est étrange et mignon
Revue SSIFF : « The Specials » de Nakache & Toledano est vraiment spécial
Tags: agneau, lautre, lhumanité, Nature, obéissante, question, remet, revue, SSIFF
Our Sponsors
161 queries in 1,739/1,739 sec, 21.25MB
Яндекс.Метрика