Revues

Revue « The Iron Claw » : coups corporels et vies brisées

Il ne faut pas longtemps dans « The Iron Claw », un mélodrame tragi-comique sur une dynastie de lutte américaine, pour savoir que les scènes les plus folles ne se produiront pas sur le ring. Ils vont se dérouler dans le cercle familial, ce qui est évident lorsque le paterfamilias commence à énumérer l’ordre de ses fils préférés pendant qu’ils mangent à la table du petit-déjeuner. C’est bizarre, même si personne n’a l’air aussi surpris que vous. Puis le scénariste-réalisateur Sean Durkin tord encore un peu le couteau : « Les classements, dit le père avec gaieté, peuvent toujours changer. »

Entre comédie et horreur naissante (que se passe t-il ici, pensez-vous), la scène illustre le ton nerveux et décalé que Durkin établit au début de « The Iron Claw », un récit fictif doux, effrayant et souvent émouvant d’une famille de lutteurs professionnels texans. À partir des années 1970, les fils ont suivi le père, Jack Barton Adkisson, alias Fritz Von Erich, dans le secteur du slam-bam. Avec leurs cheveux, leur musculature et leurs mouvements spectaculaires, leur coups de pied volants, serrures à bras tournants et coups de poing au disque — les fils sont devenus des sensations locales. La syndication télévisée a renforcé leur renommée, mais dans les années 1990, la famille a été détruite par une tragédie.

L’histoire retrace l’ascension de la famille dans la lutte professionnelle, reprenant en 1963 lorsque Jack (un Holt McCallany volcanique) se produisait en tant que méchant allemand. En tant que Fritz Von Erich, Jack aimait se pavaner sur le ring avec une croix de fer sur son uniforme et terminer avec son mouvement emblématique, la griffe de fer, un étau qu’il appliquait sur la tête d’un adversaire, faisant parfois couler du sang. C’est un héritage sombre et voyant que Jack a transmis, avec la marque Von Erich, à ses fils, qui ont également fait couler du sang, même s’ils n’étaient pas toujours sur le ring. (Le film fait référence à un fils décédé dans un accident d’enfance, mais omet également faits cruciaux à propos des Von Erich, dont un sixième fils.)

L’entrée dans « The Iron Claw » est assurée par Kevin, émotionnellement opaque (Zac Efron, tellement excité qu’il a l’air d’éclater), le deuxième favori de son père qui veut clairement le premier rang. Kevin sert de fil conducteur à l’histoire, de narrateur et, dans la dernière ligne droite, d’agent de changement peu convaincant. “Depuis que je suis enfant”, dit-il après la première du film, “les gens disaient que ma famille était maudite”. La famille n’en a jamais parlé ; là encore, ce groupe taciturne ne fait pas beaucoup de partage, ce qui pose quelques problèmes à Durkin. La mère, Doris (Maura Tierney dans un rôle mince), « a essayé de nous protéger avec Dieu », ajoute Kevin, tandis que son père essayait de faire de même avec la lutte.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/12/21/movies/the-iron-claw-review-zac-efron.html?rand=21388

Revue de migration : la dernière version d’Illumination est jolie mais ennuyeuse
Critique de « The Inner Cage » : les restes
Tags: brisées, Claw, corporels, coups, Iron, revue, vies
Our Sponsors
164 queries in 1.658/1.658 sec, 14.53MB
Яндекс.Метрика