Revues

Un blockbuster pop-noir imparfait mais frappant

Dans Le Batmanle spectaculaire super-héros lisse, trop long et majestueusement maussade de Matt Reeves, Robert Pattinson met vraiment le Goth devenu le principal protecteur de Gotham City. Ses yeux enduits de mascara comme Robert Smith (ou The Crow, un autre vengeur ailé nocturne), cette version du combattant du crime de DC se promène en ville à moto. à l’accompagnement non diégétique du downer de clôture de l’album de Nirvana, « Something In The Way ». Il raconte également le film à voix basseau-dessus de cela, semblable à une gargouille, au bord de l’auto-parodie. « Ils pensent que je me cache dans l’ombre », murmure-t-il. “Mais je suis les ombres.” Ces réflexions ressemblent à des entrées de journal intime – et il s’avère que c’est exactement ce qu’elles sont. Enfin : un Batman qui tient un journal !

La chauve-souris est un rôle limitant pour tout acteur. Combien d’émotions pouvez-vous vraiment faire avec juste votre menton ? Keaton, Bale, Affleck – ils avaient tous au moins une identité secrète avec laquelle jouer. Dans Le Batman, on voit à peine Bruce Wayne sans la cape et le capuchon. Quand nous le faisons, c’est le même mec maussade et laconique. Pattinson, de retour au rôle de superproduction une décennie après avoir joué un autre créature de la nuit, écrase la dualité essentielle du personnage, effaçant toute réelle différence entre Wayne et son alter ego. Ce faisant, il obtient peut-être un aperçu essentiel de l’attrait adolescent sans âge de Batman, à savoir qu’il est lui-même en quelque sorte un adolescent sans âge, un gars tellement rabougri par la perte de l’enfance qu’il existe dans un état permanent d’angoisse adolescente.

Le Batman existe également dans cet état. Il s’agit peut-être de la version cinématographique la plus maussade du Chevalier Noir, une version bien plus Gen X dans sa désaffection que les films Bat qu’ils ont réalisés dans les années 90. Cela peut également être plus proche de l’expérience de lecture d’une bande dessinée de Batman que de n’importe quel film de Batman avant lui. Reeves rythme son épopée presque comme une série limitée – vous pouvez pratiquement identifier les moments où un problème se transforme en suivant – et il complète sa narration parfois épisodique avec une variété visuelle frappante.

Le réalisateur et son co-scénariste, Peter Craig, s’inspirent fortement d’une histoire particulière de Batman, Le long Halloween, plaçant leur film au cours de la deuxième année environ du mandat de justicier au noir de Wayne, avant que la plupart des crétins de la ville ne deviennent des voyous. Comme dans cet arc narratif acclamé, il y a un tueur en série en liberté – dans ce cas, une version du Riddler qui élimine des membres éminents de l’élite sociale et politique de la ville. On est bien loin de la théâtralité capricieuse et point d’interrogation d’un Jim Carrey ou d’un Frank Gorshin : incarné par Paul Dano, sous une tenue anarchiste steampunk à lunettes, ce passionné de puzzles dérangé a plus en commun avec Jigsaw ou le diabolique John Doe de Sept. Bien sûr, il se considère comme une âme sœur de Batman. Quel fou qui vaut son pesant d’armes à thème ne le fait pas ?

Il y a une méthode à la folie du Riddler. Sa série de meurtres est conçue pour exposer publiquement un réseau de secrets et de mensonges, reliant le chef de la mafia Carmine Falcone (John Turturro) à de sales législateurs et hommes de loi, ainsi qu’au défunt père industriel de Wayne (que, heureusement, nous n’avons pas besoin de voir). abattu dans une ruelle pour la énième fois). Qui fait Le Batman il y a Bandes dessinées détectives adaptation pour privilégier le véritable travail de détective, Reeves consacrant autant de temps aux scènes de crime et aux indices qu’aux scènes bien orchestrées de Batman battant la morve des voyous. Le mystère pourrait cependant utiliser une architecture plus noueuse et plus complexe. N’est-ce pas chaque Un film de Batman finalement sur le cœur corrompu de Gotham ? Les révélations ici pourraient être moins choquantes que ce que Reeves imagine, même pour ceux qui n’ont pas lu les célèbres sources sur lesquelles il s’inspire vaguement.

Le Batman a une partie de la tristesse néon mouillée par la pluie d’une procédure de David Fincher, mais il se déroule toujours dans un monde de bande dessinée démesuré de bons et de méchants. Il serait difficile de qualifier de définitive l’une de ces itérations de personnages, même si la plupart d’entre eux sont interprétés par des acteurs de premier ordre. Zoë Kravitz apporte un réalisme émotionnel hors du commun à Catwoman, repensée ici comme une serveuse de boîte de nuit en quête d’une vendetta contre la foule. Le manque de campitude va-va-voom est moins préjudiciable que la façon dont le scénario abandonne les allégeances changeantes et les ambiguïtés morales habituelles de cette anti-héroïne classique. Elle est presque aussi au niveau qu’un Jim Gordo de pré-promotionn (Jeffrey Wright) – et moins intéressant pour cela. Et puis il y a Colin Farrell comme camarade Batman revient lourd Le Pingouin, toujours un oiseau volant à basse altitude dans la hiérarchie criminelle de Gotham. Méconnaissable sous les monticules de Dick Tracy prothèses et un accent goombah, Farrell est surtout marrant. Mais c’est une apparition glorifiée.

En tant qu’œuvre d’art visuel multiplex, de superproduction pour les yeux, le film peut être à couper le souffle. Reeves comprend le graphique la puissance de ce matériau de roman graphique ; il a un œil d’illustrateur pour les angles exagérés, déjà démontré dans les séquences d’action en position verrouillée de son Laisse moi entrer et L’aube de la planète des singes. Ici, il exerce ce talent lors d’une poursuite chaotique en voiture qui se termine par une photo en POV à l’envers du héros de Pattinson sortant triomphalement et terrifiant d’un enfer. Plus tôt, Reeves consolide la bonne foi intimidante de Batman à travers un montage qui continue de montrer des criminels jetant un coup d’œil nerveux dans des poches d’obscurité, jusqu’à ce que l’imposant héros sorte enfin lentement et de manière inquiétante de l’une d’entre elles. Et le film des sons mieux encore, grâce à une remarquable partition de Michael Giacchino qui alterne grattements minimalistes et marches impériales ; c’est en quelque sorte dans la même ligue que les thèmes d’opéra que Danny Elfman a prêtés à la franchise.

Le Batman

Le Batman
Photo: Warner Bros.

Comme Le Batman Dès la troisième heure, il devient clair que, malgré toute sa grandeur funeste, il manque au film quelque chose de crucial, et c’est l’attraction gravitationnelle de la véritable infamie – le magnétisme crapuleux d’un Nicholson, d’un Pfeiffer ou d’un Ledger. Son Riddler bénéficie d’une excellente introduction, recherchant sa première victime avec des jumelles dans la scène d’ouverture effrayante et voyeuriste. Mais plus nous le voyons, moins il devient effrayant ; Dano, qui semblait être un casting inspiré sur papier, n’arrive pas à trouver un personnage cohérent, même un personnage cohérent. voix— pour ce maître des énigmes. Lorsque le film le met finalement face à face avec Pattinson, c’est une pâle imitation d’un moment similaire dans Le Chevalier Noir-tous toi-et moi-sommes-ndes bloviations tellement différentes. Et donner au psychopathe un suivi Internet de type QAnon s’avère n’être qu’une explication simple de la façon dont un tueur de loup solitaire rassemble des hommes de main.

Pourtant, le film conserve son atmosphère séduisante – sa fraîcheur pop-noir feutrée – même si l’histoire se transforme en une série de révélations et un point culminant curieusement superficiel. Le Batman est autant une machine à intrigue que les films de Christopher Nolan (l’exposition pourrait être empilée dans des gratte-ciel tordus), mais elle se déplace différemment, rampant et se faufilant pendant sa longue durée d’exécution au lieu de la parcourir comme une chauve-souris sortie de l’enfer. Et si nous ne le faisions pas exactement besoin un autre film de Batman, il y a un charme à en voir un relativement imprégné du langage du support d’origine… même si une partie de ce langage est un signe de mauvais augure qui ne convient qu’aux orphelins costumés torturés ou aux enfants gothiques de tous âges.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/the-batman-is-a-flawed-but-striking-pop-noir-blockbuste-1848600781?rand=21406

Critique de Lucy And Desi : l’hommage touchant d’Amy Poehler
Colin Farrell dans un magnifique drame de science-fiction
Tags: blockbuster, frappant, imparfait, mais, popnoir
Our Sponsors
161 queries in 1.062/1.062 sec, 14.57MB
Яндекс.Метрика