Revues

Un fantastique animé trippant mais décevant

Le dessinateur et romancier graphique Dash Shaw a fait une transition impressionnante vers la réalisation de longs métrages d’animation avec Mon lycée tout entier sombre dans la mer, une combinaison d’image catastrophe et de comédie pour adolescents qui avait le look lo-fi attachant et la sensibilité contre-culturelle d’une série Adult Swim. Le film était indéniablement et divertissantment décalé. Mais cela n’a jamais dépassé quelques sous-genres pop familiers.

D’un autre côté, le film suivant de Shaw, Cryptozoo, est pour ainsi dire son propre animal. Se déroulant dans une version alternative de l’Amérique de la fin des années 1960, le film suit Lauren Gray (exprimée par Lake Bell), une vétérinaire qui a consacré sa vie à la protection et à la préservation des bêtes mythologiques exotiques, depuis qu’elle a rencontré, enfant, une créature étrange ressemblant à un éléphant appelée « baku », qui mange des cauchemars. Tandis que des agences obscures chassent les licornes, les griffons et leurs semblables à des fins d’exploitation et de recherche, Lauren et sa bienfaitrice, Joan (Grace Zabriskie), prévoient d’inviter le monde à visiter ces merveilles dans un parc d’attractions fantaisiste, digne de Disney.

Shaw a fait Cryptozoo avec sa partenaire créative et romantique, Jane Samborski, qui a conçu les cryptides. Les deux hommes explorent ce que signifie pour les humains de coexister sur cette planète avec de nombreux types différents d’« autres », dont certains dépassent leur compréhension. Comme beaucoup de naturalistes d’hier et d’aujourd’hui, Lauren pense qu’elle peut amener les gens à se rallier à ses bizarreries bien-aimées s’ils peuvent seulement les découvrir de près… et peut-être même ramener à la maison un jouet en peluche de la boutique de cadeaux. Mais à la fin de Cryptozoo, elle commence à comprendre qu’il est difficile de partager des organismes inhabituels – ou leurs habitats – sans perdre une partie de ce qui les rend uniques. Même rempli de dragons et de krakens, un zoo reste un zoo.

Ce problème de rendre l’extraordinaire ordinaire s’étend à Cryptozoo lui-même, plus souvent qu’il ne le devrait. L’attrait principal du film réside dans l’art de Samborski et Shaw, qui superpose des peintures psychédéliques élaborées et des croquis bruts, ressemblant à quelque chose entre une exposition de musée d’avant-garde et les gribouillages fantaisistes d’un musée. Donjons & Dragons-cahier de lycéen aimant. Au mieux, le film est un exercice d’étrangeté imaginative en soi, semblable aux longs métrages d’animation cultes classiques comme Planète fantastique et Belladone De Tristesse. Parfois, il n’y a pas d’autre objectif que « Regardons quelques jolies taches de couleur pendant quelques secondes » ou « Et si nous ajoutions une scène où un faune supervise une orgie ? »

Pourtant, ces moments de filigrane digressif – parfois teintés d’érotisme et inspirés de vieilles illustrations de pulp fantasy – ont tendance à être aplatis par une intrigue trop fastidieuse et simple pour un film avec une prémisse aussi funky. La légère histoire met en scène Lauren et une gorgone nommée Phoebe (Angeliki Papoulia) essayant de trouver et de sauver un baku avant qu’il ne tombe entre les mains d’un braconnier (Thomas Jay Ryan), qui veut utiliser la créature et d’autres cryptides pour améliorer le pouvoir. de l’armée américaine et écraser l’idéalisme hippie.

Image de l'article intitulé Le Cryptozoo trippant enferme des bêtes fantastiques dans une histoire ennuyeuse

Photo: Magnolia

Et tellement de Cryptozoo consiste en une chasse au baku à travers le pays au rythme effréné, culminant dans une longue séquence où les humains tentent de survivre sur une île envahie par des cryptides sans cage. Comme Mon lycée tout entier sombre dans la mer, le film présente principalement des performances vocales impassibles et presque monotones, vraisemblablement destinées à accroître la surréalité en servant de contraste avec les images bizarres. Mais même si cette approche a assez bien fonctionné dans une comédie d’action absurde au lycée, elle assourdit le ton de ce projet beaucoup plus sérieux et axé sur le spectacle. (Cela n’aide pas non plus que Shaw et le compositeur John Carroll Kirby aient opté pour une bande-son qui sonne doucement et doucement « exotique », comme quelque chose de mieux adapté à un cours de yoga.)

Cryptozoo ce n’est pas une odeur totale. C’est un projet réfléchi et bien intentionné, réalisé par des personnes talentueuses. Et rien que pour sa splendeur visuelle, il trouvera forcément des fans dévoués. Mais il y a une scène vers la fin du film où Lauren s’occupe d’un Dalmatien, et pendant quelques secondes, le sentiment de crainte et d’émerveillement que ce film veut évoquer apparaît vraiment, d’une manière plus calme et ordinaire. Ce chien n’est pas un cryptide ; il est tout simplement frappant à regarder, avec son port royal et son pelage tacheté. La scène rappelle à quel point c’est mieux Cryptozoo c’est quand il s’agit simplement d’être éblouissant, et de ne pas essayer d’imposer une signification plus profonde à toutes ces images sympas.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/the-trippy-cryptozoo-cages-fantastic-beasts-inside-a-bo-1847510613?rand=21406

Une métaphore solide à la recherche d’un film
Maggie Q élève le passe-partout des actions idiotes
Tags: décevant, fantastique, mais, trippant, аниме
Our Sponsors
161 queries in 0.991/0.991 sec, 14.55MB
Яндекс.Метрика