Revues

Une critique de La Princesse de Joey King

Un film d’action d’une simplicité béante et sans conséquence, La princesse il manque, sur le plan narratif, la certitude et la clarté du but de son personnage principal. Dépourvu de tout sentiment d’aventure, même fabriquée, le résultat est quelque chose qui n’est ni poisson ni volaille – trop générique pour la plupart des fans du genre et trop violent pour les préadolescents en quête d’un minimum d’élévation rah-rah dans cette histoire d’une jeune femme qui la protège. royaume à la lame d’une épée.

Guillermo del Toro dans “Pinocchio”

Réalisé par Le-Van Kiet, le film s’ouvre avec une princesse emprisonnée et menottée (Joey King) battant des hommes de main envoyés pour la chercher. Le méchant Julius (Dominic Cooper, négociant des ricanements vides), assisté de Moira (Olga Kurylenko), a kidnappé ses parents, le roi (Ed Stoppard) et la reine (Alex Reid), ainsi que sa sœur de 11 ans, Violet. (Katelyn Rose Downey), dans le but de forcer la princesse à accepter le mariage, consolidant ainsi sa prise de pouvoir.

Des flashbacks montrent la princesse laissant Julius humilié à l’autel, et s’entraînant également avec Linh (Veronica Ngô), une alliée et amie de ses parents. Après s’être échappée et s’être cachée, la princesse combat de nombreux mercenaires en maraude, faisant même équipe avec Linh pendant un moment. Dans son troisième acte, le film feint un pivot dans lequel Julius élabore un plan alternatif pour épouser Violet, mais abandonne rapidement les implications les plus sombres de cette tournure pour un retour à une intrigue plus conventionnelle.

Il y a des signes dès le début La princesse, écrit par Ben Lustig et Jake Thornton, manque de certaines ressources pour donner vie à leur grande vision. Dans un plan, alors qu’un groupe d’hommes s’efforcent de laisser tomber une poutre en bois apparemment lourde qui scellerait efficacement un portail, l’effet sonore qui l’accompagne ressemble à un coup sur une table creuse. Plusieurs scènes plus tard, vient un moment qui pourrait représenter le pire incendie CGI jamais projeté à l’écran. Entre et après, se trouvent des séquences dans lesquelles des attaquants crient ou grognent de manière absurde, comme si le film avait épuisé sa réserve de dialogues avec les cascadeurs.

Aucun de ces éléments, il convient de le souligner, n’est suffisant, individuellement ou globalement, pour élever le film au statut de « intéressant mauvais ». Ce sont plutôt de simples indicateurs de manques à gagner quotidiens, de raccourcis et de compromis qui font que le film échoue.

En faisant un zoom arrière sur la production elle-même, c’est un peu difficile à comprendre La princesse‘ histoire en tant que vente de script de spécification, d’autant plus que sa caractéristique la plus distinctive est l’absence totale de caractéristiques distinctives. L’histoire d’une princesse appelée ou poussée à l’action pour défendre sa sœur cadette pourrait être intéressante, et même comporter un pouvoir de frappe émotionnel encore accru dans un monde post-Roe. Mais le traitement de cet aspect par le scénario est superficiel ; son sujet est une jeune femme têtue, capable et indépendante qui a simplement un frère ou une sœur plus jeune. Il n’y a aucune nuance ni profondeur dans la relation entre Violet et sa sœur.

Pendant ce temps, si Moira semble initialement s’inscrire dans la tradition des commandants en second sorciers et chuchoteurs du roi qui aspirent secrètement ou accumulent du pouvoir pour eux-mêmes, le film abandonne même ce trope, faisant plutôt du personnage un simple exécuteur physique avec un arme de choix légèrement plus remarquable (un fouet barbelé). Même un moment de message politique autoritaire au cours des 10 premières minutes (« Vous avez accueilli des étrangers, vous auriez dû les conquérir ! », gronde Julius au roi, alors que la caméra coupe un petit groupe de réfugiés pitoyables de couleurs différentes). tombe, donc l’allergie est La princesse à tout type de spécificité.

Cela laisse aux téléspectateurs… juste beaucoup d’action. Comme, beaucoup d’action – tout cela est très familier et la plupart sont mis en scène avec peu d’imagination. Trop s’attarder sur sa nature largement démotivée pourrait risquer de passer pour un haineux du genre. Mais il convient de souligner qu’il n’y a pas vraiment de mQuelle histoire ici, à part aller « chercher » la princesse – qui, encore une fois, a déjà été arrêtée. Le mariage doit-il réellement avoir lieu dans un certain laps de temps ou être assisté par des parties spécifiques ? Qui précisément est apaisé par un mariage forcé ? Un spectateur ne sait jamais vraiment.

Naturellement, la princesse déteste Julius. Mais son opposition n’est pas ancrée dans des arguments sur l’amour ou l’attirance, mais sur la capacité des femmes à servir d’héritière royale. Pourtant, à quoi ressemble une « victoire » pour la princesse, et quel est le plan pour y parvenir, à part simplement tuer des centaines de personnes cherchant à aider à réaliser le souhait de mariage de Julius ?

Pour être clair, si ce n’est que ce dernier cas, c’est bien aussi. Mais La princesse n’exprime jamais vraiment cette survie au siège du pantalon. C’est une série de scènes à la recherche d’une histoire. Et en l’absence d’un cadre plus restrictif et plus rigoureusement défini, qui aurait pu hypothétiquement emprunter une partie de l’attrait de quelque chose comme La descente (ou du moins donné au film une sensation structurellement robuste et de jeu vidéo), La princesse en gros, il sert simplement une chaîne de montage sans fin de crétins qui ne font pas leur travail. À un moment donné, la princesse est capturée, mais s’échappe ensuite, de sorte que le chaos vaguement défini recommence.

King, qui a été reconnu pour la première fois en tant qu’enfant acteur dans les années 2010 Ramona et Beezuspuis s’est révélée une jeune interprète compétente en 2019 L’acte, peine ici à livrer un personnage pleinement dimensionnel. Elle ne m’a pas rendu grand service avec le matériel, c’est vrai. Mais elle ne communique pas une détermination inébranlable et sophistiquée, ni ne se présente de manière crédible en tant qu’héroïne d’action. Le film s’appuie plutôt sur le montage et sur des tours de passe-passe manipulés images par seconde (jamais tout à fait au ralenti, jamais tout à fait hyperkinétiques) pour vendre ses confrontations physiques.

Dans l’ensemble, La princesse est oubliable – juste un autre numéro dans une bibliothèque d’actifs de divertissement, le genre de chose que les dirigeants appellent contenu ou programmation lors des appels avec les actionnaires. Il n’y a aucune gloire pour quiconque est impliqué ici, ni aucune évasion agréable et de diversion pour le spectateur.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/princess-review-joey-king-dominic-cooper-olga-kurylenko-1849125574?rand=21406

Une critique de The Sea Beast de Chris Williams
Une critique de The Forgiven, de John Michael McDonagh
Tags: critiqué, Joey, King, princesse, Une
Our Sponsors
161 queries in 1.037/1.037 sec, 14.55MB
Яндекс.Метрика