Revues

Une critique des filles perdues d’Olivia De Paolis

La plupart des personnes travaillant dans les domaines de l’écriture et de la création pensent généralement que le domaine public est une bonne chose. Cela évite les profits éternels, permet des réinterprétations brillantes occasionnelles et assure une plus grande distribution des œuvres littéraires au public. Les filles perduescependant, plaide involontairement en faveur d’une exception notable : après avoir regardé, vous souhaiterez peut-être que Peter Pan pourrait être à nouveau protégé par le droit d’auteur pour être tenu hors de la portée de toute personne encline à en faire un tel gâchis.

“Top Gun: Maverick” a-t-il en ligne de mire les Oscars ?

Basé sur un roman de Laurie Fox, avec du matériel qui fonctionnait probablement mieux sur la page, Les filles perdues suit Wendy Darling, petite-fille de la première Wendy qui est allée à Neverland avec Peter Pan il y a toutes ces années. S’appuyant sur l’épilogue que l’auteur JM Barrie a ajouté à l’histoire quatre ans après ses débuts en tant que pièce de théâtre, il suit l’idée que Peter, se désintéressant d’une Wendy vieillissante, emmènerait sa fille Jane à Neverland, et plus tard. son fille, Margaret (renommée Wendy à nouveau pour Les filles perdues). Barrie a dépeint Pan comme un garçon qui avait besoin d’une copine plus âgée pour jouer le rôle de mère porteuse, plutôt que de n’importe quelle sorte de plante grimpante romantique, mais il n’est pas difficile d’en faire une métaphore de toilettage, surtout si l’acteur jouant Pan (Louis Partridge, 18 ans, dans ce cas) est clairement post-adolescent.

Nous rencontrons pour la première fois Wendy, une jeune fille scolarisée à la maison (Amelia Minto), dont la mère a disparu pour des raisons dont personne ne parle. Sa Nana, la Wendy originale (Vanessa Redgrave, soulevant massivement le tissu), la prépare pour le jour où elle aura 12 ou 13 ans et trouvera un garçon étrange en train de pleurer sur son sol. Effectivement, elle devient une nouvelle actrice (Emily Carey) et cela arrive lorsqu’un Peter très décontracté apparaît dans un T-shirt vert et un jean. Démontrant que sa langue vernaculaire n’est pas tout à fait à jour, il la traite de « fille queer » et l’invite à « faire comme une feuille et souffler ».

Ce qui suit est un voyage extrêmement low-tech à Neverland, commençant par des effets de vol qui Superman IV aurait honte, suivi de scènes dans… un champ. Et une grotte. Et une zone sous-marine non précisée. Wendy veut embrasser Peter, mais ça ne lui plaît pas. Contrairement à Pan, Hook (Iain Glen) l’est, et il est décrit comme un véritable toiletteur qui a hâte que Wendy grandisse.

Le temps passe et Wendy devient une adulte qui a désormais un accent italien sans raison, sauf qu’elle est interprétée par la scénariste-réalisatrice Livia De Paolis. C’est une écrivaine, qui épouse un musicien nommé Adam (Parker Sawyers) et a un enfant nommé Berry (Ava Fillery, puis Ella-Rae Smith). Alors que Vanessa Redgrave reste apparemment âgée de 80 ans pendant environ 30 ans, Wendy, l’adulte, n’arrive toujours pas à se remettre de ses souvenirs de Neverland, surtout lorsqu’elle recommence à avoir des visions de Hook.

Si seulement le sens de tout cela était plus clair. Peter est-il un signe de maladie mentale ? Est-il un méchant qui poursuit la nouvelle fille à chaque génération, même s’il perd tout intérêt dès qu’elles deviennent adolescentes ? Peter a-t-il influencé les goûts de Wendy envers les hommes ? Et quoi exactement a fait arrivé à sa mère (Joely Richardson) ? Si le film a des réponses, elles sont plus difficiles à trouver que le chemin vers Neverland. Et sans un gros budget pour imaginer des effets fantastiques, c’est le genre de chose qui pourrait mieux jouer sur scène, d’autant plus que De Paolis y a plus de pedigree.

“Dark Peter Pan” n’est pas vraiment une prise révolutionnaire. Même Crochet y suis allé dans une certaine mesure. À l’extrémité du spectre, le titre presque identique d’Alan Moore Filles perdues l’a utilisé comme base pour l’érotisme. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, aucun n’a réussi à être aussi convaincant que le conte original, qui regorge de sous-textes que les lecteurs individuels peuvent considérer par eux-mêmes. La meilleure adaptation cinématographique reste la version 2003 de PJ Hogan, qui met en scène de manière radicale de vrais enfants et s’en tient essentiellement au texte.

Les réflexions de DePaolis sur ledit texte sont cependant si floues qu’elles sont impénétrables. En tant que tels, ils ne valent guère le temps de quelqu’un d’autre alors qu’il existe de nombreuses autres versions de la même histoire.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/lost-girls-review-olivia-de-paolis-vanessa-redgrave-iai-1849023410?rand=21406

Une revue de Jurassic World Dominion
Une critique de L’Éclair de Pixar
Tags: critiqué, des, dOlivia, filles, Paolis, perdues, Une
Our Sponsors
164 queries in 1.410/1.410 sec, 14.56MB
Яндекс.Метрика