Revues

Venise 2019 : le film dément « Joker » de Todd Phillips ne retient pas

Venise 2019 : le film dément « Joker » de Todd Phillips ne retient pas

par Alex Billington
31 août 2019

Revue du film Joker

Il y aura avant Joker. Et il y aura après Joker. Après, plus rien ne sera pareil, nous vivrons dans un tout nouveau monde. Ce n’est même pas une hyperbole, c’est juste la vérité. Je ne sais pas si le monde est prêt pour ce film. Ou peut-être que c’est le cas ? Nous le saurons bien assez tôt. Il n’y a plus aucun moyen de l’arrêter maintenant. Je n’arrive pas à croire que ça existe. Mais c’est le cas, et ça arrive. Et peu importe si nous sommes prêts ou non, cela aura un impact. Directeur Todd Phillips‘ nouvelle version de l’origine du méchant de DC Comics connu sous le nom de « Le Joker« Je viens d’être présenté en avant-première au Festival du Film de Venise et oh mon Dieu, c’est fou. C’est GNARLY. C’est audacieux. Ça ne se retient pas. C’est subversif, provocateur, sombre, dément, tordu et terrifiant. Joker finira probablement par être l’un des films les plus controversés de la décennie, certains le détestant avec passion, d’autres le présentant comme un chef-d’œuvre audacieux.

Il faut dire sans aucun doute que cela Joker Le film renversera le genre du « film de bande dessinée ». C’est l’histoire d’origine du méchant la plus impressionnante et la plus brutale que nous ayons jamais vue. Aucun film de bande dessinée, même ceux présentant des méchants (par exemple Venom), n’a jamais été aussi sombre et brutal que celui-ci. Il s’agit d’une histoire d’origine, mais c’est une histoire d’origine artistique, psychologique et à combustion lente sur la façon dont un homme solitaire, oublié et mentalement malade est traité comme un déchet par la société et devient le génie maléfique connu sous le nom de Joker. Nous avons vu beaucoup de méchants dans les films de bandes dessinées, mais pour aller aussi loin, il faut y aller. ce profond, ce sombre, et faire un film classé R qui ne se retient pas, est sans précédent. Et ce n’est pas un film parfait, mais là encore, qu’est-ce que c’est ? Il y a indéniablement une part de talent artistique dans ce film – la performance principale, la cinématographie, la construction du monde, la brutalité psychologique. Nous pouvons débattre pour savoir si tout est bon ou mauvais, mais nous ne pouvons pas vraiment discuter du talent artistique ici.

Avec un scénario de Todd Phillips et Scott Silver, cette réintroduction audacieuse du méchant emblématique de Batman parle d’un homme mentalement instable qui se lance dans la violence. Situé au début des années 1980 dans un Gotham City sale, sale et rempli de détritus (qui est très clairement New York – à la fois comme lieu de tournage et comme référence), nous suivons Arthur Fleck, un homme ignoré par la société, avec une condition qui le fait rire de manière incontrôlable. Joaquín Phoenix assume ce rôle avec tout son enthousiasme habituel. Phoenix est une légende absolue. Sans doute l’un des plus grands. Mais cela, nous le savons déjà. Et le film ne le prouve pas, ce n’est pas nécessaire, il permet simplement à Phoenix de montrer son excellence, prenant le rôle du Joker de remarquable (avec Heath Ledger dans Le Chevalier Noir) à des niveaux phénoménaux. Il est dérangé, foutu, et Phoenix réussit cette folie, devenant finalement le Joker à la fin. C’est un début lent, mais à la fin, il l’accepte pleinement et les fans vont le manger.

Je ne sais pas ce que tout le monde va penser de ce film. Les premières réactions sont partout. D’une part, il est trop dangereux pour la société moderne de s’intéresser à cela. D’un autre côté, c’est le reflet de son époque, et cela fait partie du génie qui se cache derrière. Cela peut vous énerver, cela peut vous effrayer, mais c’est brillamment conçu de cette façon. Un peu comme celui de Julius Onah Luce de Sundance plus tôt cette année, c’est provocateur et vous fera poser des questions. Vous vous demanderez si une partie de ce qu’il dit est tout est vrai, alors que le reste de ce qu’il fait est faux. Cela vous amènera à vous demander s’il existe une solution à nos problèmes avec la société, ou si cela en sera le produit quoi qu’il arrive. J’aime quand le cinéma stimule et pique la société de la bonne manière. Ce n’est qu’un film, mais c’est un film qui déclenche des discussions/conversations/argumentations/critiques/condamnations.

En plus de Phoenix, le film lui-même présente une grande excellence technique qui le distingue comme une œuvre d’art cinématographique. C’est vibrant et saturé, mais il a toujours l’air graveleux et sombre. La partition par Hildur Guðnadóttir est un compliment sombre, décroissant et maussade à la dépression psychologique que nous voyons à l’écran. L’effondrement de la société. Il y a une délicieuse bande-son de chansons sélectionnées par Todd Phillips, qui ajoute également encore plus de profondeur au divertissement. Et oui, c’est du divertissement, c’est un film, aussi sombre et dément soit-il. Parfois, cela devient un film d’horreur, vraiment effrayant et choquant. Il ne retient pas, il nous montre clairement ce qui se passe et nous met là pour voir tout cela se produire. Nous devons nous-mêmes affronter cette horreur, en tenir compte et réfléchir à notre propre place dans la société. Dans une société qui permet que cela se produise. Joker est également créé par nous tous, tout autant qu’il est créé par lui-même – et cette prise de conscience est une vive gifle.

C’est pourquoi je ne sais pas si le monde est prêt pour ce film. Même si nous ne sommes pas prêts, cela arrive quand même et on en parlera pendant des années. Les films de bandes dessinées ne seront plus jamais les mêmes, car cela montre à quel point une histoire d’origine de méchant peut être puissante. vraiment être. À quel point ils peuvent aller dans l’obscurité tout en captant l’attention du monde du cinéma. Ce film risque de provoquer des réactions extrêmement négatives, et des réactions extrêmement positives, et il va sans aucun doute faire bouger les choses. C’est volatile, mais aussi provocateur soit-il, cela confirme qu’il s’agit d’une œuvre emblématique du cinéma. Même s’il n’est pas parfaitement poli, même s’il présente des défauts. Je doute fortement que ce film soit oublié. Cela pourrait finir comme le prochain Club de combat, des affiches placardées sur les murs de millions de dortoirs universitaires. Ce n’est peut-être pas le cas. Une chose est sûre : on ne peut pas le considérer comme une « poubelle ». C’est un film incroyablement audacieux et horrifiant.

Note d’Alex’s Venise 2019 : 9 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Revoir, Venise 19

1

Jon Odishaw le 31 août 2019

2

Bijan Adhikari le 31 août 2019

3

l’espritbo le 31 août 2019

4

charles bronson le 4 septembre 2019

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/venice-2019-todd-phillips-demented-joker-movie-doesnt-hold-back/?rand=21919

Venise 2019 : « Le candidat parfait » de Haïfaa Al-Mansour est inspirant
Venise 2019 : l’ingénieuse satire financière de Soderbergh « La laverie automatique »
Tags: dément, Joker, pas, Phillips, retient, Venise, Тодд, фильм
Our Sponsors
161 queries in 2,051/2,051 sec, 21.16MB
Яндекс.Метрика