Revues

Adrien Brody sort les poubelles

Clean (Adrien Brody) est un éboueur du nord de l’État de New York – un bon ouvrier qui répare de vieilles choses, mais aussi un emblème ambulant de traumatismes et d’un passé violent, maudit par un nom qui pourrait tout aussi bien être Symbolic Placeholder. Il garde un œil sur les gens qui l’entourent, sur où et comment ils vivent. C’est une personne sympathique dans la vie de Dianda (Chandler DuPont), une jeune femme élevée par sa grand-mère qui représente toutes les femmes et toute la génération Z, tout en incarnant toute la tristesse reçue qui Faire le ménage (à la fois le film et le personnage) nous en parleront à un moment donné.

L’avocat de Kevin Costner tient à vous informer que la star n’est pas un imbécile

Clean et Dianda ont un respect mutuel construit sur des silences mérités, et ces scènes ont exponentiellement plus d’impact que celles avec le seigneur du crime poissonnier Michael (Glenn Fleshler) et sa caricature de fils, qui sont toutes très, très bruyantes et pas du tout subtiles. . Ce film aime les grands gestes d’opéra. Au moins visuellement, cela les fait tous atterrir.

Brody, qui a co-écrit le scénario avec le réalisateur Paul Solet, livre une belle performance corporelle, porteuse d’une sensation palpable du poids de la vie. Au mieux, le film se réduit au genre de physicalité orientée processus que les frères Dardenne font si bien, laissant le corps de Brody raconter l’histoire à travers des lignes, des cicatrices et des tendons plutôt que des mots. Faire le ménage est visuellement suffisamment puissant et distinctif, avec une poésie inquiète dans ses images et ses environnements stylisés, que Solet aurait pu l’améliorer en réduisant simplement le bavardage de quelques grandeurs. Le scénario propose une voix off un peu trop fleurie et des dialogues clichés, qui ne font que gêner.

Le public connaît ce genre de film et son fonctionnement, alors pourquoi perd-on autant de temps sur des informations facilement observables ? L’exposition est obligatoire – un excellent exemple de la façon dont le genre peut être à la fois un fondement et une prison. A l’heure, Faire le ménage a l’étrange structure de la liturgie. Clean est destiné à poursuivre une vengeance grotesque pour expier son passé. Il s’agit simplement de savoir ce qui le mènera à s’engager dans cette voie téléologique. Il n’y a pas de film à moins que quelque chose d’odieux et souvent de violence sexuelle n’arrive pour que le chiffre masculin reprenne sa clé à pipe industrielle.

Solet et son directeur de la photographie, Zoran Popović, ont un sens profond de l’atmosphère et de l’espace visuel de Faire le ménage et son ambiance centrale s’accorde très bien. Les saignées sont imaginatives et brutales ; ce film jouerait comme des gangbusters dans un ciné-parc, sa violence exploserait en grand. Brody a également composé la partition intrigante à partir d’une boîte à outils de sons électro et des premiers sons hip-hop, en les déconstruisant en sons minimalistes.

Il y avait, dans les bandes dessinées des années 80, une onomatopée utilisée pour briser du verre, des coups de couteau et toutes sortes de comptes concussifs. C’était écrit comme quelque chose comme krrrreccch. Dans Faire le ménage, Clean construit un arsenal individuel pour bouleverser à lui seul l’équilibre de la criminalité locale (et de la pêche), et l’arme monstrueuse et impressionnante qu’il fabrique fait ce bruit lorsqu’elle tire. C’est aussi dégoûtant et génial à l’écran que sur la page. À ce moment-là et dans quelques autres moments similaires, ce film imparfait et loin d’être révolutionnaire atteint une certaine splendeur selon ses propres conditions.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/clean-movie-review-adrien-brody-takes-out-trash-1848423141?rand=21406

Un portrait saisissant de la jeunesse italienne à l’époque du COVID
Tim Roth fantôme sa famille
Tags: Adrien, Brody, Les, poubelles, sort
159 queries in 1.150/1.150 sec, 16.2MB
Яндекс.Метрика