Revues

Berlinale 2019 : « System Crasher » est une aventure en une seule note dans la folie

Berlinale 2019 : « System Crasher » est une aventure en une seule note dans la folie

par Alex Billington
9 février 2019

Examen du crash système

Il y a aussi une quantité limitée de cris auxquels on peut faire face avant de devenir fou. Et ce film est sur le point de franchir cette ligne. Crash du systèmeaussi connu sous le nom Prenger des systèmes, est un drame allemand très intense sur une jeune fille avec de sérieux problèmes de colère qui explose souvent et devient vraiment très folle. Il s’agit d’un long métrage significatif et bien réalisé qui tente d’examiner les défis liés au travail avec un enfant connu sous le nom de « crasheur de système », mais malheureusement, c’est une histoire d’une seule note qui ne tourne jamais la page. Il n’y a pas d’arc de personnage, ni de développement de l’histoire, ni quoi que ce soit au-delà des bases, au-delà de l’introduction initiale, puis de deux heures de cris, de hurlements et de crises de colère. Il existe de nombreuses tentatives pour progresser, mais rien ne fonctionne. Et au bout d’un moment, cela devient un peu fatigant et frustrant – c’est là l’intérêt du film, je suppose.

Écrit et réalisé par le cinéaste argentin-allemand Nora Fingscheidt, Crash du système nous présente une jeune fille nommée Benni, jouée par Hélène Zengel. C’est une enfant colérique et sauvage qui veut juste vivre avec sa mère. Mais sa mère ne peut pas la gérer, car elle s’en va trop facilement. Il n’en faut pas beaucoup pour la rendre folle et se mettre en colère, faire des crises et crier après tout le monde autour d’elle. Même les gens qu’elle aime deviennent soudainement des cibles. Le film nous emmène dans un certain nombre de voyages, essayant de lui trouver un endroit sûr dans des centres de placement familial et des unités psychiatriques, ainsi que des visites à sa mère, à des spécialistes des soins et à d’autres personnes qui entrent dans sa vie pour tenter de trouvez comment la calmer. Mais malheureusement, cela ne fonctionne pas beaucoup. Et la majeure partie du film nous montre comment ils essaient si fort de l’aider et pourtant, elle ne s’améliore pas du tout.

Le terme «systemprenger» est un mot allemand utilisé pour décrire les enfants «qui enfreignent toutes les règles; les enfants qui refusent d’accepter tout type de structure et qui passent progressivement entre les mailles du filet des services sociaux et de l’enfance allemands». Le film semble commenter à quel point il est incroyablement difficile de leur apporter un réel soutien, car ces enfants fous ne trouvent leur place nulle part – aucune maison sûre ne les acceptera, la plupart des familles d’accueil les rejettent. Et le système de santé allemand manque de la structure et du soutien nécessaires. Il n’y a pas beaucoup d’espoir pour eux. Il faut tout simplement beaucoup trop de temps pour faire comprendre ce point, au milieu d’une quantité infinie de cris. Même s’il est important de savoir qu’ils ne peuvent pas s’améliorer, il est un peu frustrant de passer deux heures à les regarder essayer encore et encore. Il faut un peu plus d’espoir, un pas ou deux vers le progrès. Pas d’échec sans fin.

Malgré cette intensité, le film a quelques touches intelligentes et créatives, mais il est tellement répétitif et tellement fou et c’est tout. Il est facile d’apprécier les performances, notamment d’Helena Zengel dans le rôle de Benni, et Albrecht Schuch en tant qu’accompagnatrice scolaire qui lui est assignée et qui fait de son mieux pour l’aider de manière plus personnelle. Les touches créatives proviennent de simples bizarreries cinématographiques qui font que l’histoire semble plus qu’une simple histoire de base présentée à l’écran – et j’aime la différence que ces fioritures font. Mais il ne surmonte toujours pas sa répétitivité et sa folie. À un moment donné, il faut tourner la page. La solution malheureuse à tout est simplement de la renvoyer, et malgré cela, cela reflète probablement la solution dans la réalité, en tant que film, ils auraient pu essayer de donner aux téléspectateurs quelque chose de plus à croire que cela. C’est juste aussi beaucoup de folie.

Note de la Berlinale 2019 d’Alex : 6,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Berlinale, Revoir

Aucun commentaire posté pour l’instant.

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/berlinale-2019-system-crasher-is-a-one-note-adventure-into-crazy/?rand=21919

Sundance 2019 : « The Farewell » de Lulu Wang est véritablement merveilleux
Sundance 2019 : John Lithgow et Blythe Danner dans « The Tomorrow Man »
Tags: aventure, Crasher, dans, folie, note, System, Une, Берлинале, Есть, Сеуле
Our Sponsors
161 queries in 1,701/1,701 sec, 21.14MB
Яндекс.Метрика