Revues

Berlinale 2020 : Le film « First Cow » de Kelly Reichardt fait le bonheur des boulangers

Berlinale 2020 : Le film « First Cow » de Kelly Reichardt fait le bonheur des boulangers

par Alex Billington
23 février 2020

Examen de la première vache

J’aimerais vraiment, beaucoup, un biscuit gras avec du miel et une touche de cannelle après avoir terminé ce film. S’il te plaît. Première vache est le dernier long métrage réalisé par le cinéaste américain Kelly Reichardt (de Vieille joie, La coupure de Meek, Mouvements de nuit). Après avoir été présenté pour la première fois aux festivals de Telluride et de New York l’automne dernier, le film a fait une apparition au Festival du film de Berlin présenté cette année en première européenne dans la section compétition principale. Se déroulant au début du XIXe siècle dans le nord-ouest rural (principalement dans l’Oregon), le film raconte l’histoire d’une amitié et d’une entreprise locale prospère lancée par deux marginaux solitaires. Ce n’est pas seulement un film sur une vache, ce n’est pas seulement un film sur des amis, et ce n’est pas seulement un film sur la frontière du Nord-Ouest. Il y a tellement de profondeur, de cœur et d’humilité, un film tout à fait merveilleux. Je crois que j’ai adoré, pour être tout à fait honnête, ce qui me surprend même.

Comme son titre l’indique, le film de Kelly Reichardt Première vache Il s’agit de la première vache laitière à arriver sur ce territoire sauvage. Cela se déroule pendant la ruée vers l’or, à une époque où des trappeurs de fourrures et des prospecteurs par milliers s’aventuraient dans la nature dans l’espoir de devenir riche. Mais peu l’ont fait. Ils ont donc dû trouver un autre travail ou s’établir par d’autres moyens. Après avoir travaillé comme cuisinier pour un couple d’hommes galeux, « Cookie » Figowitz, joué par John Magaro, se retrouve dans un avant-poste de la région. En chemin, il rencontre un Chinois qui se fait appeler King Lu, joué par Orion Lee, et les deux deviennent amis alors qu’ils tentent de survivre et de trouver un moyen de travailler avec succès. Lorsqu’ils découvrent la vache, ils commencent à voler tranquillement son lait au milieu de la nuit, qu’ils utilisent pour en faire des biscuits et les vendre comme une délicieuse « recette secrète ».

Je ne suis généralement pas un grand fan des films de Kelly Reichardt, je l’avoue. Je les trouve souvent ennuyeux et fades, et trop lents pour ma sensibilité. Mais honnêtement, Première vache c’est plutôt incroyable ?! Le rythme est parfait cette fois-ci – même si cela dure deux heures, la façon dont l’histoire se construit et leur amitié se connecte nécessite une lenteur délibérée. Et ce rythme mesuré et nuancé n’est ni distrayant ni ennuyeux, car nous voyons les deux hommes devenir amis, explorer leur amitié, devenir boulangers, puis devenir des célébrités locales, puis avoir des ennuis lorsqu’ils deviennent « trop gros pour vous ». culottes », pour ainsi dire. Comme l’a déclaré un autre critique par la suite, la beauté réside dans les détails. C’est dans les moments et toutes les petites attentions et entre les mots prononcés. C’est là que ce film brille vraiment. Tout est question de nuances et pas nécessairement de ce qui se passe dans chaque scène.

Tout cela est exactement ce qui me fait amour il. Ce n’est pas seulement un film sur une vache ou sur la pâtisserie ; cela touche à l’amitié, au consumérisme, à l’ignorance, au capitalisme, à l’avidité et à l’ingéniosité. Et rien de tout cela n’est montré d’emblée, c’est travaillé dans les détails, intégré au scénario dans le cadre de la vision du réalisateur. Première vache fait aussi vraiment monter la température quand il s’agit d’un film sur la préparation de délicieux biscuits et comment cela change tout (pour les personnages et pour la région). C’est à ce moment-là que c’est passé de sacrément bon à absolument incroyable. Et ça colle parfaitement à l’atterrissage. Magaro et Lee sont des partenaires parfaits et leur véritable amitié est au cœur du film. C’est un plaisir d’entrer dans un film auquel on ne s’attend pas et d’en sortir épris. La narration à son meilleur. Et une expérience réconfortante à partager avec les autres.

Note de la Berlinale 2020 d’Alex : 8,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing / Ou Boîte aux lettres – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Berlinale, Revoir

1

DAVIDPD le 24 février 2020

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2020/berlinale-2020-kelly-reichardts-latest-first-cow-is-bakers-delight/?rand=21919

Berlinale 2020 : « Minamata » rappelle le pouvoir du photojournalisme
Berlinale 2020 : Riz Ahmed rappe et réfléchit sur la vie dans « Mogul Mowgli »
Tags: bonheur, boulangers, Cow, des, fait, Kelly, Reichardt, Берлинале, фильм
Our Sponsors
160 queries in 2,049/2,049 sec, 21.23MB
Яндекс.Метрика