Revues

Compartiment n°6 : un charmant public finlandais

Pour le public américain, le cinéma finlandais a longtemps été plus ou moins synonyme de comédie morose et pince-sans-rire, comme le propose Aki Kaurismäki (et dans une moindre mesure par son frère, Mika Kaurismäki). Mais cela pourrait enfin être sur le point de changer, puisque le deuxième long métrage de Juho Kuosmanen, Compartiment n°6, ne pourrait pas être beaucoup plus un pur plaisir pour le public.

“Top Gun: Maverick” a-t-il en ligne de mire les Oscars ?

C’est une description rare non seulement pour les films sous-titrés sur ces côtes mais aussi pour les grands lauréats de Cannes ; Numéro 6 a partagé le Grand Prix du festival (essentiellement le deuxième prix, malgré son nom) l’année dernière avec le film bien plus déchirant d’Asghar Farhadi Un héro, ce qui suggère que le jury n’a pas pu choisir entre le sucré et l’aigre. Mais en fin de compte, cette charmante quasi-rom-com adhère à la formule la plus fiable jamais imaginée : jeter deux personnages qui se détestent dans un espace confiné et regarder leur rancune se transformer peu à peu en ardeur.

En fait, l’aversion initiale va principalement dans une seule direction. Prenant des vacances planifiées en solo après que sa petite amie russe ait été forcée d’annuler pour des raisons professionnelles, Laura (Seidi Haarla), étudiante en archéologie finlandaise, voyage en train de Moscou à Mourmansk – une distance d’environ 1 600 miles, sur plusieurs jours – afin de voir le les célèbres pétroglyphes de ce dernier. C’est quoi un pétroglyphe ? C’est exactement ce que Ljoha (Yuriy Borisov), le camarade russe extrêmement bavard de Laura, aimerait savoir. Pleine d’énergie pugnace, crâne rasé et tempérament changeant, Ljoha bombarde Laura de tant de commentaires stupides et de questions grossières lors de leur première « conversation » qu’elle fuit le train lorsqu’il s’arrête à Saint-Pétersbourg, appelant sa petite amie (d’un salaire). téléphone ; le film semble se dérouler il y a environ 25 ans) dans l’espoir d’être rappelé à Moscou. Lorsque cela n’arrive pas, elle retourne tristement dans son compartiment et fait de son mieux pour ignorer le connard à quelques mètres de là.

Cette proximité représente un défi visuel pour Kuosmanen, qui semble l’apprécier ; son premier long métrage, Le jour le plus heureux de la vie d’Olli Mäki, a été tourné en monochrome 16 mm, imitant le look des films à petit budget de la période dans laquelle il s’est déroulé (le début des années 60). Ici, il choisit délibérément le format d’image le plus large pour une histoire se déroulant dans un espace très exigu, soulignant ainsi le manque de distance entre ses deux personnages principaux. Même lorsque Laura s’échappe un moment dans le couloir, elle reste coincée dans un cadre qui lui-même semble enfermé des deux côtés, comme mal configuré. Cette approche aurait cependant pu devenir oppressante en l’espace de près de deux heures, et Compartiment n°6 ne cherche vraiment pas à déconcerter. Ainsi, le lien entre Laura et Ljoha prend racine lors d’une excursion d’une nuit pour rendre visite à une femme âgée (vraisemblablement la grand-mère de Ljoha, bien qu’il refuse de le préciser), et l’acte final du film quitte complètement le train, alors que Ljoha tente d’amener Laura à ses pétroglyphes (ils’ (il s’agit d’anciennes gravures rupestres), même si tout le monde insiste sur le fait que la zone n’est pas accessible en plein hiver.

En fin de compte, ce genre d’histoire d’attraction des contraires repose sur la chimie improbable de son huile et de son eau. Haarla, qui ressemble un peu à la Finlandaise Mary Lynn Rajskub, confère à Laura une qualité furtivement enjouée qui équilibre joliment sa solitude et sa frustration ; L’un des moments les plus drôles du film voit Laura apprendre ostensiblement à Ljoha comment dire « Je t’aime » en finnois – une farce secrète qui finit par rapporter joliment. Borisov réussit une tâche plus délicate, rendant Ljoha presque insupportablement odieux (le manque de cheveux aide ; il on dirait Ewan McGregor dans Trainspotting, avec une énergie similaire aux yeux fous) puis exécutant une métamorphose presque imperceptible en carrément adorable, sans jamais trahir la nature essentielle du personnage.

Peu d’autres s’immiscent dans ce duo délicat, bien que Ljoha jette une crise maussade et jalouse lorsque Laura trouve un grand et beau Finlandais dans le train et l’invite dans leur compartiment (où il torture davantage Ljoha en grattant une guitare acoustique), et Laura s’engage. dans un dégel parallèle touchant avec une conductrice, dont l’attitude à son égard passe d’hostile à attentive au cours du voyage. À l’exception de son grand point culminant romantique, qui ne se déroule pas du tout comme prévu (et est d’autant plus efficace pour garder les émotions d’une partie quelque peu opaques), Compartiment n°6 On ne pourrait guère être plus conventionnel ou moins audacieux, et c’est très bien. Tous les films en langue étrangère n’ont pas besoin de réinventer la roue, à condition que la traction soit maintenue. Ce n’est peut-être pas Amour ivre de punch, mais ce n’est pas le cas non plus Doit aimer les chiens.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/compartment-no-6-review-a-charming-finnish-crowdpleas-1848419009?rand=21406

Sundance 2022 : Aubrey Plaza trouve une nouvelle vie dans « Emily la criminelle »
Un portrait saisissant de la jeunesse italienne à l’époque du COVID
Tags: Charmant, Compartiment, finlandais, Public
Our Sponsors
161 queries in 0.989/0.989 sec, 14.55MB
Яндекс.Метрика