Revues

Critique : « Ant-Man et la Guêpe » de Marvel est très amusant dans un petit paquet

Critique : « Ant-Man et la Guêpe » de Marvel est très amusant dans un petit paquet

par Adam Frazier
5 juillet 2018

Ant-Man et la Guêpe

Marvel Comics a présenté pour la première fois le personnage d’Ant-Man en 1962 avec la publication de Contes pour étonner #27. Le héros d’un demi-pouce qui contrôle les insectes est apparu plus tard dans Vengeurs #1 aux côtés de son partenaire criminel, la Guêpe, en tant que membres fondateurs de l’équipe. Ce n’est cependant qu’en 2015 que le duo emblématique a fait ses débuts sur grand écran dans la comédie de braquage du réalisateur Peyton Reed, L’homme fourmi. Eh bien, en quelque sorte. Dans le film, l’Ant-Man original, le Dr Hank Pym (Michael Douglas), ressuscite le héros et sélectionne le voleur bon enfant Scott Lang (Paul Rudd) pour enfiler le costume. La fille de Pym, Hope Van Dyne (Évangéline Lilly) est sur le point de devenir la Guêpe à la fin du film, mais nous ne la voyons jamais en action. Entrer Ant-Man et la Guêpele vingtième volet du Marvel Cinematic Universe (MCU), une nouvelle fois réalisé par Peyton Reed.

Après ses exploits avec les Avengers en Captain America : guerre civilel’ex-détenu Scott Lang se retrouve assigné à résidence — pendant deux ans. Face à la décision de redevenir Ant-Man, Scott est en conflit, car il a du mal à remettre sa vie familiale sur les rails et à être le meilleur père possible pour Cassie (Abby Ryder Fortson) qu’il peut être. Quant à Hank et Hope, l’équipe père-fille est en fuite. Hope a utilisé son temps passé à se cacher pour maîtriser son nouveau rôle de guêpe, en utilisant une combinaison rétractable avec des ailes d’insectoïde et des gantelets de poignet qui déclenchent des explosions d’énergie bioélectrique. Hank Pym, quant à lui, est occupé dans son laboratoire mobile ultramoderne, créant une technologie qui lui permettra de rechercher sa femme perdue depuis longtemps, la guêpe originale Janet Van Dyne (Michelle Pfeiffer), dans le royaume quantique – un monde subatomique au-delà du nôtre.

Sonny Burch (Walton Lunettes), un gangster distingué mais menaçant qui se lance dans la technologie du marché noir dans le but d’acquérir la dernière invention de Hank. L’apparition de Ghost (Hannah John Kamen de Prêt Joueur Un), un ennemi insaisissable dont la composition moléculaire est modifiée à jamais après avoir été exposée à la physique subatomique du royaume quantique. En conséquence, Ghost peut traverser la matière, ce qui en fait une menace instable et intangible. Désespérée de prendre le contrôle de ses capacités, Ghost est à la recherche d’un appareil capable de stabiliser sa forme physique et de soulager sa douleur, ce qui la met en conflit direct avec Ant-Man et la Guêpe.

Ant-Man et la revue de la guêpe

Avec le premier L’homme fourmi film, il y avait beaucoup de choses à mettre en place pour que le public investisse dans l’histoire, comme la mythologie de l’original Ant-Man et Wasp, et comment leurs combinaisons fonctionnent via les « Pym Particles » – des particules subatomiques qui peuvent radicalement rétrécir ou agrandir les objets. Il devait également faire de Scott Lang un ex-détenu adorable et présenter Hope Van Dyne comme la nouvelle Guêpe. Le film devait établir des concepts encore plus extravagants comme le contrôle d’Ant-Man sur les fourmis et le royaume quantique surréaliste et subatomique. Le film devait également se connecter directement au MCU, avec des camées du SHIELD, du quartier général des Avengers et du Falcon d’Anthony Mackie. C’est beaucoup demander à un public, même aussi engagé que celui de Marvel.

Pourtant, malgré le changement d’équipes créatives au début de la production – le réalisateur Edgar Wright et le co-scénariste Joe Cornish ont initialement quitté le projet en 2014 en invoquant des différences créatives – le film fonctionne étonnamment bien, porté par une charmante performance de Rudd et des décors d’action inventifs qui profitez pleinement des compétences uniques du héros. Avec Ant-Man et la Guêpecependant, Reed et son groupe de scénaristes, composé de Paul Rudd et de deux équipes de scénaristes différentes — Chris McKenna & Erik Sommers de Spider-Man : Retrouvailles et Andrew Barrer & Gabriel Ferrari de Hanter – vous n’avez pas besoin de consacrer un temps précieux à l’histoire pour établir le monde. Ils sont capables de se lancer et de se concentrer sur le développement des personnages, en s’appuyant sur le thème dominant de la famille qui faisait si partie intégrante du succès du premier film.

Le titre du film est plus que approprié car il ne s’agit pas d’un effort solo mais d’un duo entre Hope et Scott. Dans le premier film, il était clair que Hope était plus capable que Scott d’être un super-héros, mais son père, à cause de la perte de sa mère, ne voulait pas qu’elle prenne le risque. Nous pouvons maintenant voir Hope embrasser son dur à cuire intérieur en tant que Guêpe, ce qui change complètement la dynamique de l’équipe. Evangeline Lilly est tout simplement fantastique dans ce rôle, livrant sans effort les deux côtés de la formule de la comédie d’action. Elle est capable de dégager du charme, de la confiance, de la vulnérabilité et de l’émotion, ce qui en fait un personnage incroyablement complet et sympathique que j’ai hâte de voir davantage dans les films de 2019. Avengers : guerre à l’infini suivi. De même, Rudd fait un excellent Ant-Man, jouant Scott comme quelqu’un qui vous tient à cœur ; quelqu’un qui quand il fait une erreur ou fait la mauvaise chose, vous sympathisez avec lui, mais vous ne pouvez pas non plus vous empêcher de vouloir le voir ramené dans le rôle du héros. Il existe une véritable alchimie entre les deux qui rend les voir agir comme une équipe unifiée d’autant plus satisfaisant.

Ant-Man et la revue de la guêpe

Le casting secondaire est tout aussi impressionnant. Les scènes avec Douglas et Pfeiffer sont empreintes d’affection et de chaleur, tandis que le retour bienvenu de l’équipe de X-Con Security — Luis (Michael Pena), Dave (Astuce « TI » Harris), Kurt (David Dastmalchian) – fournissent certains des plus grands rires du film. J’ai également beaucoup apprécié le gangster gentlemen du sud de Goggins et l’assassin volatile de John-Kamen. C’est rafraîchissant de prendre du recul par rapport à l’ampleur de quelque chose comme Guerre à l’infini et vivez une histoire de super-héros avec des enjeux plus petits et plus intimes, et j’aime le fait que les méchants de cette histoire soient tout aussi non conventionnels que les héros. D’autres ajouts à l’ensemble comprennent Laurence Fishburne comme Bill Foster, un ancien collègue de Hank et Janet qui fait partie du plan de Hank visant à réunir sa famille, et Parc Randal dans le rôle de Jimmy Woo, l’agent du FBI chargé de surveiller Scott pour s’assurer qu’il reste assigné à résidence. L’interaction entre Park et Rudd est tellement amusante, et j’espère vraiment que ce personnage continuera à apparaître dans les prochaines sorties du MCU.

Ce film a aussi certains de mes préféré pièces de décor d’action dans tout le MCU. Coordinateur de cascade Georges Cottle (Création, Spider-Man : Retrouvailles) sait comment chorégraphier une myriade de scènes de combat complexes et de taille variable, y compris une séquence époustouflante qui rappelle le combat épique en cuisine dans Le Raid 2, dans lequel Wasp élimine à lui seul des dizaines de voyous de Burch sans transpirer. Lilly apporte beaucoup de physique au rôle, il est clair qu’elle est pleinement engagée dans la cause. Il y a aussi une folle poursuite en voiture dans les rues sinueuses de San Francisco, où Luis est dans une Hyundai Veloster de la taille d’un Hot Wheels, poursuivi et abattu par un SUV rempli de méchants. Toutes les scènes d’action sont passionnantes parce qu’elles sont si uniques – vous ne verrez pas ce genre de décors dans d’autres films parce qu’elles sont si spécifiques à ces personnages et à leurs pouvoirs.

Après Panthère noire et Avengers : guerre à l’infini plus tôt cette année, Ant-Man et la Guêpe complète le triplé des studios Marvel pour 2018. Les enjeux sont peut-être réduits, mais la valeur du divertissement est énorme. Après les événements dévastateurs de Guerre à l’infini, la comédie d’action de Reed fonctionne comme un nettoyant de palais indispensable pour le MCU, offrant une action rapide et un divertissement familial, avec des performances charmantes et des effets spéciaux spectaculaires. Et cette scène à mi-générique ? C’est l’un des meilleurs absolus. Les films de 2019 et la liste des offres de Marvel Studios ne peuvent pas arriver assez tôt.

La note d’Adam : 4 sur 5
Suivez Adam sur Twitter – @AdamFrazier

Partager

Trouver plus de messages : merveille, Revoir

3

Payne par nom le 6 juillet 2018

4

LE_RAW_ le 9 juillet 2018

6

LE_RAW_ le 9 juillet 2018

7

Jorrell Mcdaniel le 6 juillet 2018

9

LE_RAW_ le 9 juillet 2018

dix

LE_RAW_ le 9 juillet 2018

11

Brando le 11 juillet 2018

12

Brando le 12 juillet 2018

13

Brando le 12 juillet 2018

14

Brando le 12 juillet 2018

15

Brando le 12 juillet 2018

16

Brando le 12 juillet 2018

17

Brandon Cole le 11 juillet 2018

18

Richard Henrik le 10 septembre 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/review-marvels-ant-man-and-the-wasp-is-big-fun-in-a-small-package/?rand=21919

KVIFF 2018 : skateboard contre communisme dans le superbe documentaire « King Skate »
KVIFF 2018 : « The Fireflies Are Gone » est un nouveau cinéma de passage à l’âge adulte
Tags: amusant, AntMan, critiqué, dans, Guêpe, Marvel, paquet, petit, très, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,663/1,663 sec, 21.26MB
Яндекс.Метрика