Revues

KVIFF 2018 : « The Fireflies Are Gone » est un nouveau cinéma de passage à l’âge adulte

KVIFF 2018 : « The Fireflies Are Gone » est un nouveau cinéma de passage à l’âge adulte

par Alex Billington
6 juillet 2018

Les lucioles sont parties

Chaque année, nous recevons un grand nombre de nouveaux films sur le passage à l’âge adulte, mais seuls quelques-uns d’entre eux se démarquent vraiment. C’est l’un des tout meilleurs films d’initiation de 2018, un joli long métrage dramatique québécois. Les lucioles sont partiesinitialement intitulé La disparition des lucioles en français, est le troisième long métrage réalisé par le cinéaste Sébastien Pilote, et c’est merveilleux. Il ne s’agit pas de réinventer la roue ou quoi que ce soit, mais c’est une vision très fraîche, drôle et réconfortante de la jeunesse d’aujourd’hui qui grandit sans désir de se conformer aux désirs de leurs parents d’une vie parfaite axée sur leur carrière. C’est l’un de ces films indépendants particulièrement remarquables, si agréables et passionnants qu’il m’a donné un élan. Au moment où ça s’est terminé, je souriais jusqu’aux oreilles et soudain heureux du monde et je voulais juste sortir et danser. J’aime vraiment quand les films ont ce genre d’effet.

Dès les premières images de Les lucioles sont parties, je savais que ce film serait quelque chose de spécial. L’histoire suit une jeune femme d’une vingtaine d’années nommée Léo, interprétée de manière exquise par le merveilleusement talentueux Karelle Tremblay. Elle vit dans une petite ville endormie qui n’est plus ce qu’elle était une fois la grande usine fermée. La scène ouverte dans un restaurant avec ses parents donne le ton et définit parfaitement le personnage : elle ne se soucie pas de sa carrière, de ses projets de vie ou de quoi que ce soit dans le futur, elle ne sait même pas ce qu’elle veut faire aujourd’hui. C’est une belle étude du personnage d’une jeune femme qui ne sait pas vraiment ce qu’elle veut, elle sait juste ce qu’elle veut. n’a pas vouloir. Elle ne veut pas de cette vie fade, elle ne veut pas être une adulte, elle veut profiter de sa liberté. Et pourtant, elle a des leçons à apprendre, et nous pouvons la voir apprendre ces leçons dans ce film.

C’est un peu étrange de dire que je m’attache profondément à ce film, car il parle d’un personnage qui ne me ressemble pas du tout – ou devrais-je dire : plus maintenant moi. Cette femme est intelligente, mais elle est insouciante. Elle ne s’intéresse à rien, à ce moment de sa vie, elle ne veut juste pas devenir adulte ou s’engager dans cette voie. Elle traîne avec ses autres jeunes amis dans des cafés branchés, n’a pas de vraie vie et préfère cela. Mais elle apprend ses leçons, de manière évidente et moins évidente, et il y a quelque chose de particulièrement beau dans la façon dont Pilote nous montre ce qu’elle traverse. C’est sensible et sympathique, ce qui, combiné à sa performance, rend le film si agréable à regarder. Il y a des moments rock, mais aussi des moments contemplatifs, où vous pouvez voir qu’elle découvre des choses dans son esprit et grandit, tout est dans ses yeux et les nuances de ses mouvements.

Je pourrais écrire une critique complète de la musique de ce film, c’est incroyable – une de mes musiques préférées de toute cette année. Compositeur Philippe Brault livre sa première musique de long métrage et c’est phénoménal. C’est une partition inattendue, très mélodique et maussade, et pourtant elle est belle. C’est inattendu parce que cela ne semble pas correspondre au film, qui contient des scènes de musique rock et une attitude de baise, mais à chaque fois que cela arrive, je ressentais un frisson. Mes émotions étaient tellement emportées par les mélodies, par les sons charmants, par la façon dont cela s’intègre si délicatement et intimement dans l’histoire que nous voyons à l’écran. C’est une musique emblématique pour Brault, et j’ai hâte qu’il travaille sur plus de films et fasse plus de musique. D’ici là, ce sera un album que je sais que j’écouterai souvent – ​​pour laisser la musique affecter à nouveau mes émotions et me rappeler l’éclat de ce film.

Ce merveilleux film d’apprentissage mérite d’aller loin et d’être vu par le public du monde entier. C’est un film réconfortant et édifiant de la meilleure des manières, un excellent exemple de réalisation cinématographique minimale vraiment impressionnante d’un conteur sérieux et prometteur. Et la façon dont ça se termine est sublime. Il arrive là où il doit arriver, emmène son personnage là où il doit être, puis termine avec le plan parfait. C’est le genre de film que je vais découvrir en festival et je suis tellement contente d’avoir eu la chance de vivre ça. Il est maintenant temps que tout le monde le découvre.

Karlovy Vary 2018 d’Alex Note : 9,8 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Karlovy Vary, Revoir

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/kviff-2018-the-fireflies-are-gone-is-fresh-coming-of-age-cinema/?rand=21919

Critique : « Ant-Man et la Guêpe » de Marvel est très amusant dans un petit paquet
Critique : Le « gratte-ciel » de Thurber est une réalisation imposante en matière d’absurdité
Tags: adulte, Cinema, Fireflies, KVIFF, lâge, nouveau, passage, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1,706/1,706 sec, 21.15MB
Яндекс.Метрика