Revues

Critique de “Dario Argento Panico”: quand il dit “Coupez”, la scène commence

Documenter la vie singulière et la vaste œuvre du célèbre cinéaste italien Dario Argentomaître du genre horreur-mystère connu sous le nom de jaune, nécessiterait bien plus que les 98 minutes allouées à « Dario Argento Panico ». Pourtant, sa réalisatrice, Simone Scafidi, semble déterminée à tenter sa chance, en assemblant un hommage débordant dont la cacophonie des voix – famille, cinéastes et collaborateurs – menace d’obscurcir ses idées les plus alléchantes.

À la fois profil de carrière et exploration psychologique, « Panico » accomplit en douceur le premier mais taquine l’or avec le second. Une longue discussion sur les films les plus célèbres d’Argento — notamment « Suspiria » (1977), « Inferno » (1980) et « Tenebrae » (1982) — est suivie d’un rapide survol de son œuvre ultérieure, moins connue. Tout au long, Scafidi (dont Biopic 2019 de Lucio Fulci prouve qu’il n’est pas étranger aux auteurs tourmentés) présente Argento avant tout comme un artiste visuel, soulignant la surréalité de ses images et la menace obscure de ses paysages urbains anonymes.

“Tout dans les films d’Argento essaie de vous tuer”, estime Guillermo del Toro, l’un des contributeurs les plus précieux et les plus perspicaces du documentaire. Plus essentielle encore est la fille cadette d’Argento, Asia, qui a commencé à jouer pour son père à 16 ans et qui éclaire avec éclat la frontière poreuse et instable entre un père de famille aimant et un artiste émotionnellement instable. Dans des interviews vintage, Argento s’interroge sur cette dualité, la dépression et les pensées suicidaires qui ont influencé son travail aussi profondément que les photographies stylisées de divas du cinéma de sa mère ont influencé sa façon de voir les femmes.

Et ce sont les femmes ici – parmi lesquelles une sœur, une ex-femme et d’anciens partenaires – dont les visages et les souvenirs persistent. A un moment donné, Scafidi presse Cristina Marsillach, l’étoile lumineuse de “Opéra” (1987)pour répondre à la question « Qui est Dario Argento ?

«Je ne sais pas», répond-elle, tandis que la caméra s’attarde sur sa détresse. Ce n’est pas le seul moment de « Panico » qui nous laisse penser qu’il y a tellement plus à dire.

Dario Argento Panico
Non classé. En italien, avec sous-titres. Durée : 1 heure 38 minutes. Regardez sur Shudder.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/02/01/movies/dario-argento-panico-review.html?rand=21388

Revue « Bushman » : Art brut – The New York Times
Disco Boy NYT Critic’s PickNot RatedDrameRéalisé par Giacomo AbbruzzeseCe premier long métrage du réalisateur italien Giacomo Abbruzzese s’attaque à des gens ordinaires qui tentent de se libérer des liens de leur pays d’origine.Par Brandon Yu
Tags: Argento, commencé, Coupez, critiqué, Dario, dit, Panico, Quand, scène
Our Sponsors
164 queries in 1.765/1.765 sec, 14.52MB
Яндекс.Метрика