Revues

Critique de « Godzilla x Kong : The New Empire » : à court de vapeur

Ce qui n’est pas surprenant. Le bilan de cette série provoque un coup du lapin. Le film « Godzilla » de 2014 une sorte de redémarrage de la série originale Toho mettant en vedette le personnage, était un film légitimement excellent, équilibrant spectacle et pathétique humain. Mais ensuite sont arrivés « Kong : Skull Island » et « Godzilla : King of the Monsters », tous deux destinés à construire un univers partagé, qui n’étaient pas seulement mauvais mais vraiment décevants. Ensuite, “Godzilla vs. Kong” n’était pas, techniquement parlant, bon – mais il promettait une confrontation et la livrait, avec une coda de dernière minute de coopération involontaire et visuellement spectaculaire entre un singe massif et un lézard nucléaire. C’était génial à regarder, notamment parce que le point culminant s’est produit : les deux monstres ont enfin eu leur longue rencontre taquinée.

Mais avec ce zénith dans le rétroviseur, « Godzilla x Kong : The New Empire » a très peu de chemin à parcourir, et ça se voit. Les meilleurs tronçons impliquent Kong se déplaçant à travers le paysage, Godzilla piétinant des choses écrasantes et, bien sûr, l’inévitable confrontation finale, qui réserve quelques surprises dans ses manches proverbiales. Kong en particulier ne semble avoir aucun problème à communiquer sans langage humain, et ces longues scènes sont si amusantes à regarder qu’il est décevant de revenir aux humains.

Certes, les humains peuvent jouer un rôle fructueux dans ces films de monstres. Le récent film japonais « Godzilla moins un » produit pour une fraction du budget de « Godzilla x Kong » et récipiendaire de l’Oscar pour les meilleurs effets visuels de cette année, parvient à combiner la créature avec un véritable pathos et à se concentrer sur le coût humain de la guerre, de la culpabilité et des traumatismes. Cela correspond également davantage à l’origine de Godzilla, en tant que métaphore du traumatisme générationnel japonais lié à la bombe atomique. En 2004, écrire pour le New York TimesTerrence Rafferty a succinctement décrit le monstre comme incarnant « le désir d’une société de s’approprier ses tragédies les plus profondes, de les assimiler comme éléments de son identité historique ».

Rien de tout cela n’est ici. En fait, “Godzilla x Kong” est la preuve que le fil conducteur original a été entièrement perdu – dommage, à une époque hantée par des monstres auxquels les films ne peuvent que faire allusion, de la catastrophe climatique, des armes destructrices et des conflits géopolitiques à un autoritarisme brutal et avide de pouvoir. . Il n’y a aucune réflexion ici, pas même d’espace pour contempler ce qui pourrait se trouver au-delà du littéral. Au-delà du casting principal, les humains de ce film n’existent que pour être écrasés comme des fourmis par les chutes de débris et les bâtiments mutilés. Ils sont consommables, mais cela n’a pas d’importance. Le sens de ces films n’est pas du tout métaphorique. C’est en coup de poing.

Attention : il y a beaucoup de tripes dans « Godzilla x Kong », des tripes de mammifères et de reptiles déchirées en deux, des tripes de monstres marins, des tripes en Technicolor, bien plus que ce à quoi je m’attendais. Ils semblent appropriés pour un film de monstres et ne sont pas assez dégoûtants pour mériter une note R. Mais alors que je réfléchissais à mon courage, je me suis demandé une chose : quand quelqu’un aura-t-il le courage – le courage, pourrait-on dire – de faire un film avec Kong, Godzilla, et divers autres titans et monstres, et aucun humain du tout ? ?

Ou peut-être y a-t-il une question plus importante en jeu : quand Hollywood aura-t-il le courage de réaliser un blockbuster amusant comme celui-ci qui ose reconnaître les véritables monstres menaçants ?

Godzilla x Kong : Le Nouvel Empire
Classé PG-13 pour la destruction, quelques grossièretés légères et donc, tant de courage. Durée : 1h55. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/03/28/movies/godzilla-x-kong-the-new-empire-review.html?rand=21388

Revue « Sur le plan catégorique » : un établissement psychiatrique sur la Seine
La Chimera NYT Critic’s PickNot RatedAventure, Comédie, Fantastique, RomanceRéalisé par Alice RohrwacherDans son dernier film de rêve, la réalisatrice italienne Alice Rohrwacher suit un pilleur de tombes, interprété par Josh O’Connor, qui aspire à un amour perdu.Par Manohla Dargis
Tags: Court, critiqué, Empire, Kong, vapeur, Годзилла
Our Sponsors
161 queries in 0.943/0.943 sec, 14.5MB
Яндекс.Метрика