Revues

Critique de “Killers of the Flower Moon”: un chef-d’œuvre troublant

Travaillant toujours rapidement, Scorsese établit l’heure et le lieu avec une efficacité sans faille. Ernest est venu en Oklahoma pour travailler avec son oncle, William Hale (un formidable Robert De Niro), un éleveur aisé et joyeux qui vit avec sa petite famille dans une grande maison sombre entourée de prairies. Connu comme « le roi des collines d’Osage », Hale accueille Ernest dans le giron avec une luxure amusée : il demande si Ernest a rapporté quelque chose de la guerre, alias le clap (non), et s’il aime les femmes (oui). Hale donne également une brève leçon sur les Osages, qui sont devenus extrêmement riches au cours des dernières décennies grâce à leurs découvertes pétrolières. Ils sont, dit Hale, « les personnes les plus belles, les plus riches et les plus belles sur la terre de Dieu ».

Ernest vous attache à l’histoire, à ses débuts et à sa confusion, et vous découvrez ce nouveau monde et ses habitants en grande partie à travers lui. Il s’installe bientôt comme chauffeur à louer à Fairfax, une ville en plein essor qui secoue encore la poussière du 19e siècle. Là, Scorsese donne vie à tout un ordre social – il a un œil d’ethnographe – alors que des roadsters courent devant des chevaux et des buggys sur la piste principale en terre battue, et qu’un vendeur blanc à genoux implore une famille autochtone d’acheter une autre automobile de luxe. C’est au milieu de ce tumulte qu’Ernest rencontre Mollie Kyle (Lily Gladstone, merveilleuse), une femme Osage au regard attentif et à la couverture colorée qu’elle drape sur ses épaules comme un manteau royal. Ils flirtent et se marient bientôt.

La cour d’Ernest et Mollie se développe avec un naturalisme gracieux – les deux acteurs ont un sens immédiat ensemble – et leur relation fonde l’histoire sur le plan émotionnel. Aujourd’hui âgé de 48 ans, DiCaprio a environ deux fois l’âge du véritable Ernest à l’époque, et l’âge a rendu son visage plus souple et plus éloquent. Ernest a l’air d’avoir été battu par la vie (la guerre a probablement fait des ravages aussi), et quand vous le voyez pour la première fois, un grand froncement de sourcils tire son visage vers le bas, lui donnant un air aigre et dyspeptique qui ne se lève vraiment que lorsque son et La romance de Mollie prend son envol. Quelque temps plus tard, on se rend compte que son oncle a exactement le même froncement de sourcils, même si Hale, qui se présente comme un homme accueillant du peuple, fait attention à qui voit son mécontentement.

Le film est basé sur le livre de David Grann de 2017 « Killers of the Flower Moon : The Osage Murders and the Birth of the FBI », un récit non fictionnel sur la façon dont, au début du 20e siècle, les Blancs avides s’en sont pris à la tribu nouvellement riche en pétrole. Le livre est informatif, austère et implacablement sombre ; la dépravation de certains crimes peut être choquante. En l’adaptant, Scorsese et Roth ont plus ou moins abandonné la seconde moitié du sous-titre de Grann : Il y a peu de choses dans le film sur le Federal Bureau of Investigation, ses années de fondation ou son jeune directeur nouvellement nommé, J. Edgar Hoover. (L’histoire peut vous horrifier, mais il est difficile de ne pas rire lorsque DiCaprio rencontre son premier nourri – interprété par le bon et fiable Jesse Plemons – étant donné que DiCaprio a joué Hoover dans “J. Edgar”.)

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/10/19/movies/killers-of-the-flower-moon-review-martin-scorsese.html?rand=21388

Revue « Les délinquants » : de l’argent pour rien
Critique de « Butcher’s Crossing » : pays périlleux
Tags: chefdœuvre, critiqué, Flower, Killers, Moon, troublant
Our Sponsors
164 queries in 1.260/1.260 sec, 14.52MB
Яндекс.Метрика