Revues

Critique de « Werner Herzog : Radical Dreamer » : un guide du travail du cinéaste

Dans la préface de ses « Mémoires » de 1991, Kingsley Amis déclarait : « J’ai déjà écrit un récit de moi-même dans une vingtaine de volumes, la plupart étant appelés des romans. » Amis a quand même publié les mémoires. On pourrait dire du cinéaste protéiforme Werner Herzog qu’il a présenté un récit monumental et vaste de lui-même sous la forme de plus de 60 films. Il a également fait l’objet de deux documentaires fantastiques de Les Blancs, « Werner Herzog mange sa chaussure » et « Le fardeau des rêves ». Et en plus, Herzog lui-même a publié un mémoire cette année.

On peut alors s’interroger sur la valeur d’utilité possible du film de Thomas von Steinaecker « Werner Herzog : Rêveur radical », un documentaire vif réalisé avec la participation de Herzog. Mais cela existe bel et bien, et cela serait peut-être plus évident si l’image avait été intitulée « Le guide du jeune de Werner Herzog ». Il commence par la célébrité médiatique contemporaine inhabituelle de Herzog et examine comment il l’a obtenue – en honorant certaines de ses œuvres les plus étonnantes, notamment les épopées obsessionnelles « Aguirre : La colère de Dieu » et « Fitzcarraldo ».

L’éventail de têtes parlantes faisant l’éloge d’Herzog peut sembler aléatoire au novice : Carl Weathers, Nicole Kidman et Chloé Zhao en font partie. Ils ont tous travaillé avec Herzog, ou en ont été les bénéficiaires d’une manière ou d’une autre. Telle est sa portée culturelle. Le film fournit également une introduction intelligente au « nouveau cinéma allemand » que Herzog a contribué à créer dans les années 1960. Une anecdote sur la façon dont Herzog a parcouru l’Europe pour guérir la critique de cinéma allemande malade Lotte Eisner – le tissu conjonctif entre Herzog et le maestro allemand des années 1920 FW Murnau – est emblématique du mysticisme de l’homme en matière de cuir de chaussures.

Après avoir loué la maîtrise du cinéma de Herzog, son ami et collègue Wim Wenders réfléchit avec humour que l’homme, désormais basé à Los Angeles, présente aux Américains un personnage étrangement attrayant : « Un Allemand sympathique mais quelque peu fanatique ».

Werner Herzog : un rêveur radical
Non classé. En anglais et allemand, sous-titré. Durée : 1 heure 42 minutes. Louez ou achetez sur la plupart des principales plateformes.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/12/05/movies/werner-herzog-radical-dreamer-review.html?rand=21388

Critique de « Renaissance : un film de Beyoncé » : Peak Performance
The ArchiesNon classéComédie, Drame, Comédie musicale, RomanceRéalisé par Zoya Akhtar, Ryan BrophyArchie et ses amis se radicalisent lorsque leur ville natale, désormais idéalement relocalisée en Inde, est menacée par les seigneurs des entreprises.Par Amy Nicholson
Tags: cinéaste, critiqué, Dreamer, guide, Herzog, Radical, travail, Werner
Our Sponsors
160 queries in 2,124/2,124 sec, 21.14MB
Яндекс.Метрика