Revues

Critique : La nouvelle comédie de Jake Johnson, « Self Reliance », est trop sûre

Critique : La nouvelle comédie de Jake Johnson, « Self Reliance », est trop sûre

par Manuel São Bento
10 janvier 2024

Examen de l'autonomie

Encore un film dont je ne connaissais rien avant de le regarder pour continuer les visionnages du Nouvel An. Encore un premier long métrage de réalisateur, cette fois réalisé par l’acteur américain Jake Johnson. Encore un film qui a retenu mon attention grâce à son casting intéressant. Après Baignade nocturne et Jeu de rôle début 2024, l’heure est à Autonomie pour essayer de me surprendre avec une prémisse de haut niveau qui promet un divertissement de toutes les parties du spectre de la comédie et du thriller. L’intrigue du film suit Tommy Walcott, interprété par Johnson lui-même, un homme solitaire piégé dans la monotonie de sa vie quotidienne qui saisit l’opportunité de participer à une émission de téléréalité sur le dark web où il doit survivre 30 jours sans être tué par d’autres – appelé le “chasseurs” – et gagnez un million de dollars. Le piège ? Les participants ne peuvent être attaqués que lorsqu’ils sont complètement seuls. Cette faille est évidemment explorée par le personnage, qui entame une aventure de découverte de soi dans un scénario de vie ou de mort.

Autonomie s’ouvre sur un début prometteur, ouvrant la voie à une compétition passionnante avec un potentiel de tonnes d’humour, mais aussi un examen plus approfondi de la vitalité de la connexion humaine. Cependant, au fur et à mesure que le récit se déroule, il devient évident que le film ne parvient pas à pleinement réaliser la plupart de ces aspects. Du côté de la concurrence, il manque une démarcation claire entre réalité et illusion, ce qui entraîne une ambiguïté quant aux enjeux réels en jeu. S’il est vrai que Johnson introduit délibérément des erreurs d’orientation, amenant les téléspectateurs à se demander si les événements se déroulent ou non dans l’esprit de Walcott, cette technique ne sert pas toujours bien le récit, ce qui entraîne un manque de véritable urgence ou de péril. La rareté des chasseurs et l’absence d’un sentiment palpable de danger contribuent à un vide général dans la tension et le suspense du film.

Une autre lacune du film réside dans la gestion de l’action par Johnson. Le troisième acte, se sentant précipité et chargé d’une conclusion forcée et lourde d’action, ne parvient pas à injecter l’adrénaline nécessaire dans l’intrigue à ce stade. L’inexpérience de Johnson en tant que cinéaste – et encore moins en tant que réalisateur d’action – devient évidente, et ces derniers instants n’ont pas l’impact nécessaire pour briser la répétitivité croissante du scénario principal.

Du côté des personnages, Autonomie fait un meilleur travail. Johnson parvient à livrer une étude de personnage décente, mais sans atteindre un crescendo émotionnel. Le film transmet efficacement un message cohérent sur l’importance des liens humains, mettant l’accent sur la joie découlant des expériences partagées avec les amis et la famille. Bien que cela ne soit pas révolutionnaire, l’exploration de ce thème ajoute de la profondeur au protagoniste et à ses motivations. Malgré ses défauts, Autonomie offre une expérience visuelle plutôt agréable. Le casting, emmené par Johnson et soutenu par le toujours charmant Anna Kendrick, élève le matériel avec leurs performances. Dans ce film particulier, Johnson brille plus en tant qu’écrivain et acteur qu’en tant que réalisateur. Le scénario offre de nombreuses opportunités aux acteurs de montrer leurs prouesses comiques, et le charisme magnétique de Kendrick vole la vedette lors de ses moments à l’écran – s’il vous plaît, lancez-la dans plus de films !

Un rythme soutenu et une durée courte (85 minutes au total) semblent appropriés pour ce type de narration. Malgré des déséquilibres tonals occasionnels, les transitions entre les différentes ambiances sont suffisamment bien gérées pour éviter des décalages discordants. Je ne peux certainement pas le dire Autonomie atteint son potentiel – loin de là – mais je le recommanderais quand même à la plupart des téléspectateurs, qui, je pense, s’amuseront beaucoup avec.

Dernières pensées

Autonomie possède une prémisse intrigante mais joue finalement trop prudemment. Il a fallu plus d’audace et de mordant pour véritablement laisser une marque avec le premier long métrage de Jake Johnson. Bon travail en tant qu’acteur dans le rôle principal (Anna Kendrick vole la vedette, cependant), une vitrine décente de ses atouts en tant qu’écrivain – même s’il n’a pas réussi à capitaliser pleinement sur le réel potentiel du récit. Cependant, le manque de maîtrise des éléments du thriller et certaines incohérences tonales empêchent le film d’atteindre le niveau supérieur. Quelques moments humoristiques et un doux message autour de l’importance des liens humains en font une montre intéressante pour ceux qui recherchent une comédie-thriller légère.

La note de Manuel : C+
Suivez Manuel sur Twitter – @msbreviews / Ou Boîte aux lettres – @msbreviews

Partager

Trouver plus de messages : Revoir

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2024/review-jake-johnsons-new-comedy-self-reliance-plays-it-too-safe/?rand=21919

The Beekeeper Review : trop stupide pour être génial, trop sombre pour être correctement divertissant
Revue « Apolonia, Apolonia » : toute une vie dans l’art
Tags: comédie, critiqué, Jake, Johnson, nouvelle, Reliance, sûre, trop, Есть
Our Sponsors
159 queries in 1.429/1.429 sec, 14.54MB
Яндекс.Метрика