Revues

Jason Sudeikis dans un pastiche confus de Coen

Ce n’est pas tous les jours que vous regardez un film aux prises avec ce qu’il veut faire de lui-même pendant que vous le regardez. Mais c’est essentiellement le cas de Sud du paradis, qui va dans tellement de directions différentes sur le plan tonal, c’est presque comme si les cinéastes avaient décidé de résoudre les problèmes narratifs devant la caméra.

“Ted Lasso” se lance dans le (vidéo) jeu

Au début, il semble que nous regardions un néo-noir à l’ancienne et frit du Sud. Jason Sudeikis joue Jimmy Ray, récemment ex-détenu libéré qui veut juste se marier avec sa chérie de longue date, Annie (Evangeline Lilly, arborant une coupe blonde de lutin), qui a un cancer du poumon et un temps limité sur cette planète. Bien sûr, Jimmy est déterminé à rester dans le droit chemin pour sa fille. Malheureusement, il a une épine dans le pied : Schmidt (Shea Whigham, toutes favoris), un agent de libération conditionnelle très corrompu qui est prêt à piéger Jimmy et à le renvoyer au pénitencier s’il ne fait pas une course dangereuse pour lui.

On pourrait penser que la mainmise du sinistre Schmidt sur notre pauvre héros compterait comme le conflit central, étant donné que le film passe la première moitié de sa durée à l’établir. Mais les choses tournent brusquement à gauche une fois que Jimmy a un accident aux conséquences désastreuses et, par pure panique, passe une nuit entière à se débarrasser des restes sanglants. À partir de là, il se heurte à un nouveau Big Bad : le chef du crime Whit Price (Mike Colter, suave et à la langue acérée). Il s’avère que la victime de l’accident de Jimmy était un coursier transportant 500 000 $. Alors qu’est-il arrivé à l’argent ? Que fera Price pour le récupérer ? Et quel plan d’action Jimmy adoptera-t-il une fois qu’Annie sera impliquée ?

Paradis va jusqu’au bout. Cela donne l’impression que le réalisateur Aharon Keshales et ses co-scénaristes, Kai Mark et Navot Papushado, se sont lassés de leur scénario et ont continué à le modifier pendant la production, sans se soucier du sens. Le film dure essentiellement une heure comme une sorte de Sang simple-fil de pâte à papier avec une dissolution étonnamment lente. (Whigham roule autour de cette chose dans un équipement de cowboy lissé, ressemblant à un M. Emmet Walsh moins corpulent.) Puis il décide de ressembler davantage à Fargo—cet autre noir décalé des frères Coenet déraille comiquement.

Le casting joue le jeu. En tant qu’ancien détenu qui continue de sombrer dans les ennuis, malgré ses efforts sincères pour les éviter, Sudeikis il dégage le même charme et le même accent de bon vieux garçon qui l’ont rendu si aimé sur Ted Lasso. Lilly, en tant que demoiselle en détresse en phase terminale, semble généralement imperturbable : se médicamentant avec des joints de marijuana pré-roulés, son personnage est plus préoccupé par ses projets futurs que par le chaos actuel dans lequel son garçon continue de glisser.

Droit-face et plein de suspense au début, farfelu et nihiliste presque aléatoire par la suite, Sud du paradis il ne sait tout simplement pas ce qu’il veut être. Il ne sait même pas comment fin, en abandonnant deux codas distinctes pour mettre fin à ce gâchis et en encourageant essentiellement le public à décider lequel il préfère. Le résultat semble décalé et incomplet : un thriller policier sanglant et doux-amer fait pour et par des personnes ayant une capacité d’attention limitée.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/between-ted-lasso-seasons-jason-sudeikis-made-the-coen-1847809853?rand=21406

Justin Bieber : Critique de Our World : strictement réservée aux fans
Critique de Ron’s Gone Wrong : Un charmeur animé confus
Tags: Coen, confus, dans, Jason, pastiche, Sudeikis
Our Sponsors
161 queries in 0.957/0.957 sec, 14.54MB
Яндекс.Метрика