Revues

Le brillant nouveau drame d’Asghar Farhadi

Il n’y a pas de méchants dans les drames superbement construits et passionnants d’Asghar Farhadi. Seulement des gens imparfaits, qui s’efforcent d’échapper aux crises juridiques et morales qui les ont pris au piège, pour réconcilier leur propre intérêt personnel avec leurs notions meurtries et assiégées du bien et du mal. Bien sûr, il s’ensuit que s’il n’y a pas de vrais méchants dans ses films, peut-être qu’il n’y en a pas vraiment. héros soit. Le scénariste-réalisateur iranien met cette question au premier plan avec son nouveau film formidable, dont le titre taquine une exploration de la noblesse elle-même, un concept que Farhadi, en maître dramaturge qu’il est, va retourner à plusieurs reprises à travers une manœuvre caractéristique de notre sympathies.

Matthew Morrison voulait quitter « Glee » avant la mort de Cory Monteith

C’est avec une grande efficacité que Un héro présente son personnage principal et communique son dilemme. Aperçu dès le début, montant un escalier sans fin – une représentation visuelle astucieuse de la montée intimidante de sa situation actuelle – Rahim (Amir Jadidi) est un calligraphe incarcéré sorti de prison en permission pour deux jours. C’est une dette impayée qui l’a conduit derrière les barreaux ; comme nous l’apprenons, ses ennuis ont commencé lorsqu’un partenaire professionnel a quitté la ville avec l’argent qu’ils avaient emprunté pour démarrer une entreprise.

Jadidi, l’acteur qui incarne cet homme aux abois, a un grand sourire maladroit et des manières grégaires. Il projette un optimisme invitant malgré sa situation désastreuse, et nous sommes plutôt immédiatement du côté du personnage. Farhadi construit tout le film, pièce par pièce, autour de cette performance intelligemment séduisante.

Rahim est déterminé à rembourser sa dette, d’une manière ou d’une autre. Et à cette fin, il s’est vu offrir – comme par chance cosmique – une possible bouée de sauvetage. Sa petite amie (Sahar Goldust), qu’il compte épouser après avoir purgé sa peine, a retrouvé un sac à main perdu contenant un certain nombre de pièces d’or. Peut-il utiliser cet argent pour régler son compte avec son créancier et sortir de prison ? Bien que Rahim envisage cette ligne de conduite (et fasse même évaluer les pièces dans un prêteur sur gages), il finit par faire quelque chose de plus noble en apparence : il rend le sac et son précieux contenu à une femme insistant sur le fait qu’elle en est la propriétaire légitime. De loin, cela ressemble à la quintessence de l’altruisme, du fait de faire la bonne chose même si la mauvaise lui aurait été plus bénéfique.

C’est ici que Un héro commence à tourner les boutons. Le film se déroule comme une simple parabole morale, puis révèle rapidement une conception philosophique plus noueuse. (Appelez cela le principe Farhadi.) L’acte honorable de Rahim fait de lui la prunelle des yeux du public ; Bientôt, il passe à la télévision, dans un reportage d’intérêt humain sur son choix, absorbant l’admiration de ses voisins. Mais ses motivations étaient-elles vraiment si pures ? L’homme qu’il doit, Bahram (Mohsen Tanabandeh), ne le pense pas. Le film présente ingénieusement ce personnage comme la source avare des malheurs de Rahim, aussi antipathique dans son refus d’effacer la dette que notre protagoniste est sympathique dans son sort pour la régler. Pourtant, il y a une logique indéniable dans ses objections, et une compréhension croissante de sa vision des choses, de la façon dont il a également souffert. Encore une fois, il n’y a pas de méchants dans un film Farhadi.

Rahim devrait-il être célébré uniquement pour avoir fait ce que toute personne honnête ferait ? Comme le film le révèle lentement, il se peut qu’il y ait un calcul astucieux derrière son altruisme apparent : puisque les pièces d’or ne pouvaient de toute façon pas expliquer la totalité de sa dette, peut-être que était à l’avantage de Rahim de faire la « bonne » chose – une théorie qui gagne du crédit une fois qu’il attire l’attention d’un organisme de bienfaisance qui commence à collecter des fonds en son nom. Il y a aussi le cas du jeune fils de Rahim (Saleh Karimai), qui a un bégaiement et des troubles d’apprentissage non précisés, et que Rahim trottine sur scène dans ce qui ressemble étrangement à une tentative flagrante de toucher le cœur du public. « Aucune bonne action ne reste impunie » est une phrase que beaucoup lancent lorsque Un héro a frappé le circuit des festivals, mais une partie de la brillance du film réside dans la façon dont il remet en question le concept même de bonne action.

Ne vous y trompez pas : la décision de Rahim a des conséquences imprévues. Ils naissent d’une série de tromperies cumulées, commençant par le petit mensonge blanc sur qui a réellement trouvé l’argent et quand, et grandissant à partir de là jusqu’à ce que plusieurs partis soient piégés dans un vortex de mensonges et d’interprétations erronées. C’est une spécialité de Farhadi : son oscarisé Une séparation était un drame domestique qui s’est progressivement transformé en un thriller juridique captivant dans lequel presque tout le monde à l’écran cachait un tournant crucial dans la vérité. Un héro pourrait être son film le plus moralement et dramatiquement complexe depuis ce chef-d’œuvre. Il a une complexité de complot comparable en toile d’araignée, introduisant une complication après l’autre, payant chaque détail apparemment mineur, comme le numéro de téléphone que Rahim met sur le dépliant annonçant qu’il a trouvé le sac manquant.

Un héro

Un héro
Photo: Amazon Premier

Alors que Farhadi continue d’entraîner de plus en plus de personnages dans la situation de plus en plus difficile de Rahim, Un héro révèle toute l’étendue de ses intérêts. Il s’agit en partie d’un drame sur l’injustice de la prison moderne pour débiteurs, mais aussi sur le cycle, loin d’être spécifique à l’Iran, de valorisation d’Internet et de réactions négatives rapides. (Ce n’est ni une plaisanterie ni une exagération de suggérer que le réalisateur a proposé sa propre vision du phénomène du canard milk-shake.) Plus fondamentalement, il s’agit d’un film sur une obsession nationale largement répandue pour l’honneur et la « bonté ». L’histoire de Rahim, son geste de générosité tant vanté (qui pourrait, en fait, être une forme détournée d’auto-préservation), est un investissement dans lequel tout le monde, de la presse à la prison en passant par l’organisation caritative, souhaite participer. Même si les problèmes de Rahim peuvent être attribués à l’argent, la véritable monnaie qui anime le film est la réputation, la perception convoitée de la droiture.

Mais tout cela se situe entre les lignes. Farhadi a longtemps insisté sur le fait que ses films ne sont pas « politiques », ce qui est peut-être une des raisons pour lesquelles il n’a pas été confronté au genre de répression gouvernementale dont ont été victimes ses compatriotes Jafar Panahi et Mohammad Rasoulof. Dans Un héro, il niche une fois de plus des thèmes plus profonds dans les fissures de sa situation dramatique soigneusement développée, ne permettant jamais à aucun agenda d’éclipser didactiquement les conflits pertinents entre ses personnages – y compris, dans ce cas, un homme dont la noblesse perçue change aussi souvent que son malheur, gardant nous devinons ses intentions. Mais tout comme il est possible de voir les roues tourner derrière le sourire gagnant et l’affabilité du chien battu de Rahim, en regardant de plus près, on révèle la véritable cible qui passe dans la ligne de mire de Farhadi. Peut-être qu’il y a un méchant dans son œuvre, après tout. C’est la société elle-même.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/asghar-farhadi-tackles-the-milkshake-duck-phenomenon-in-1848040385?rand=21406

Guerre de classes sur Disney Plus
Cochez, cochez… Boum ! critique : Andrew Garfield, Lin-Manuel Miranda
Tags: brillant, dAsghar, Farhadi, nouveau, драме
Our Sponsors
164 queries in 1.500/1.500 sec, 14.59MB
Яндекс.Метрика