Revues

Revue « Anselme » : un artiste contemple le cosmos, en 3D

À une époque où les casques de réalité virtuelle sont, sinon courants, du moins accessibles aux amateurs de matériel et aux joueurs, regarder un film en 3D semble un peu pittoresque. À son apogée, la 3D était une plaisanterie. Vous vous êtes moqué de vous-même pour avoir soudainement esquivé, par exemple, un serpent qui sortait de l’écran en sifflant. Plus récemment, les cinéastes se sont tournés vers la 3D pour améliorer l’expérience cinématographique : «Hugo“, d’Alfonso Cuarón “La gravité.» Avec des films comme ceux-ci, vous voyez un monde à l’intérieur de l’écran, plutôt que d’être piqué par celui-ci.

Mais pour l’essentiel, la 3D – souvent ajoutée après le tournage du film en 2D classique – a été un moyen de vendre un billet de cinéma plus cher. Pourtant, de temps en temps, ajoute une dimension (pour ainsi dire) à un film qui élargit ses possibilités et renforce ses explorations.

Le premier grand film contemporain en 3D que j’ai vu était «Pina», l’hommage de Wim Wenders au chorégraphe allemand en 2011 Pina Bausch, avec sa compagnie, le Tanztheater Wuppertal, comme casting. Moins un documentaire biographique qu’une ambiance, « Pina » a utilisé la 3D pour donner au spectateur le sentiment d’être aux premières loges devant certaines des œuvres les plus célèbres de Bausch, interprétées dans des espaces architecturaux et naturels inhabituels. J’ai vu plusieurs des mêmes œuvres jouées sur scène, mais j’oublie parfois que je n’étais techniquement pas là pour les danses du film parce que mon cerveau réagissait de la même manière que lorsque je suis dans le public pour une performance live.

Wenders a dû aimer réaliser « Pina », car il trouve un registre naturel avec son dernier documentaire d’artiste en 3D, « Anselm ». Il n’est pas le premier à réaliser un film sur l’artiste allemand Anselme Kiefer, qui apporte un élan poétique aux cinéastes qui braquent leurs caméras sur lui. Dans son documentaire de 2011 «Au-dessus de vos villes, les herbes pousseront», Sophie Fiennes a dressé un portrait glissant et observationnel de l’artiste au travail à La Ribaute, son atelier-domaine dans le sud de la France. Les 20 premières minutes environ de ce film consistent en des séquences tournées en douceur à travers les nombreux tunnels et halls du terrain. C’est un peu comme assister à une danse, avec Kiefer comme principal en duo avec son œuvre.

En revanche, il y a un peu plus d’histoire et de pensée de Kiefer dans « Anselme ». Ceux qui connaissent peu son œuvre trouveront suffisamment de choses pour comprendre son importance dans le monde de l’art et au-delà. Il y a des vidéos d’archives, principalement des images d’actualités d’il y a plusieurs décennies, diffusées sur des téléviseurs d’époque. Il y a une sorte de spectacle de marionnettes composé des premières photos de famille de Kiefer placées dans des décors superposés élaborés, et il y a des reconstitutions du jeune Anselme (joué par Anton Wenders, le petit-neveu du réalisateur) au fur et à mesure que son imagination et son talent artistique se développent. Plus tard, Daniel, le fils de Kiefer, incarne son père jeune homme, observant des paysages arides, commençant à peindre, créant un langage visuel fondé sur une volonté de regarder, et non de s’éloigner, une histoire déconcertante.

Ces scènes ne sont pas marquées par le dialogue – en fait, il y a très peu de dialogue dans « Anselme », bien que des phrases à moitié entendues soient murmurées à voix basse par des voix censées représenter les femmes dans ses sculptures « Die Frauen der Antike » (Femmes de l’Antiquité). ) et « Les Femmes Martyres ». Les reconstitutions sont mêlées à des images contemporaines de l’artiste au travail dans son studio caverneux, si grand qu’il utilise un vélo pour se déplacer.

Ainsi, même si « Anselme » suit un chemin à peu près chronologique, il donne la sensation du temps qui s’effondre sur lui-même, ce qui s’harmonise bien avec l’ensemble de l’œuvre de Kiefer. L’artiste (né en 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale) suscite la polémique à la fin des années 1960, lorsque sa réappropriation de textes et de mythes récupérés par le Troisième Reich est considérée avec suspicion : était-il un néofasciste ? Sympathique? Que faisait-il?

En réfléchissant à cette époque dans des séquences d’interview qui apparaissent dans «Anselm», il dit avoir vu ses compatriotes allemands essayer de laisser derrière eux les atrocités nazies en refusant de parler de ce qui s’était passé. Pour lui, dit-il, l’art consiste à essayer « de ramener tout cela en mémoire et d’y travailler ». Il n’est pas étonnant qu’il soit fasciné par Martin Heidegger et également frustré par le silence du philosophe sur son propre passé nazi. « Rien que du silence de la part du grand philosophe. Rien sur ses erreurs », dit-il. « La société entière était alors silencieuse ; tous n’ont pas réussi à saisir l’inimaginable. J’ai moi-même vécu parmi des gens qui étaient partout et qui ne voulaient pas en parler. (Dans des images d’archives, une voix caractérise Kiefer comme ayant « piqué sans cesse la plaie ouverte de l’histoire allemande. »)

L’un des thèmes majeurs d’Anselme est l’obsession de l’artiste à convertir le refoulé, l’oublié, le purement intellectuel en une forme physique. Pour cela, on le regarde travailler à extérioriser ce qu’il ressent, un septuagénaire à la pratique physique remarquable. Il met de la peinture sur les toiles, les gifle, les gratte, les brûle, gribouille dessus les mots de Paul Celan (un poète juif qui a écrit en allemand et un autre point de contact clé). En regardant le film, il est facile de comprendre pourquoi le travail de Kiefer a été si largement salué et montré. C’est énorme et élémentaire. Ce qu’il fait ressemble à une tentative de capturer le cosmos tout entier.

La fondation de Kiefer, qui soutient La Ribaute, s’appelle Eschaton, un mot qui fait référence à la fin du monde – en termes bibliques, l’acte final de Dieu à l’ère humaine. Quelles que soient vos inclinations spirituelles, le mot évoque non seulement un événement spirituel, mais aussi physique : un monde en flammes, des océans qui montent et une histoire qui touche à sa fin.

C’est pourquoi « Anselme » est si splendide en tant que film en 3D. (Vous pouvez le regarder en 2D, et c’est bien, mais si la 3D est disponible, ne sautez pas.) Vous ressentez la chaleur de la torche, la texture de la peinture, la paille, la pierre. Et en effet, les éléments du monde portent en eux des souvenirs que nous préférerions oublier ou supprimer. Les bâtiments, les paysages, les statues et les pages jaunies des livres témoignent de ce que nous nous faisons les uns les autres, génération après génération. Un film comme « Anselme » est un autre niveau de préservation ainsi qu’une expérience contemplative, dans laquelle le passé et le futur se rencontrent, d’une manière que nous pouvons ressentir autant que voir.

Le film se termine avec l’enfant Anselme et l’adulte Kiefer parcourant les mêmes espaces : le Palais des Doges à Venise, où l’artiste a exposé l’année dernière, ainsi que la maison et la chambre de son enfance. Nous sommes là avec lui, viscéralement, laissant l’histoire entrer dans nos sens. Ce qui le blesse peut nous blesser aussi.

Anselme
Non classé. En allemand, sous-titré. Durée : 1 heure 33 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/12/07/movies/anselm-review.html?rand=21388

Revue « Origin » : les racines de notre racisme
Revue « Confiance totale » : sous surveillance
Tags: Anselme, artiste, contemple, cosmos, revue
Our Sponsors
161 queries in 1.049/1.049 sec, 14.52MB
Яндекс.Метрика