Revues

Critique de « Ce n’est que la vie après tout » : documentaire Indigo Girls

Les Indigo Girls sont fortes depuis plus de 40 ans maintenant, et peut-être que la clé de leur résilience est qu’elles n’ont jamais été cool. Souvent, la situation a empiré : même à leur apogée commerciale dans les années 80 et 90, Amy Ray et Emily Saliers étaient régulièrement moquées parce qu’elles étaient trop sérieuses, trop poétiques, trop folk, trop lesbiennes. À l’époque, être qualifiée d’auteure-compositrice-interprète gay était une malédiction artistique et commerciale, comme Ray le rappelle dans « It’s Only Life After All », un nouveau documentaire intelligent et convaincant.

La réalisatrice, Alexandria Bombach, a grandement bénéficié des instincts d’archiviste de Ray : le musicien a conservé des décennies d’artefacts et a ouvert son coffre-fort – les répétitions de 1981, enregistrées sur cassette alors que Ray et Saliers étaient adolescents, sont des documents étonnamment nets de une chimie naissante, par exemple.

À partir de cette argile, Bombach a sculpté le portrait émouvant de deux femmes restées fidèles à leurs convictions et, tout aussi important, à leur loyauté l’une envers l’autre. Les fans existants seront hypnotisés, mais les non-fans comme moi devraient également apprécier “It’s Only Life After All”. Le film est particulièrement efficace pour contextualiser l’émergence du groupe au milieu de la condescendance (au mieux) de la part des médias grand public. – leur lecture dramatique et très drôle d’une critique déchirante de 1989 dans le New York Times est un moment fort – avec leurs luttes personnelles et leur engagement politique inébranlable pour des causes, notamment l’organisation dirigée par des autochtones Honor the Earth.

Maintenant que le groupe vit un moment culturel, son tube « Closer to Fine » a été en bonne place dans “Barbie”, et un film musical indépendant sur juke-box sur leurs chansons, «Paillettes et malheur» est sorti le mois dernier – c’est ravissant de les voir avoir le dernier mot.

Ce n’est que la vie après tout
Non classé. Durée : 2 heures 3 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/04/10/movies/its-only-life-after-all-review.html?rand=21388

Critique de « Monkey Man » : Dev Patel est un enfant, un punching-ball humain
Critique de « Ne dites pas à maman que la baby-sitter est morte » : les rires sont vivants
Tags: après, critiqué, documentaire, Girls, nest, tout, vie, Индиго
Our Sponsors
160 queries in 1.345/1.345 sec, 14.46MB
Яндекс.Метрика