Revues

Critique de « Monkey Man » : Dev Patel est un enfant, un punching-ball humain

Le thriller “Monkey Man” s’ouvre sur une scène tendre et un clin d’œil au pouvoir de la narration, pour ensuite se lancer rapidement dans le business du film d’action, avec une rafale de coups durs et des montages plus rapides. Au cours des deux heures frénétiques suivantes, il revient à plusieurs reprises dans le passé – où une mère et son enfant vivaient heureux il était une époque bucolique – avant de revenir au présent sale et cru. Là, les succès s’enchaînent et le héros les reprend, encore et encore, dans un film qui s’efforce tellement de vous divertir qu’il finit par vous épuiser.

Se déroulant en grande partie dans une ville fictive en Inde, “Monkey Man” met en vedette Dev Patel dans le rôle d’un personnage simplement appelé Kid qui, à la manière d’un film d’aventure classique, cherche à venger un tort passé. Pour ce faire, Kid, qui travaille comme un punching-ball humain dans des combats en ring sombres (Sharlto Copley joue le MC), doit subir des coups répétés afin de pouvoir, comme tous les sauveurs, se relever triomphalement. Avant cela, il doit exécuter un plan complexe qui l’oppose à des hommes de pouvoir travaillant des deux côtés de la loi. Comme dans la plupart des films de genre, vous pouvez deviner comment tout cela se passe pour notre héros.

Le plan à moitié cuit de Kid implique une opération souterraine avec des desseins politiques nationaux, et il l’emmène dans l’un de ces repaires d’iniquité que les films adorent, rempli de femmes moulantes, d’hommes voyous et de lignes de poudre blanche qui mènent aux couloirs du pouvoir. Alors que l’histoire devient floue, Patel fait un geste vers le monde réel et intègre une certaine mythologie, mais ces éléments ne font que créer des attentes pour une histoire complexe qui n’émerge jamais. Ce qui est le plus souvent ressenti, c’est un sentiment général d’exploitation et de désespoir : tout le monde bouscule toujours quelqu’un d’autre. Cela donne au film un pessimisme provocateur, que Patel semble désireux de contrer avec les flashbacks de la mère de Kid, Neela (Adithi Kalkunte), une figure sainte en gros plan étouffant.

Patel, qui a réalisé le film à partir d’un scénario écrit par lui, Paul Angunawela et John Collee, est une présence attrayante à l’écran et vous le soutenez – à la fois en tant que personnage et en tant que cinéaste – dès le début. En tant qu’acteur, il est bâti pour l’empathie, avec une silhouette élancée et des yeux fondants qu’il peut éclairer ou atténuer de manière expressive pour créer un sentiment de vulnérabilité. Sa performance dans “Monkey Man” exige beaucoup de lui sous le cou – il a sculpté son corps pour lui donner une forme prête à faire des cascades, comme le montre un peu de strip-tease – mais ce sont ses yeux suppliants qui vous attirent vers lui. C’est particulièrement crucial car, même si cette histoire désordonnée regorge de choses – des dames tristes, des hommes musclés, des flics brutaux, des villageois exploités, un faux prophète et le dieu hindou Hanuman, qui apparaît comme mi-humain, mi-singe – elle n’a jamais de cohérence.

Patel fait du bon travail dans « Monkey Man » même si ses séquences de combat apparaissent, coulent ou impressionnent rarement ; ils sont énergiques mais sans inspiration. Bien plus frappante est une longue séquence au début de l’histoire qui commence avec un voleur sur un scooter volant une femme dans une terrasse de café. Le bandit s’éloigne pour ensuite remettre l’objet volé à quelqu’un d’autre qui, tandis que la caméra se précipite aux côtés de chaque coursier, serpente rapidement dans les rues avant de remettre l’objet volé à une autre personne (et ainsi de suite) jusqu’à ce que le colis atterrisse enfin chez Kid’s. mains. C’est un morceau plein d’esprit et flashy qui annonce les ambitions cinématographiques de Patel et exprime visuellement comment l’histoire elle-même zigzague et zague alors même qu’elle avance.

Cette séquence – avec sa ruée de corps et de décors – résume également l’un des défauts les plus frustrants du film : son rythme narratif implacable et presque non modulé. Pour une grande partie de « Monkey Man », c’est juste Allez! Allez! Allez. Le montage rapide est une fonctionnalité, et non un bug, dans les films d’action contemporains, mais même John Wick prend une pause occasionnelle. (La franchise « Wick » a une influence évidente sur « Monkey Man », à tel point qu’il y a même un chien adorable.) Lorsque Kid ralentit à mi-chemin, c’est uniquement parce que le personnage a besoin de guérir, de recalibrer sa pensée et de se préparer pour la finale. confrontation, qu’il effectue dans un temple surveillé par une statue imposante et un groupe accueillant de hijras, appelés Le troisième sexe de l’Inde.

Dommage que Kid ne reste pas plus longtemps au temple, où la compagnie est charmante et comprend l’un de ces anciens débordants de sagesse, Alpha (Vipin Sharma, un voleur de scènes sournois), qui guide les héros sur le bon chemin. Au temple, Kid s’entraîne au rythme d’un maestro de tabla (Zakir Hussain) dans un intermède joliment syncopé qui donne envie que le musicien ait joué tout au long du film pour aider à son rythme.

Bien trop tôt, cependant, Kid fléchit ses muscles reposés et reprend sa quête, courant tandis que Patel se replie sur des flashbacks et agite vaguement la main vers le monde qui existe. À ce stade, il est clair que même si Patel veut dire quelque chose sur ce monde, même si cela n’est pas clair, son personnage serait plus heureux de livrer des coups dans ce pays magique et mystique où John Wick et d’autres fantasmes violents à l’écran vivent, se battent et meurent dans une irréalité bienheureuse.

Homme singe
Classé R pour, vous savez, la violence. Durée : 2 heures 1 minute. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/04/04/movies/monkey-man-review-dev-patel.html?rand=21388

Critique de “Coup de Chance”: l’habituel de Woody Allen avec une touche française
Critique de « Ce n’est que la vie après tout » : documentaire Indigo Girls
Tags: critiqué, Dev, enfant, humain, Man, Monkey, Patel, punchingball, Есть
Our Sponsors
161 queries in 1.054/1.054 sec, 14.48MB
Яндекс.Метрика