Revues

Critique de « Yannick » : problèmes du premier acte

À première vue, on pourrait croire qu’avec une dizaine de films à son actif, Quentin Dupieux est enfin en train de s’installer. Le dernier film du réalisateur français se déroule entièrement dans un théâtre parisien, lors d’une pièce de théâtre — on est loin des super-héros avec un rat géant pour patron (« Fumer provoque la toux »), passages de voyage dans le temps (« Incroyable mais vrai ») et des pneus tueurs en série (“Caoutchouc”).

Les fans de Dupieux seront heureux de savoir que son humour surréaliste est glorieusement intact, tandis que les nouveaux venus trouveront peut-être dans ce film une porte d’entrée vers l’un des univers les plus singuliers du cinéma contemporain.

« Yannick » commence par donner vie à un fantasme que de nombreux amateurs de théâtre ont pu avoir à un moment donné. Frustré par une farce morne et pas drôle, aggravée par un casting épouvantable (interprété savamment par Pio Marmaï, Sébastien Chassagne et la comédienne Blanche Gardin), Yannick (Raphaël Quenard) se lève de son siège d’orchestre et se plaint bruyamment. Après avoir entendu les acteurs se moquer de lui, il sort une arme à feu et prend en otage les acteurs et le public clairsemé.

Tournée en seulement six jours, cette comédie compacte (elle franchit à peine l’heure) ne se passe pas facilement des deux côtés. Parce qu’il a acheté un billet puis a enduré un long voyage jusqu’au théâtre, Yannick a le droit de se divertir, et il y a une certaine suffisance à ce sujet. Les acteurs morveux de la pièce, quant à eux, considèrent clairement leur ennemi comme un prolétaire et le prennent avec condescendance. Il serait difficile de trouver une escarmouche plus drôle sur le front de la guerre culturelle – et puis Dupieux offre une tournure finale empreinte d’une émotion inattendue.

Yannick
Non classé. En français, sous-titré. Durée : 1 heure 7 minutes. Regarder sur Mubi.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/04/04/movies/yannick-review.html?rand=21388

Critique de « The People’s Joker » : un joker
Critique de “Coup de Chance”: l’habituel de Woody Allen avec une touche française
Tags: acte, critiqué, premier, problèmes, Yannick
Our Sponsors
164 queries in 1.475/1.475 sec, 14.49MB
Яндекс.Метрика