Revues

Revue « Génie » : Melissa McCarthy, exaucer des vœux illimités

Dans les histoires conventionnelles et démodées sur les génies exauçant les vœux, le nombre de vœux est limité à trois, afin de mieux délivrer une punchline solide ou une leçon utile. À notre époque consumériste et folle de contenu, trois vœux seulement ne suffisent pas. « Genie », un nouveau film réalisé par Sam Boyd, met en vedette Mélissa McCarthy dans le rôle de Flora, un génie libéré par un père surmené alors qu’il masse un vieux coffret à bijoux qu’il a essayé de faire passer pour un cadeau d’anniversaire pour la fille dont il a raté la fête.

Flora offre à Bernard (Paapa Essiedu) des vœux illimités pour sauver son mariage, ravir sa fille, se venger de son mauvais patron (Alan Cumming) et enrichir sa collection d’art domestique. Comme on pouvait s’y attendre, du moins si vous avez vu « Aladdin », Flora est un être ancien qui parle un anglais américain familier avec une maîtrise habile des idiomes, mais ne sait pas non plus ce qu’est la pizza. Son riff est typiquement McCarthyesque mais semble parfois tendu. Devinant les désirs de son nouveau maître, elle atteint : « Les filles ? Or? Filles à papa? » Une fois pressé, McCarthy revendiquerait-il le mérite de cette partie, ou le scénariste Richard Curtis ?

Les envolées de fantaisie Curtis («L’amour, en fait« ) concocte ici, notamment la « Mona Lisa » qui trouve une nouvelle maison à New York. Et les règles apparentes du fantasme changent selon un simple caprice de l’intrigue : alors que Flora est censée avoir le pouvoir de se manifester n’importe où, lorsque Bernard est arrêté pour vol d’œuvres d’art, Flora ne peut pas l’aider en raison de leur séparation physique.

Les films fantastiques sont bien sûr libres d’être tirés par les cheveux, mais certains des rebondissements de l’intrigue ici sont si larges qu’ils suggèrent un mépris haussant les épaules. Les thèmes des vacances semblent arbitraires et ajoutés ; on devine que le scénario a été sauvé du tiroir du bas de Curtis et agrémenté de poussière de fée de Noël. L’histoire, finalement, parle uniquement d’un homme qui apprend le vrai sens de la ponctualité.

De plus, les effets spéciaux du tapis volant sont moche.

Génie
Classé PG pour un langage un peu salé. Durée : 1 heure 34 minutes. Regardez sur Peacock.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/11/21/movies/genie-review-melissa-mccarthy.html?rand=21388

Critique de « Le garçon et le héron » : Hayao Miyazaki a une question pour vous
« Wish », avec Ariana DeBose et Chris Pine : Disney on Ice
Tags: des, exaucer, Genie, illimités, McCarthy, Melissa, revue, vœux
Our Sponsors
160 queries in 1,311/1,311 sec, 21.09MB
Яндекс.Метрика