Revues

« Wish », avec Ariana DeBose et Chris Pine : Disney on Ice

En octobre, The Walt Disney Company a célébré son 100e anniversaire, marquant le centenaire du jour où les frères Walt et Roy Disney ont fondé un studio pour produire des comédies muettes à une bobine. (Mickey Mouse ne serait pas né avant 1928, alors attendez-vous à une autre fête dans cinq ans.) En cadeau, la société nous offre « Souhait, » une bagatelle aimable et jeune qui ramène avec désinvolture tout le catalogue de Disney dans un seul univers magique. Peter Pan, Mary Poppins, des souris parlantes, des ciseaux volants autonomes, la fée marraine de Cendrillon – et même les feux d’artifice nocturnes de Disneyland – peuvent désormais retracer leurs racines dans cette préquelle animée se déroulant sur une île méditerranéenne gouvernée par un sorcier à la pompadour d’argent nommé King Magnifico (le voix de Chris Pine) et son épouse, la reine Amaya (Angelique Cabral).

Magnifico est un autocrate bien-aimé qui protège son peuple de la douleur de l’échec. À l’occasion de leur 18e anniversaire, ses citoyens lui remettent le désir de leur cœur – voyager, voler, inspirer, chaque espoir étant représenté par une orbe jaillissant de leur poitrine – et attendent que Magnifico exauce leur souhait. Combinez un parent hélicoptère, un guérisseur religieux et une banque non assurée par la FDIC et vous voyez l’idée.

Les réalisateurs Chris Buck et Fawn Veerasunthorn, travaillant sur un scénario de Jennifer Lee et Allison Moore, présentent l’île comme un havre idyllique aux tons pastel. « Holà ! Shalom! Salaam ! » un guide se téléporte vers un bateau de touristes. Cette hôtesse d’accueil, Asha (Ariana DeBose), 17 ans, encourage les visiteurs à déménager. Tout le monde adore ce royaume magique.

Jusqu’à ce qu’Asha rate un entretien d’embauche avec Magnifico et réalise son défaut. Les sympathisants sont obligés d’oublier ce qu’ils désiraient le plus, ce qui empêche ceux dont les rêves restent insatisfaits – comme sa mère (Natasha Rothwell) et son grand-père (Victor Garber) – de les réaliser par eux-mêmes. Ce qu’il faut faire? La solution est la même que dans tous les dessins animés Disney : notre héroïne gravit une colline en courant, les cheveux balancés, et chante une ballade sur le désir.

Juste au bon moment, arrive une star anthropomorphe, un personnage à la fois primordial (ici, il est antérieur à la berceuse « When You Wish Upon ») et d’apparence condescendante et moderne avec des jambes trapues, un visage mignon en forme de cœur et des manières empruntées à ET. Comparée à la chèvre de style rétro du film (Alan Tudyk, le soulagement comique) et à un assortiment d’animaux de la forêt, la star a l’air de devoir aller au club avec des émojis.

Curieusement – ​​et plutôt fascinant – c’est un film sur une révolution spirituelle. Asha, une humaniste, parviendra-t-elle à convaincre les insulaires de rejeter l’homme à la robe brodée qui prêche que lui seul est un vecteur de miracles ? Dans « I’m a Star », un hymne enjoué destiné directement aux camps de théâtre, les auteurs-compositeurs Benjamin Rice et Julia Michaels vantent l’incroyable pouvoir de la nature (et des actions Disney) avec ce claquement lyrique : « Quand il s’agit de l’univers, nous Nous sommes tous actionnaires. Le morceau remarquable, « Knowing What I Know Now », est propulsé par des percussions lourdes et merveilleuses ; le reste est sérieux et générique, bien que la cadence saccadée de DeBose fasse de son mieux pour percer la saccharine. Même le numéro maussade de Magnifico, « This Is theThanks I Get ?! », est bourré de doo-doo-doos et pourrait, pour les cyniques, sonner comme une chanson d’anniversaire appropriée pour le conglomérat médiatique qui travaille dur : « Je donne et donnez et donnez et donnez », souffle-t-il. « On pourrait penser qu’ils seraient tous contents. »

Souhait
Classé PG pour les représentations vert fluo de la magie noire. Durée : 1 heure 32 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2023/11/21/movies/wish-review-the-sorcerers-disgruntled-apprentice.html?rand=21388

Revue « Génie » : Melissa McCarthy, exaucer des vœux illimités
Revue ‘Leo’ : Adam Sandler en tant que lézard bourru, conseils de vaisselle
Tags: Ariana, avec, Chris, DeBose, Disney, Ice, Pine
Our Sponsors
160 queries in 1,517/1,517 sec, 21.17MB
Яндекс.Метрика