Revues

Revue « Girls State » : une nation, moins de filles

En 2018, plus de 1 000 garçons se sont rassemblés au Texas pour un programme élaboré d’une semaine destiné aux étudiants intéressés par la politique. Cette rencontre d’esprits adolescents – qui fait partie d’une initiative nationale parrainée par la Légion américaine – a été capturée dans le hit de Sundance «État des garçons», une chronique vérité de l’événement, où les participants sont élus par leurs pairs à différents postes au sein du gouvernement.

Compte tenu du succès de ce film, il n’est guère surprenant que les cinéastes, Amanda McBaine et Jesse Moss, aient profité de leur élan pour produire la suite « Girls State ». Les réalisateurs ont tourné le documentaire en 2022 à l’Université Lindenwood, à St. Charles, dans le Missouri, où, comme le souligne le film à plusieurs reprises, c’est la première fois que les groupes de garçons et de filles organisent leurs événements simultanément sur le même campus.

Mais si vous imaginez des frivolités ou des drames mixtes, détrompez-vous : ces filles motivées ne se soucient des garçons que dans la mesure où leur proximité met en évidence le manque de parité entre leurs programmes. Nous rencontrons Emily Worthmore, l’un des sujets centraux du film, alors qu’elle énumère ses réalisations. À Girls State, Emily, une chrétienne conservatrice, espère être élue gouverneure, un objectif qu’elle partage avec Cecilia Bartin, de gauche, qui parcourt la salle à manger en criant depuis une chaise. D’autres, dont Nisha Murali, siègent à la Cour suprême du programme, qui, selon les participants, entendra une affaire d’avortement.

Si l’ambiance de « Boys State » est celle d’une conférence des Jeunes Républicains, l’atmosphère de « Girls State » suggère une orientation de première année. Tour à tour étourdis et courageux, les élèves partagent des chants communs, des activités brise-glace et des séances d’autonomisation. Ils semblent comprendre que la camaraderie va de pair avec l’ambition politique et qu’ils ne devraient pas prendre le programme scolaire, ni eux-mêmes, trop au sérieux. Ici, les jolis selfies et la création de CV reçoivent la même attention.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/04/04/movies/girls-state-review.html?rand=21388

Critique de « The First Omen » : les jours avant Damien
Housekeeping for Beginners NYT Critic’s PickRComédie, DrameRéalisé par Goran StolevskiDe tristes nouvelles obligent un groupe diversifié d’amis à prendre des mesures peu orthodoxes dans ce drame volatile et émouvant.Par Jeannette Catsoulis
Tags: filles, Girls, moins, Nation, revue, State, Une
Our Sponsors
161 queries in 1.235/1.235 sec, 14.46MB
Яндекс.Метрика