Revues

Critique de « The First Omen » : les jours avant Damien

Si la franchise « Omen » nous a laissé des tropes mémorables – le garçon Antichrist, caché parmi nous ; ces trois numéros répétés redoutés – le contenu des films eux-mêmes ne faisait pas grand-chose d’autre. La trilogie d’horreur originale, lancée par “Le Présage” en 1976n’a jamais eu le pouvoir d’adhésion des autres classiques dans la conscience populaire, et une refonte de 2006 Est venu et est allé. Que pourrait vraiment offrir une autre tentative, cette fois une préquelle d’une franchise intermédiaire ?

Entre les mains d’Arkasha Stevenson, cela peut nous emmener dans une aventure assez amusante. “The First Omen” parle de tout avant Damien (alias l’Antéchrist incarné), à la suite de Margaret (Nell Tiger Free), une future nonne américaine envoyée dans un orphelinat en 1971 à Rome, où les mœurs sociales changent et les choses rapidement. ça commence à devenir bizarre. C’est une pièce d’époque que le premier long métrage de Stevenson sonde efficacement, donnant à l’histoire à la fois une ampleur et de jolis coups de poing dans la composition, tout en ouvrant la voie à un récit souvent délicieusement pulpeux (l’Église catholique n’est pas si sainte après tout) sur la façon dont l’Antéchrist est né. .

Le film se délecte du mélange de genres familiers : le film de monstres, l’horreur corporelle et le thriller religieux gothique. Mais il injecte un jus revitalisant dans la franchise – intelligemment monté et bien rythmé, avec un bon œil cinématographique.

Et plus important encore, Free est un partenaire de jeu de la vision de Stevenson. Elle incarne naturellement l’innocence apparemment délicate de la jeune Margaret, une douceur qui, bien sûr, devra finalement se durcir face aux forces les plus obscures. Finalement, elle est prise en charge, son corps secoué et se tordant sous quelque chose qui échappe à son contrôle dans une scène saisissante qui donne le sentiment souvent évoqué. séquence de métro de « Possession » d’Andrzej Zulawski une course pour son argent. C’est un autre clin d’œil familier avec juste ce qu’il faut de son propre délire.

Le premier présage
Classé R pour son contenu violent, ses images macabres et sa brève nudité graphique. Durée : 2 heures. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/04/04/movies/the-first-omen-review.html?rand=21388

Du poulet pour Linda ! NYT Critic’s PickNot RatedAnimation, Comédie, MusicalRéalisé par Sébastien Laudenbach, Chiara MaltaDans ce film fou, les excuses d’une mère mènent à une délicieuse mésaventure qui commence par le deuil et se termine par la recette préférée d’un père.Par Lisa Kennedy
Revue « Girls State » : une nation, moins de filles
Tags: avant, critiqué, Damien, jours, Les, Omen
Our Sponsors
161 queries in 1.048/1.048 sec, 14.47MB
Яндекс.Метрика